Posts Tagged ‘Surveillance’

Liberté d’expression en débat avec « Amnesty à Paris 13 »

janvier 29, 2016

IMG_8123.JPG

17 heures. Tandis qu’une foule d’étudiants s’empresse de quitter l’université, la salle C 101 commence à se remplir car certains ont choisi de rester pour débattre de la « Liberté d’expression » à l’invitation d' »Amnesty Paris 13″. En les accueillant, je leur demande de quelle composante ils viennent, et je suis ravie de voir que cela dépasse largement mon UFR Communication :  certains étudient le Droit public, ou les Relations Internationales, d’autres sont à l’IUT d’informatique, ou encore en Sociologie et Science Politique…

IMG_8122

Avec les membres de notre groupe, nous avions opté pour la même formule que l’an passé, une rencontre-débat plutôt qu’une conférence, avec une alternance de courtes présentations « amnestiennes » et échanges autour d’une trame bien précise :

IMG_2708

En  introduction, j’ai rappelé ce que dit le droit international à propos de la liberté d’expression, ses garanties (article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme) et ses limites (article 29), avant de revenir sur la position d’Amnesty International suite à l’attentat contre Charlie Hebdo, mais aussi sa réaction à la réponse gouvernementale, notamment l’introduction du concept flou d’apologie du terrorisme. Puis chacun des membres de l’Antenne-Jeunes a introduit la thématique dont il avait choisi en amont de s’emparer : loi sur le Renseignement, loi sur les communications internationales, état d’urgence et sa prolongation, surveillance de masse dénoncée par Snowden aux USA… L’enjeu était de créer une vraie rencontre et prendre le temps du débat, d’où le choix de cet horaire. En effet, les pauses méridiennes sont toujours trop courtes et cela reste finalement limité et frustrant, alors que cette fois, nous avons pu échanger avec, certes, une petite trentaine de personnes seulement mais pendant plus de 2 heures !

IMG_2713.jpg

Les débats ont été vifs et variés : hiérarchisation entre le droit à la sécurité et le droit à la liberté ; relativisation ou au contraire insistance sur le danger qui pèse sur les libertés individuelles. Certains trouvaient qu’ils ne fallait pas exagérer la comparaison avec les USA, et d’autres au contraire ressentaient très fortement l’impact des dernières lois et de l’état d’urgence sur la vie quotidienne (comme par exemple la peur d’aller manifester samedi 30 justement contre l’état d’urgence !). Il a été aussi question du pouvoir des entreprises, plus  grand encore que celui des gouvernements, pour nous surveiller et utiliser nos données…

IMG_2711

Nous avons enfin partagé le même constat : l’immense majorité de la population reste indifférente et apathique, voire approuve les mesures sécuritaires prises par le gouvernement, et cela donne le sentiment d’être très minoritaire dans la dénonciation de dérives. Cela a été expliqué avant tout par la peur qu’inspire le contexte actuel, peu propice à la réflexion, mais aussi plus généralement par une absence d’intérêt pour la chose politique ou un manque d’information réelle, les médias ne jouant pas suffisamment leur rôle.

Face à un tel constat, loin de nous décourager, nous en avons conclu qu’il fallait redoubler d’efforts pour provoquer des débats comme celui-ci, et essayer de susciter une prise de conscience sur ces enjeux de surveillance, notamment en montrant que chacun est concerné, et non pas uniquement ceux qui auraient quelque chose à se reprocher. Et c’est pourquoi la célèbre citation d’Edward Snwoden s’imposait pour conclure ce débat : « Dire que l’on se moque du droit à la vie privée parce qu’on n’a rien à cacher, ça revient à dire que l’on se fiche de la liberté d’expression parce qu’on n’a rien à dire ».

Cécile Coudriou

 

Publicités

Tribune de Cécile Coudriou pour Amnesty International : Paradoxe de la loi renseignement : rendre légal ce qui est illégal

mai 14, 2015

Cette tribune a été publiée dans le journal le Drenche le 6 mai 2015, et écrite par Cécile Coudriou, ex-vice-présidente d’ Amnesty International France et aujourd’hui porte-parole sur les questions de « Droits humains à l’ère numérique » :

Paradoxe de la loi renseignement : rendre légal ce qui est illégal

250146_1948330340790_1018502895_2097954_3860397_n

L’Assemblée nationale vient d’adopter le projet de loi relatif au renseignement, présenté comme une réponse à la nécessité de protéger les citoyens et d’encadrer les pratiques des services de renseignement. Comment expliquer une opposition aussi unanime chez les ONGs de défense des droits humains comme Amnesty International, les acteurs du numérique, la CNIL, des professionnels du monde juridique et du journalisme ?

Si le Sénat vote le projet en l’état, cette loi reviendra à rendre légal ce qui est illégal au regard du droit international et européen, qui tous deux garantissent le droit à la vie privée. De plus, ce droit en conditionne d’autres, car lorsqu’on se sait surveillé, cela atteint aussi la liberté d’expression et d’association.

Amnesty International, en tant que vigie du respect de nos droits fondamentaux, enjoint donc les sénateurs et tous les citoyens à porter leur regard au-delà de cette promesse, illusoire, d’une plus grande sécurité pour prendre conscience des dangers qui pèsent sur nos droits.

Le gouvernement n’a cessé de nier qu’il s’agirait d’une surveillance de masse. Or, dès lors que l’on met en place des dispositifs comme des boîtes noires (qui aspirent toutes les métadonnées des internautes) ou des « IMSI catchers » (qui engrangent les appels téléphoniques), on sort de facto du champ de la surveillance ciblée pour entrer dans celui d’une surveillance généralisée. Ce sont des machines, avec un algorithme et des mots clés, qui passent au crible nos comportements sur Internet, cela implique une surveillance étendue, non-ciblée, et donc illégale.

D’autre part, le contrôle proposé reste insuffisant : la Commission Nationale de Contrôle des Techniques de Renseignement donnera certes un avis mais uniquement consultatif et le recours au Conseil d’État en cas d’abus ne sera possible qu’a posteriori.

Enfin, les finalités de ce projet dépassent largement la lutte contre le terrorisme, avec la défense des « intérêts essentiels de la politique étrangère », « intérêts économiques, industriels et scientifiques majeurs de la France ». Des contours aussi flous permettent toutes les dérives : par exemple,  quelle interprétation pourrait être faite de l’action d’un lanceur d’alerte mettant en péril ces intérêts au nom de l’intérêt général ?

Face à de telles menaces sur nos libertés fondamentales, nous ne pouvons que nous opposer à cette loi et poursuivre la mobilisation.