Posts Tagged ‘signatures’

Radio Campus Paris consacre sa Matinale aux « 10 jours pour signer » d’Amnesty International

décembre 13, 2014

250146_1948330340790_1018502895_2097954_3860397_nLe 9 décembre, Cécile Coudriou, enseignante à l’Université Paris 13 et ancienne vice-présidente d’Amnesty International France répondait aux questions de Radio Campus Paris sur les « 10 jours pour signer » :

En quoi consiste cette opération, comment sont choisies les 12 situations emblématiques qu’elle met en lumière, pourquoi ce concept « Votre regard est une arme », à quoi cela sert de signer, quel est l’impact de cette action ?

Retrouvez cette émission ici :

http://www.radiocampusparis.org/?powerpress_embed=114665-podcast&powerpress_player=mediaelement-audio

http://www.radiocampusparis.org/2014/12/la-matinale-du-081214-10-jours-pour-signer-et-radio-nocturne/

Publicités

Après les « 10 jours pour signer » d’Amnesty, images et paroles d’étudiants de Paris 13

décembre 17, 2013

Découvrez notre album souvenir de l’événement « 10 jours pour signer : laissez votre empreinte pour les droits humains » à Paris 13, et les paroles recueillies auprès des étudiants qui y ont participé :

Charlène : « Nous avons eu la chance de pouvoir mener une action d’envergure sur le campus, avec un stand particulièrement visible sur le Forum et sa fresque qui s’embellissait d’heure en heure grâce à la participation de chacun, jusqu’à devenir cette magnifique œuvre collective…
Armés de nos pétitions, nous avons réussi à convaincre des centaines d’étudiants que leur signature est une arme efficace contre les injustices lorsque sa force est décuplée par celle de toutes les autres. Résultat à la hauteur de nos espérances : plus de 2500 signatures récoltées en moins de cinq heures !
La volonté d’Amnesty International de mettre en lumière les violations des droits humains à l’occasion de ces « 10 jours pour signer » a véritablement pris tout son sens : les étudiants découvraient les cas faisant l’objet des pétitions et transformaient leur indignation en action en apportant leur signature pour la défense des droits humains. »

Nicolas : « L’opération 10 jours pour signer a été, selon moi, un succès. Au-delà du nombre de signatures récoltées, la journée du 10 décembre a été l’occasion d’interagir avec les étudiants de Paris 13, les convaincre de l’intérêt des droits de l’homme, leur faire connaitre des situations précises ainsi que l’action d’Amnesty International. A titre personnel, ce fut une opportunité pour partager mes convictions et m’entraîner à promouvoir la défense des droits de l’homme. »

Alicia : « Une petite appréhension avant de se confronter au public pour dénoncer 6 cas de violations des droits humains… Vont-ils vouloir nous écouter? Seront-ils intéressés ? Se sentiront-ils concernés ? Penseront-ils que notre cause a une valeur et que l’action collective est efficace?
Tant de questions qui ont trouvé des réponses lors d’une journée de mobilisation vivifiante, où échanges, soutien et bien sûr signatures (mode d’action oblige!!) étaient au rendez-vous.
Je ne peux que vous encourager à participer à ce genre de projets, à sauter le pas. Certes cela prend du temps mais une fois que l’on a donné ce temps on se rend compte que l’on aurait difficilement pu mieux le passer. Pour que ce genre d’événements illuminent plus souvent notre quotidien, mobilisez-vous !! »

Bayasgalan : « Ce 10 décembre, une expérience inoubliable et pour la bonne cause ! Malgré le petit nombre des « half-hearted people », j’étais contente de savoir qu’un si grand nombre des gens s’intéressaient à ce qui se  passe ailleurs qu’ici et soutenaient notre combat par leurs signatures. N’est-ce pas la moindre des choses que nous puissions faire ? »

Alexia : « Le « marathon des signatures », aujourd’hui devenu « les 10 jours pour signer », s’est particulièrement bien déroulé à Paris 13. En effet, la majeure partie des personnes ont été réceptives et se sont senties concernées, voire préoccupées. Nous avons récolté un bon nombre de signatures et cette expérience a également permis la sensibilisation d’un public méconnaissant parfois certaines situations de violations des droits de l’homme dans le monde. »

Meryem : « Un 10 décembre riche en émotion, pour vivre pleinement notre engagement dans la défense des droits humains. 10 jours pour signer et 1 journée sur Paris 13 pour récolter le maximum de signatures, nouveau record ; 2575 signatures durement acquises !!! »

Céline : « La mobilisation étudiante du 10 décembre dernier et les nombreuses signatures récoltées ont prouvé l’implication des étudiants de Paris 13 quant aux problématiques de violations des droits de l’homme. »

Katrin : « L’action « 10 jours pour signer » à Paris 13 a été une expérience très intéressante. J’étais agréablement surprise de voir autant d’étudiants signer nos pétitions. »

Fresque et musique pour Amnesty International : « 10 jours pour signer » à Paris 13

décembre 16, 2013

P1050712

Quelle meilleure date que le 10 décembre, journée mondiale des droits de l’homme,  pour lancer sur le campus de Villetaneuse notre opération de mobilisation « 10 jours pour signer » avec Amnesty International France ?

On peut dire que cela a décuplé notre énergie, car, au son des reprises pop et rock du groupe Magic Fingers, les étudiants de l’Antenne-Jeunes de Paris 13 et ceux du Master ONG ont recueilli 2575 signatures en quelques heures !

P1050732

Aux côtés du stand, l’activité créative battait son plein avec Isabelle Villanova, médiatrice artistique qui invitait les étudiants à laisser leur empreinte sur la grande fresque des droits humains. Les  portraits au pochoirs – celui de Nelson Mandela, à qui cette fresque était dédiée, comme celui des personnes en danger qu’Amnesty International soutient – ont vite été entourés d’empreintes de mains de toutes les couleurs, et de toutes sortes de messages de solidarité : « Courage Jabeur », pour ce jeune Tunisien emprisonné pour quelques posts sur Facebook jugés offensants ; « Justicia para Myriam Lopez », violée en toute impunité par des militaires au Mexique ; « Libérez Trung », emprisonné au Vietnam pour son activité militante en faveur de la démocratie, ou encore « paix et justice, écrit en arabe pour soutenir les villageois de Nabi Saleh, dans les territoires occupés Palestiniens…

P1050665Découvrez la vidéo de cet événement, qui n’aurait jamais pu avoir lieu sans l’implication de Audrey Decrock, Ingrid Law-Yu-Kuan et Alexandra Voisin : ce sont ces 3 étudiantes du Master « Communication des entreprises » qui ont monté le projet, et obtenu son financement par l’université (via le FSDIE, Fonds de Solidarité et de Développement de l’Initiative Étudiante), un grand merci à elles aussi !

Marathon des signatures 2011, en 3 étapes à Paris 13

décembre 19, 2011

Quoi de neuf dans l’édition 2011 du Marathon des signatures, l’un des nos rendez-vous annuels avec Amnesty International à Paris 13  ?  3 étapes au lieu de 2 cette année, et un autre type de renfort pour les membres de l’Antenne-Jeunes : les étudiants du Master Coopération Internationale et ONG de l’UFR Droit, tout aussi motivés pour contribuer sur le fond que sur la mise en scène…

Mais commençons par notre PREMIÈRE ÉTAPE, le lancement dès le 3 décembre, du Marathon en ligne sur le site, dédié « marathondessignatures.com ».

Pour cela, les membres de l’Antenne-Jeunes ont largement distribué partout sur le campus la « cart’com »  invitant à signer sur le site. Ils ont également décoré la salle informatique de l’UFR Communication aux couleurs du Marathon, pour faire découvrir le site sur place, tout en annonçant les deux étapes suivantes…

Difficile de mesurer l’impact de cette opération, même si on sait qu’elle aura forcément contribué à la visibilité du Marathon des signatures : combien auront signé sur le site, combien auront au moins appris l’existence du Marathon, combien enfin auront tout simplement découvert l’action d’Amnesty international et auront eu envie de venir suivre les autre étapes grâce à la première ?

DEUXIÈME ÉTAPE, L’ÉVÉNEMENT MARATHON DES SIGNATURES LUI-MÊME :

Quelle équipe ce 8 décembre,  pour la « course aux signatures » au forum de Paris 13 !… Certains restent au stand pour y donner des infos ou commenter l’expo, d’autres se déploient dans le forum et aux alentours pour aller vers les gens, les faire signer mais aussi les inviter à venir assister à notre petite mise en scène…

À midi trente, puis de nouveau à 13h,  nous interprétons la saynette que nous avons préparée avec soin. Le dispositif est à la fois très simple et  très symbolique d’Amnesty International : sur une scène décorée de nos célèbres bougies et de lanternes portant l’effigie des 5 cas que nous avions retenus,  5 personnes sont enfermées dans un périmètre délimité par un ruban jaune comme sur une scène de crime. Pour mieux incarner ces « personnes en danger », ils portent un masque blanc et tiennent devant eux un panneau avec le visage de leur « personnage ». À l’extérieur de cette zone, se tiennent des « marathoniens » d’Amnesty avec leur dossard jaune.  Après une brève introduction à la raison d’être d’Amnesty International, le texte alterne extraits de la Déclaration universelle des droits de l’homme correspondant à la violation du droit subie par l’une des « personnes en danger », la présentation de son cas par cette personne elle-même, et enfin, un appel à l’action lancé par l’un des militants. À la fin de la scène, le ruban est coupé et les prisonniers sont ainsi libérés.

TROISIÈME ÉTAPE : autour du thème « RUSSIE ET DROITS HUMAINS », rencontre avec une jeune femme tchétchène (dont le nom est tû ici à sa demande) venue nous parler de son activité militante au sein de l’ONG « Mémorial » pour combattre les terribles violations que subit son peuple : atteintes à la liberté d’expression, harcèlement,  enlèvement, torture et assassinat des défenseurs des droits.

À l’heure de la pause déjeuner (et malheureusement en pleine période d’examens un 13 décembre…) c’est tout de même un peu plus d’une trentaine de personnes, étudiants et membres du personnel, qui vient l’écouter mais aussi lui poser des questions en toute simplicité. Ce format plus intime – une rencontre plutôt qu’une conférence – a finalement fair ressortir l’intensité d’un tel moment : se retrouver face à une personne dont le combat pour les droits humains représente tellement plus de risques que pour nous, et qui pourtant fait preuve de tant de détermination et de calme est toujours une sacrée leçon d’humilité et une source d’inspiration irremplaçable.

LE MARATHON SE CLÔT sur des impressions très fortes, de beaux souvenirs qui auront soudé l’équipe, et puis surtout, des résultats très concrets : 1757 signatures récoltées sur pétition papier (Mexique : 453 ; Corée du Nord : 390 ; Nigéria : 309 : Russie : 306 ; Iran : 299), et quelques nouveaux contacts pour étoffer notre équipe de l’Antenne-Jeunes. Un grand merci à tous les Marathoniens, et en attendant de découvrir le vidéo-clip de notre événenemt, voici un lien vers le diaporama flickr de toutes nos photos souvenirs.

http://www.flickr.com/photos/cc75/sets/72157628355117387/show/

Amnesty à Solidays (Article de Vincent Vigouroux)

juillet 23, 2010

Les 25, 26 et 27 juin derniers, ce sont plus de 168 000 festivaliers qui se sont pressés aux portes des Solidays : nouveau record d’affluence pour cette douzième édition du festival solidaire, une occasion unique pour Amnesty International de sensibiliser le plus grand nombre à la thématique de la mortalité maternelle, dans le cadre de la campagne (((Exigeons la Dignitié))).

Cet incroyable succès s’explique en grande partie par une programmation détonnante : Wax Tailor, Hoccus Poccus, Diam’s, -M-, Java, Archive, N.E.R.D., Tumi & Volume, Oxmo Puccino, Rodrigo et Gabriela… autant d’immenses artistes qui sont venus donner de la voix à l’hippodrome de Longchamp au nom de la solidarité. Parce que les Solidays, c’est avant tout un temps de partage et d’écoute où chacun est invité à s’ouvrir et à s’intéresser aux combats que mènent la petite centaine d’associations présentes sous le chapiteau du fameux village solidaire. Impossible dès lors, pour ceux qui ont pris le temps d’y faire un petit détour, d’avoir manqué l’énergie débordante de la vingtaine de bénévoles arborant le dossard jaune et noir d’Amnesty. Impossible aussi de ne pas avoir entendu les exclamations et la bonne humeur des festivaliers qui, encouragés par les cris et le mégaphone des bénévoles, se prêtaient volontiers à notre animation, la Roue de l’Infortune.

La Roue de l’Infortune proposait aux festivaliers de se mettre symboliquement dans la peau d’une femme burkinabè enceinte devant se rendre à l’hôpital pour accoucher. Chaque participant portait un sac à dos lesté sur le ventre pour traduire la grossesse et était ensuite invité, seul ou contre un adversaire, à finir un parcours du combattant en un minimum de temps.

Au préalable, et afin de se sensibiliser aux difficultés inhérentes à la situation du Burkina Faso, les participants faisaient tourner la Roue de l’Infortune et, en fonction de la case sur laquelle ils tombaient, héritaient d’une « infortune », une difficulté supplémentaire à leur parcours reflétant symboliquement la dure réalité des femmes enceintes burkinabè.

Après l’animation, les festivaliers étaient dirigés vers un mannequin symbolisant une femme burkinabè enceinte. En collant sur la robe du mannequin le morceau de pagne qu’ils avaient récupéré en milieu de parcours, ils marquaient leur volonté de protéger les femmes du Burkina Faso et témoignaient leur soutien vis-à-vis de la section burkinabè d’Amnesty International, en faisant écho à la Caravane d’information et de sensibilisation qui avait sillonné le pays.

Au final, un des stands les plus animés du village, des festivaliers enchantés par l’animation et sensibilisés à la thématique, des bénévoles épuisés mais ravis…sans oublier les 2000 signatures récoltées !

Album souvenir du Marathon des Lettres à Paris 13

décembre 13, 2009

Et voilà, le Marathon des Lettres s’est achevé, mais voici quelques photos, pour raconter en images comment cet événement s’est déroulé :

Dès le mardi, on avait commencé à habiller les salles de la plate-forme informatique aux couleurs d’Amnesty, avec nos affiches, les tapis de souris et les fonds d’écran spécial Marathon. Mention spéciale au reponsable de cette plate-forme, Malek Berri, qui a si gentiment apporté sa contribution !

Un enseignant très sympa a accepté de nous laisser faire une petite intervention pour expliquer l' »opération Marathon », et puis aussi photographier les étudiants en train de signer directement en ligne sur le site dédié.

Les étudiants ont d’ailleurs très bien réagi, ils connaissaient déjà Amnesty International, mais pas le Marathon des Lettres. Ils ont tous accepté de le découvrir avec nous et de signer en ligne. Nous espérons qu’à l’avenir, ils participeront d’eux-mêmes régulièrement aux actions de notre mouvement…

Nous voici sous le forum le jour J, le 10 décembre ! Dès le matin, on a installé notre table d’information avec les pétitions, les magazines « La Chronique d’Amnesty » et la version jeune « AJ » . Avec nos dossards jaunes, on est prêts au départ, et déjà on voit arriver du monde !

On installe aussi les portraits des 5 personnes en danger que l’on soutient, et puis une télé pour pouvoir diffuser des vidéos clips réalisés pour Amnesty International :

Dès le début, tout se passe dans la bonne humeur, on est vraiment heureux de faire cette action ensemble

On avait appelé notre événement « Le Marathon des Lettres à l’heure du numérique », mais on voulait vraiment mélanger les deux possibilités d’action, signature sur pétitions papier ou en ligne. Alors, en plus de la plate-forme informatique, on avait aussi un petit espace multimédia près de notre table, pour que les étudiants découvrent le site spécial Marathon et puissent agir directement en ligne avec nous .(Merci à Philippe, Gauthier, Hacène, les techniciens informatiques qui ont installé tout cela, …)

Au début, un coaching s’impose ! Parfois personnalisé …

Ou – très efficace aussi ! – en groupe …

Très rapidement, les gens affluent à la table et on leur explique les histoires de « nos » personnes en danger :

Là encore, c’est très agréable car les réactions sont toutes très positives, et les gens se pressent pour signer et prendre de la documentation :

Derrière cette table on aperçoit la fresque réalisée l’an dernier par le collectif d’artistes « Hip Hop Citoyens », en hommage à la fois à la DUDH et à la Campagne pour l’Égalité en Iran :

Et c’est d’ailleurs devant cette fresque qu’a posé une partie de l’équipe des marathoniens – ou plutôt marathoniennes en l’occurrence… – membres ou pas de l’Antenne-Jeunes, mais toutes étudiantes de Paris 13 en 2e année de Licence Information et Communication :

Sarah et Elina, deux étudiantes en Master Pro Communication des Entreprises et des Associations, s’étaient jointes à nous, et se sont occupées ce jour-là plus particulièrement de l’espace multimédia :

Enfin, il faut rappeler que l’esprit de cet événement était non seulement de réunir membres et sympathisants, mais aussi jeunes et moins jeunes, avec la participation du groupe local Amnesty international de Montmorency. L’idée était de favoriser aussi les échanges entre générations :

Informer, sensibiliser …

Puis à 13h, on a commencé la lecture publique :

Après un brève introduction de Cécile Coudriou à la mission d’Amnesty International et à notre texte fondateur, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, les étudiants ont pris la parole, certains pour en lire le préambule puis quelques articles, d’autres pour raconter l’histoire de l’une des personnes en danger, ou encore pour lire des témoignages d’anciennes victimes remerciant Amnesty.

Malgré un certain trac, chacun a fait sa petite intervention du mieux possible !

Et cela a manifestement eu un effet positif, car ensuite on a eu encore plus de monde à la table, et à la fin de la journée, on avait recueilli près de 1300 signatures sur papier pour les 5 cas de personnes en danger. Il faut dire d’ailleurs que c’est Lamba Soukouna, le jeune garçon de Villepinte victime de violences policières qui en a recueilli le plus. Son cas semble avoir touché tout particulièrement les étudiants de Paris 13.

Sur le site, c’est plus difficile de comptabiliser ce qui relève de notre action, mais on peut quand même dire que c’est sans doute pas plus d’une centaine de signatures, Et oui, bizarrement, les jeunes ont un peu boudé l’ordinateur et beaucoup ont préféré signer à la table d’information.  Pour eux, agir en ligne, c’est plutôt agir de chez soi.

En tous cas, ce fut une sacrée bonne journée de mobilisation, et une expérience super positive à tous points de vue : un maximum de visibilité pour Amnesty et son Marathon de lettres, un nombre de signatures tout à fait satisfaisant, et en bonus, pas mal de contacts d’étudiants souhaitant rejoindre l’Antenne-jeunes et/ou participer à nos futures actions.

Conclusion : l’Antenne-Jeunes a fait ses preuves, mais ne va pas s’arrêter là ! CE N’EST QU’UN DÉBUT !

http://facebook.com/share.php?u=http://wp.me/pJ2Wj-66

Flash-Back sur l’événement de Décembre 2008

décembre 3, 2009

Tout a commencé grâce à un groupe d’étudiants en 2e année de Master « Communication des Entreprises, du Secteur Public et des Associations », qui a organisé un événement exceptionnel à Paris 13 pour célébrer le 60e anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. C’est eux !

En partenariat avec un collectif d’artistes, Hip Hop citoyens,( http://paris-hiphop.com/) ils ont pu proposer sur le campus un programme très varié : un concert rap,

avec une performance de danseurs hip hop d’enfer !

Dès le matin, on proposait aux étudiants d’écrire des messages sur un « Mur des Droits de l’Homme » créé pour l’occasion :

Et pendant ce temps des graffeurs réalisaient une fresque en l’honneur de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, DUDH, et en illustrant le combat d’Amnesty International avec l’une des personnes en danger que l’on soutenait : une iranienne persécutée parce qu’elle luttait pour la liberté d’expression dans son pays :


Alors merci à Hip Hop citoyens et à tous ces artistes qui ont accepté de se mobiliser aux côtés des étudiants pour cette journée exceptionnelle, cela nous a beaucoup aidé à attirer plein de monde, et à faire de cet événement une réussite militante aussi.

Car bien sûr, on était là avant tout pour défendre la cause des Droits Humains, et le but premier était de recueillir un maximum de signatures et de messages de soutien pour des personnes dont les droits fondamentaux sont bafoués ou menacés :

Et on avait aussi installé un espace multimédia pour encourager les gens à signer en ligne directement sur le site amnesty.fr,

Cela a permis de sensibiliser plein d’étudiants à notre cause, leur donner envie d’agir avec nous, ce jour-là mais aussi par la suite, en ligne sur le site d’Amnesty et – qui sait ? -sur le terrain.

Car il ne faut pas oublier l’autre objectif de cet événement : faire en sorte que cela ne s’arrête pas là, et que ce soit aussi un premier pas vers la création d’une Antenne-Jeunes d’Amnesty International sur le campus de Paris 13…

MISSION ACCOMPLIE !!! A la fin de la journée on avait recueilli non seulement plein de signatures et de messages de soutien en faveur des victimes de violations des droits humains, mais aussi une liste de contacts d’étudiants motivés par l’idée de former un groupe pour agir ensemble à l’avenir.

Une Antenne-Jeunes Paris 13 d’Amnesty a donc vu le jour grâce à cet événement de décembre 2008: un grand merci au collectif d’artistes Hip Hop Citoyens, aux étudiants du Master Communication des Entreprises, et aux militants du groupe local Amnesty International de Montmorency.

Et, à suivre, les premiers pas de cette Antenne-Jeunes…

En attendant, regardez la vidéo de cet événement mémorable :

Journée Amnesty International du 10 décembre 2008 à Paris 13
envoyé par com_paris13. – Plus de vidéos campus.