Posts Tagged ‘solidarité’

J-1 pour les « 10 Jours pour Signer » d’Amnesty à Paris 13

décembre 8, 2015

 

ÇA Y EST, ON EST FIN PRÊTS !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On s’est donné à fond pour la préparation de l’édition 2015 des « 10 Jours pour signer », malgré le fait que plus de la moitié de nos « troupes » d’étudiants ont été réquisitionnées pour la Cop21 ou une journée sur les Réfugiés… Heureusement, nous avons été plutôt boostés par ce défi de faire aussi bien que les années précédentes même avec moins de monde, et puis par ailleurs, le fait d’avoir enfin notre local à Paris 13 ! Ces 15 derniers jours, dans la bonne humeur comme toujours, comme le montre cette galerie de photo, nous nous sommes appropriés les différentes situations sur lesquelles nous allons sensibiliser et mobiliser le public, et nous avons concocté le programme suivant, pour un événement que nous voulons festif et militant, ce jeudi 10 décembre entre 10h et 16h  :

Le stand information et pétition aux couleurs d’Amnesty :

Notre stand sera installé au forum du campus de Villetaneuse, et nous proposerons nos 6 pétitions de soutien à des personnes dont les droits sont bafoués dans 6 pays différents : USA, Arabie Saoudite, Syrie, République Démocratique du Congo, Burkina Faso et Myanmar. https://amnestyparis13.wordpress.com/2015/12/06/10-jours-pour-signer-avec-amnesty-a-paris-13-6-situations-de-violations-des-droits/

Diversification des propositions d’action :

En plus de ces pétitions papier, nous offrirons également au public la possibilité de s’installer à notre ordinateur pour envoyer des tweets ou des messages Facebook aux autorités, ainsi que des messages de soutien aux personnes qui sont victimes de violations. Ces messages seront symboliquement postés depuis Paris 13, dans notre boîte au lettres Amnesty. Enfin, comme l’an passé, l’agence BETC a créé pour Amnesty une applicaiton smartphone qui permet de signer en ligne et de prendre en photo son regard avec ce slogan : « Ne fermons pas les yeux sur les violations des droits humains. » Ces regards formeront une mosaïque sur le site dédié 10 Jours pour signer.

Une scène !

Entre les épisodes musicaux et les spots radio enregistrés par Sophia Aram pour promouvoir les « 10 Jours pour Signer », nous monterons sur cette scène pour jouer une saynète qui met en lumière les 6 situations de violations en les opposant aux articles de la Déclaration Universelle des droits de l’homme, au nom desquels nous dénonçons ces situations. Cela tombe bien, ce sera la date anniversaire de l’adoption de ce texte à l’ONU, puisque c’était le 10 décembre 1948…

Un espace de convivialité

Rien de tel pour attirer plus de monde que de miser sur la convivialité ! Boissons et gâteaux seront donc offerts et notre objectif est d’accueillir au mieux tous ceux qui viendront vers nous, au-delà de la signature de pétition, de prendre le temps de créer véritablement des liens.

ALORS, TOUS AU FORUM ENTRE 10H ET 16H CE JEUDI 10 DÉCEMBRE, MONTRONS NOTRE SOLIDARITÉ ENVERS DES PERSONNES QUI EN ONT BIEN BESOIN !

Publicités

Entretien avec Cécile Coudriou au siège d’Amnesty International

janvier 6, 2012

Le 2 décembre 2011, Cécile Coudriou, membre du Bureau Éxécutif d’Amnesty International France et enseignante à l’Université Paris 13 a répondu aux questions d’un étudiant de l’école de journalisme de Genève.

Cet entretien permet de découvrir « Amnesty International, un mouvement militant au service des droits humains », en 6 questions :

1) Pourquoi Amnesty International défend-elle les droits de l’homme ? Cela ne relève-t-il pas des prérogatives gouvernementales ?

2) Quelle est l’optique de la nouvelle campagne « Dignité » ?

3) Comment Amnesty International parvient-elle à se positionner par rapport à la « pensée unique » ?

4) Quels sont les moyens d’intervention d’Amnesty International ?

5) Quel est l’impact d’Amnesty International ?

6) Comment la communication d’Amnesty International est-elle assurée ?

Marathon édition 2010 à Paris 13 : défendons les défenseurs

décembre 5, 2010

SOLIDARITÉ INTERNATIONALE ! DÉFENDONS LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS DANS LE MONDE ENTIER !

Au terme d’une longue discussion, nous avons décidé de nous concentrer cette année sur 4 cas parmi les 12 de la campagne « personnes en danger ». Ils viennent de différents pays du monde, Maroc, Colombie, Soudan et Iran, mais ils ont tous en commun d’être des défenseurs des droits humains dont la liberté d’expression est bafouée.

1. MAROC : CHEKIB EL-KHIARI DOIT ÊTRE LIBÉRÉ :

Ce défenseur des droits humains a été condamné le 24 juin 2009 à trois ans de prison et à une très lourde amende. La condamnation se fonde sur les déclarations faites à la télévision nationale marocaine par Chekib El Khiari en janvier 2009, déclarations relatives à des affaires de trafic de drogue et de corruption, dénonçant l’implication de hauts responsables de l’appareil d’État.
Chekib El Khiari est considéré comme un prisonnier d’opinion, arrêté, poursuivi et condamné uniquement pour des raisons politiques – à cause de son travail contre la corruption et le trafic de drogue à Nador, et pour ses activités en faveur des droits humains.

C’est son frère, Amin, que nous aurons le plaisir d’accueillir sur le campus le jour J.

2. COLOMBIE : PROTÉGEZ LA DÉFENSEURE DES DROITS HUMAINS INGRID VERGARA :

Quand les paramilitaires essaient de la faire taire Ingrid Vergara est la porte-parole du Mouvement national des victimes de crimes d’État (MOVICE) dans le département du Sucre, au nord-ouest de la Colombie.

Depuis 2008, Ingrid subit menaces et actes d’intimidation de la part de groupes paramilitaires. Son entourage est également pris pour cible. En 2009, une lettre de menaces de mort à son intention a été remise à sa fille de 14 ans, Cendy Torres. En avril 2008 déjà, des hommes avaient dit à l’ado¬lescente qu’ils allaient la tuer à cause des activités de sa mère. Malgré les plaintes déposées, aucune protection ne lui a été offerte de la part des autorités.

3. SOUDAN : LIBÉREZ ABUZAR AL AMIN ET LES AUTRES JOURNALISTES DU JOURNAL RAI AL SHAAB :

Coupables d’avoir analysé les élections
Suite à la publication d’un article analysant les résultats de l’élection présidentielle qui s’est tenue au Soudan en avril 2010, Abuzar Al Amin, rédacteur en chef adjoint du journal Rai Al Shaab, a été arrêté avec deux de ses collègues le 15 mai 2010 par le Service national de la sûreté et du renseignement (SNSR).

Amnesty International pense que ces trois hommes sont détenus et condamnés uniquement pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d’expression.

4. IRAN : LIBÉREZ LES MEMBRES DE LA CAMPAGNE POUR L’ÉGALITÉ ET CESSEZ DE LES HARCELER :

Lancée en 2006, la Campagne pour l’Égalité (également appelée «un million de signatures»), est une initiative populaire de défense des droits des femmes. Elle vise à mettre fin à la discrimination dont celles-ci font l’objet dans le droit iranien. Plus de 50 de ses membres ont été détenus en raison des activités qu’ils menaient dans ce cadre. Un certain nombre de femmes associées à la Campagne pour l’Égalité sont en prison.

NOS SIGNATURES ONT DU POUVOIR : Nous qui avons la chance de pouvoir exprimer nos opinions librement, et sans nous mettre en danger, essayons donc de faire une différence pour ces personnes qui mènent un combat pour la justice en prenant, elles, le risque d’être harcelées, persécutées ou emprisonnées. Apportons-leur tout notre soutien et protégeons les par ce geste simple mais efficace : SIGNER ET FAIRE SIGNER !

Comme l’a déclaré Desmond Tutu, archevêque sud-africain, prix Nobel de la paix : « Cela veut dire beaucoup pour les personnes opprimées de savoir qu’elles ne sont pas seules. Et ne laissez jamais personne vous dire que ce que vous faites est insignifiant. ».

Pour en témoigner, une vidéo d’un prisonnier libéré grâce à Amnesty International :

POUR DÉCOUVRIR LES AUTRES CAS, CLIQUEZ ICI :

http://www.marathondessignatures.com/

Amnesty à Solidays (Article de Vincent Vigouroux)

juillet 23, 2010

Les 25, 26 et 27 juin derniers, ce sont plus de 168 000 festivaliers qui se sont pressés aux portes des Solidays : nouveau record d’affluence pour cette douzième édition du festival solidaire, une occasion unique pour Amnesty International de sensibiliser le plus grand nombre à la thématique de la mortalité maternelle, dans le cadre de la campagne (((Exigeons la Dignitié))).

Cet incroyable succès s’explique en grande partie par une programmation détonnante : Wax Tailor, Hoccus Poccus, Diam’s, -M-, Java, Archive, N.E.R.D., Tumi & Volume, Oxmo Puccino, Rodrigo et Gabriela… autant d’immenses artistes qui sont venus donner de la voix à l’hippodrome de Longchamp au nom de la solidarité. Parce que les Solidays, c’est avant tout un temps de partage et d’écoute où chacun est invité à s’ouvrir et à s’intéresser aux combats que mènent la petite centaine d’associations présentes sous le chapiteau du fameux village solidaire. Impossible dès lors, pour ceux qui ont pris le temps d’y faire un petit détour, d’avoir manqué l’énergie débordante de la vingtaine de bénévoles arborant le dossard jaune et noir d’Amnesty. Impossible aussi de ne pas avoir entendu les exclamations et la bonne humeur des festivaliers qui, encouragés par les cris et le mégaphone des bénévoles, se prêtaient volontiers à notre animation, la Roue de l’Infortune.

La Roue de l’Infortune proposait aux festivaliers de se mettre symboliquement dans la peau d’une femme burkinabè enceinte devant se rendre à l’hôpital pour accoucher. Chaque participant portait un sac à dos lesté sur le ventre pour traduire la grossesse et était ensuite invité, seul ou contre un adversaire, à finir un parcours du combattant en un minimum de temps.

Au préalable, et afin de se sensibiliser aux difficultés inhérentes à la situation du Burkina Faso, les participants faisaient tourner la Roue de l’Infortune et, en fonction de la case sur laquelle ils tombaient, héritaient d’une « infortune », une difficulté supplémentaire à leur parcours reflétant symboliquement la dure réalité des femmes enceintes burkinabè.

Après l’animation, les festivaliers étaient dirigés vers un mannequin symbolisant une femme burkinabè enceinte. En collant sur la robe du mannequin le morceau de pagne qu’ils avaient récupéré en milieu de parcours, ils marquaient leur volonté de protéger les femmes du Burkina Faso et témoignaient leur soutien vis-à-vis de la section burkinabè d’Amnesty International, en faisant écho à la Caravane d’information et de sensibilisation qui avait sillonné le pays.

Au final, un des stands les plus animés du village, des festivaliers enchantés par l’animation et sensibilisés à la thématique, des bénévoles épuisés mais ravis…sans oublier les 2000 signatures récoltées !