Posts Tagged ‘mobilisation’

« 10 Jours pour signer » avec Amnesty à Paris 13 : 6 situations de violations des droits

décembre 6, 2015
affiche_10JPSP13
Le 10 décembre, journée mondiale des droits de l’homme, Amnesty à Paris 13 mobilisera les étudiants de l’université autour de 6 des 10 situations de violations des droits mises en lumière dans  l’édition 2015 des « 10 Jours pour Signer ».
De 10 à 16h au forum de Villetaneuse, nous aurons 6 heures pour tenter de faire une différence sur 6 situations dans 6 pays différents où les droits tels qu’énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme sont bafoués.
Pétitions, tweets, messages et photos de soutien seront proposés au public pour manifester leur solidarité envers d’autres citoyens du monde qui en ont bien besoin !
 

ETATS-UNIS : Albert Woodfox, en prison à l’isolement depuis plus de 40 ans

images-1
Cela fait plus de 40 ans qu’Albert Woodfox est détenu à l’isolement. En 1972, il a été condamné pour le meurtre d’un gardien de la prison d’Angola alors qu’aucun élément sérieux ne le reliait à ce meurtre. A trois reprises, sa condamnation a été annulée. En juin 2015, un juge fédéral a ordonné sa libération immédiate. Mais l’Etat de Louisiane a, comme chaque fois, contesté cette décision en justice. Albert Woodfox continue d’être détenu, à l’isolement.

RDC : Fred Bauma et Yves Makwambala, deux jeunes prisonniers d’opinion risquent la peine de mort

images-2
Le 15 mars 2015, les forces de sécurité ont arrêté Fred Bauma et Yves Makwambala, activistes du mouvement de jeunesse citoyen Filimbi. Un temps détenus au secret, ils attendent désormais leur procès dans la prison de Kinshasa. Malgré l’absence de preuves, Fred et Yves encourent la peine de mort en cas de condamnation. Leur emprisonnement vise à faire taire un mouvement de jeunesse qui réclame des changements démocratiques dans le pays.

BURKINA FASO : Jeunes filles mariées de force

images-3
 Maria* avait 13 ans quand elle a dû s’enfuir pour échapper à un mariage dont elle ne voulait pas. Elle a marché pendant trois jours, sur 169 km, avant de trouver un refuge pour jeunes filles. Elle a ainsi réussi à se soustraire à une pratique qui touche encore des milliers de fillettes et jeunes femmes. Au Burkina Faso, le mariage forcé et précoce est interdit mais reste prédominant. Plus de la moitié des jeunes filles sont mariées avant leur majorité.
*le prénom à été modifié

MYANMAR (BIRMANIE) : Phyoe Phyoe Aung, syndicaliste étudiante, emprisonnée après avoir manifesté

images
 Phyoe Phyoe Aung est la secrétaire générale d’un des syndicats étudiants les plus importants du Myanmar. Depuis le 10 mars 2015, elle est emprisonnée avec une centaine d’autres manifestants. Ils risquent jusqu’à 9 ans de prison pour leur participation à ce mouvement.

ARABIE SAOUDITE : Waleed Abu Al-Khair, 15 ans de prison pour avoir défendu les droits humains

caseWaleedR
 Waleed Abu Al – Khair est un éminent avocat qui a défendu de nombreusesvictimes et militants des droits humains, dont Raïf Badawi. Son engagement lui vaut de purger actuellement une peine de 15 ans de prison, assortie de 15 ans d’interdiction de quitter le territoire. Il est le premier défenseur des droits humains à avoir été condamné en vertu d’une nouvelle loi antiterroriste saoudienne entrée en vigueur début 2014.

SYRIE : Rania Alabbasi et ses six enfants, arrêtés par les autorités syriennes, ils ont disparu depuis.

 

Petition4_23
Rania Alabbasi et ses six enfants ont été enlevés chez eux par des agents du gouvernement syrien en mars 2013. Malgré les requêtes de leurs proches, les autorités syriennes n’ont donné aucune information quant à leur sort, sur leur lieu de détention ou sur les raisons de leur arrestation. Les disparitions forcées sont une pratique courante du régime pour terroriser la population en Syrie.

Une mobilisation originale ! Les sportifs de Paris 13 avec Amnesty

avril 28, 2013

Décidément, ce Printemps des Droits Humains est marqué par la nouveauté, à la fois dans les formes d’actions militantes proposées et les personnes à qui elles s’adressent.

Des maisons pour le Brésil:

P1030961

Sur le campus de Paris 13 comme partout en France, les Antennes-Jeunes ont d’abord demandé au grand public de manifester son soutien aux victimes d’expulsions forcées au Brésil, non pas à travers la traditionnelle pétition, mais d’une manière plus originale et créative : symboliser le droit universel au logement en fabriquant des origamis en forme de maison, personnalisées avec dessins et couleurs sur lesquelles on inscrivait ce message en portugais.  Toutes les maisons recueillies seront par la suite envoyées au Brésil car l’objectif est d’accompagner d’un soutien moral aux personnes qui se battent dans leur pays contre le risque d’expulsion le travail de plaidoyer que fait Amnesty International auprès des autorités. https://amnestyparis13.wordpress.com/2013/04/21/retours-croises-et-en-images-sur-une-action-originale-pdh-a-paris-13/

Les sportifs avec Amnesty :

L’autre originalité de la campagne réside dans la façon dont Amnesty international met en lumière le lien qui existe entre certaines de ces expulsions forcées et l’organisation d’événements sportifs tels que la Coupe du Monde de Football et les Jeux Olympiques de Rio. Loin d’appeler au boycott de ces compétitions ou de les condamner dans l’absolu, Amnesty fait appel aux sportifs eux-mêmes pour souligner que de telles manifestations peuvent et doivent s’accompagner du respect des droits humains, que ces expulsions ne sont pas une fatalité et ne correspondent pas aux valeurs qu’ils portent.

Tous aux gymnase !

P1040030À Paris 13, les représentants de l’Antenne-Jeunes d’Amnesty sont donc partis à a chasse aux images au Gymnase Jackson Richardson.  Après un mail envoyé au directeur du Service des Sports et à la Directrice de Communication de l’université, pour avoir leur accord, il ne restait plus qu’à aller à la rencontre des étudiants inscrits dans diverses disciplines sportives pour leur proposer de participer à cette campagne.

La première réaction de surprise passée – cette action est décidément inhabituelle et il faut quelques explications pour que la démarche soit comprise – la plupart des jeunes accepte de poser pour la bonne cause, avec leur dossard « Expulsions forcées, STOP ! ». Leurs photos feront donc partie d’un album qui sera bientôt en ligne sur le site amnesty.fr mais en attendant, découvrez les dans l’album ci-dessous et bravo aux sportifs de l’Université Paris 13 pour leur soutien !

Victoire historique ! L’ONU adopte le traité sur le commerce des armes (Cécile Coudriou)

avril 4, 2013

733893_10200432716634303_968351290_n

Mardi 2 avril 2013, les militants d’Amnesty International ne sont pas près d’oublier cette date historique, celle de l’adoption par les États membres des Nations unies d’un traité sur le commerce des armes (TCA) qui permettra d’interdire aux États de transférer des armes classiques dans d’autres pays lorsque celles-ci serviront à commettre ou à faciliter des génocides, des crimes contre l’humanité ou des crimes de guerre.

48089_10151396737957572_500416183_n20 ans que cette idée d’un Traité avait été lancée par Amnesty et d’autres ONG, puis 10 ans de campagne mondiale « Contrôlez les armes » et enfin, malgré la décision cynique de la Corée du Nord, de l’Iran et de la Syrie – trois pays qui bafouent les droits humains et sont sous le coup de diverses sanctions des Nations unies – de bloquer l’adoption par consensus de ce traité, 154 États ont voté en sa faveur dans le cadre de l’Assemblée générale des Nations unies.

Certes, le traité tel qu’il a adopté ne répond pas à toutes les exigences que nous avions essayé de porter, comme le dit Brian Wood, responsable du programme « Contrôle des armes et droits humains » à Amnesty :

« Comme toujours dans ce type de négociations, nous n’avons pas obtenu tout ce que nous voulions. Par exemple, les munitions ne sont pas intégralement incluses dans toutes les dispositions du traité. Toutefois, comme ce traité peut être amendé et contient beaucoup de règles fortes, il fournit une base solide sur laquelle il sera possible de bâtir un système international visant à limiter l’approvisionnement en armes des auteurs d’atrocités, en temps de guerre comme en temps de paix ».

On peut se réjouir que le champ d’application du traité couvre les principales catégories d’armes classiques, dont les armes légères et de petit calibre, qui ont un lien direct avec le nombre de victimes civiles.

Ce qu’il ne faut surtout pas oublier, c’est que le combat est loin d’être achevé, car une fois adopté, un traité doit être signé puis surtout ratifié pour devenir contraignant et donc effectif. Il sera ouvert à signature et à ratification le 3 juin 2013 lors de l’Assemblée générale des Nations unies, et entrera en vigueur peu après avoir été ratifié par 50 États.

180999_10151297477977723_1957372220_nIl ne faut pas oublier non plus de dire MERCI ! Car cette victoire, même si elle n’est pas la dernière étape, n’aurait jamais été possible sans la mobilisation mondiale exemplaire de la société civile . C’est la preuve que lorsque des hommes et des femmes de bonne volonté rassemblent leur énergie ils peuvent réellement faire une différence. À tous ceux qui sont portés à croire que nous sommes de doux réveurs, des utopistes, j’ai envie de répondre que sans prétendre changer le monde, on peut essayer de l’améliorer et lutter de manière concrète et efficace contre des situations insupportables.

Une dernière note, plus personnelle : je ne suis pas près d’oublier non plus la mobilisation enthousiaste que j’ai eu le plaisir de partager avec les jeunes, en France avec l’Antenne-Jeunes de Paris 13, mais aussi aux USA, lorsqu’ai participé à l’événément devant la Maison Blanche. Je tiens donc à leur rendre hommage, avec cette vidéo :

Cécile Coudriou, Vice-présidente d’Amnesty International France

« Marathon des signatures » 2012 : tous sur la ligne de départ ! (Cécile Coudriou)

décembre 1, 2012

CARTE-MARATHON-RECTOChaque année, autour du 10 décembre, date anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, Amnesty International lance un Marathon des signatures, mobilisation mondiale en faveur de « personnes en danger », c’est-à-dire dont les droits fondamentaux sont ou ont été bafoués dans divers pays du monde.

Non, on ne chausse pas ses baskets pour parcourir des kilomètres, mais on répond à un appel à la solidarité internationale en signant des pétitions ou en écrivant des messages de soutien.

Cette année, c’est du 7 au 16 décembre que tous les citoyens du monde pourront « courir » ce Marathon, en ligne sur le site dédié marathondessignatures.org ou sur le terrain, partout en France et dans 80 pays du monde. Certains auront déjà fait leur « échauffement », en découvrant en amont sur la page thématique Facebook « Unis pour défendre leurs droits » les 12 situations  emblématiques de graves violations des droits humains combattues par Amnesty International. (https://www.facebook.com/AmnestyPersonnesEnDanger?fref=ts)

L’ONG  défend et promeut les droits civils et politiques, comme celui d’exprimer pacifiquement son désaccord avec un gouvernement sans risquer harcèlement, emprisonnement arbitraire et torture, ou celui d’être homosexuel sans risquer le viol et l’assassinat, ou encore celui d’être jugé et emprisonné dans le respect du droit ; mais elle défend également depuis 2001 les DESC, droits économiques, sociaux et culturels, qui supposent  un accès à des conditions de vie respectant la dignité humaine, et c’est pourquoi elle dénonce par exemple les expulsions forcées sans relogement,  ou l’impossibilité de vivre dans un environnement sain, parce qu’une multinationale a occasionné une telle marée noire détruisant tout moyen de subsistance.

NoxoloNogwaza-AfriqueduSudCes personnes ont un nom, un visage, une histoire, que l’on peut découvrir jour après jour, grâce au dispositif numérique « Storify » : chaque jour, de courts extraits sont postés sur les réseaux sociaux par des « ambassadeurs en ligne », militants d’Amnesty ou personnalités qui nous soutiennent. Ces personnes, ce sont par exemple Islam Oumarpachaiev, jeune tchéchène enlevé, emprisonné et torturé pour avoir posté sur un forum un commentaire critique de la police ; Albert Woodfox et Herman Wallace, 2  américains détenus dans des conditions inhumaines depuis 40 ans dans la prison d’Angola ; Noxolo Nogwaza, jeune lesbienne activiste violée et assassinée en raison de son orientation sexuelle, Azza Hilal Ahmad Suleiman, egyptienne molestée pendant les manifestations en Egypte ; Girifina, groupe de jeunes soudanais harcelés parce qu’ils militent pour la démocratie au Soudan ; la communauté de Bodo qui poursuit son combat contre Shell et les dégâts que cette entreprise a causés dans le Delta du Niger auNigéria…Bodo Nigeria

Le Marathon des signatures, c’est l’occasion de mettre un coup de projecteur sur ces visages et ces histoires, et de leur offrir un porte-voix en direction du grand public, grâce à la fois à cette présence sur internet et sur le terrain, et grâce également aux artistes et personnalités qui nous apportent leur soutien, chacun à leur manière, à travers l’écriture, la parole et la musique :abd-al-malik-2gyhoo un grand merci à l’écrivain Marc Lévy, le rappeur Abd Al Malik, le groupe Moriarty, l’avocat Robert Badinter, l’humoriste Guy Bedos ou encore le groupe Milk Coffee & Sugar.

Pour l’édition 2011, et les 50 ans d’Amnesty International, on a compté plus d’1.3 millions d’actions : signatures, lettres, messages de soutien. Cela a permis à Amnesty International de renforcer ses actions  en faveur des personnes en danger à travers le monde tout au long de l’année 2012.

Pour cette édition 2012, l’objectif est de battre ce record, d’aller toujours plus loin dans la mobilisation du grand public, et de faire participer encore plus de citoyens à ce Marathon des signatures en faveur des droits humains.

Alors, rendez-vous sur la ligne de départ le 7 décembre !!

Et en attendant, découvrez le vidéo-clip de la chanson écrite par Abl AL Malik pour Amnesty International, absolument magnifique !

https://www.youtube.com/watch?v=_bCAyospyKM

Dernière ligne droite pour le Traité sur le Commerce des Armes !

juin 11, 2012

Le 26 Mars 2012, Amnesty International a lancé sa campagne mondiale des 100 jours d’action pour un Traité sur le Commerce des Armes. Nous arrivons à la dernière ligne droite avant l’ouverture des négociations à l’ONU du 2 au 27 juillet.

Combien d’atrocités, d’actes de torture, d’homicides ou de crimes de guerre à travers le monde sont directement liés à ce commerce moins régulé que celui des bananes ou des jouets pour enfants !

C’est pourquoi dès octobre 2003, Amnesty International aux côtés d’Oxfam  et du Réseau d’action internationale contre les armes légères a décidé de lancer la campagne Contrôlez les armes, pour faire accepter l’idée d’un Traité. Voici une vidéo qui résume cette campagne :


Aujourd’hui un outil solide et efficace est à portée de main pour empêcher que le commerce des armes classiques contribue à de graves atteintes aux droits humains, et permettre d’interrompre les exportations dès que le risque de violation s’avère substantiel.

Mais pour cela, il faut maintenir une pression constante sur la communauté internationale et notamment sur les pays les plus gros exportateurs d’ames qui  – comble d’ironie – sont aussi les membres du Conseil de Sécurité… La France fait partie des pays leaders et des Etats clés sur le TCA aux côtés des Etats-Unis, de la Russie, de la Chine, du Royaume-Uni et de l’Allemagne. Ces pays représentent à eux seuls plus de 80% des exportations mondiales d’armements.

Que faire ?  Sensibilisation, Diffusion, Pétitions et « tweetothon » (ou marathon de tweets) :

Commencez par diffuser largement cette série de visuels pour participer à notre campagne de sensibilisation :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il est essentiel de susciter une prise de conscience et une mobilisation massive des citoyens du monde entier, afin qu’ils envoient à leur gouvernement respectif ce même message : pas d’armes pour des atrocités ! Pour cela, on vous propose de signer et partager notre pétition adressée au gouvernement français peut être signée en ligne en cliquant sur ce lien : http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Violences/Armes-et-conflits-armes/Actions/Plus-d-armes-pour-des-atrocites-agissez-maintenant-4959 ou la pétition internationale en cliquant sur celui-ci  : http://www.amnesty.org/fr/campaigns/control-arms

D’autre part, un marathon mondial de tweets sera lancé ce 11 juin à 17h30, et il s’agira d’envoyer le plus de tweets possible à @francediplo avec ce types de messages :

@francediplo La France doit soutenir un #ArmsTreaty qui protège les droits humains et le droit international humanitaire

@francediplo La France doit rester un pays leader pour un #ArmsTreaty ambitieux et historique qui couvre toutes les armes classiques

@francediplo François Hollande doit respecter ses engagements de campagne pour l’adoption d’un #ArmsTreaty qui protège les populations

@francediplo En Juillet 2012 la France a l’opportunité de rassembler la communauté internationale autour d’un #ArmsTreaty fort

@francediplo La France membre permanent du Conseil de sécurité doit oeuvrer pour un #ArmsTreaty qui permette la paix et la sécurité

@francediplo La France 4ème exportateur d’armements doit être exemplaire en concourant à l’adoption d’un #ArmsTreaty fort

@francediplo La France inaugure le salon de l’armement Eurosatory elle doit s’engager pour un #ArmsTreaty transparent sur les ventes d’armes

Alors à vos claviers, à vos smartphones, et faites tourner si vous voulez obtenir le meilleur TCA possible !

Cécile Coudriou

TROY DAVIS, LA MOBILISATION CONTINUE ! (Cécile Coudriou)

juin 22, 2010

NOUS SOMMES TOUS TROY DAVIS, TOUS ENSEMBLE POUR UNE ÉTAPE DÉCISIVE DANS NOTRE MOBILISATION MONDIALE !

Le 17 aout 2009, la Cour Suprême des États-Unis a accepté le recours de Troy Davis et décidé d’ordonner une audience pour qu’un juge examine les témoignages qui tendent à prouver son innocence. Cette audience se tiendra le 23 juin 2010, et plus que jamais, à l’approche de cette date fatidique, nous devons continuer  à montrer notre solidarité internationale avec Troy, car c’est cette persévérance dans le combat qui pourrait bientôt aboutir à le faire sortir du couloir de la mort, où il attend depuis 19 ans que justice lui soit rendue !

QUELQUES RAPPELS : Le premier procès en 1991 avait condamné Troy Davis à la peine capitale pour le meurtre du policier Mark Allen Mac Phail en août 1989 sur la base exclusive de 9 témoignages à charge. Puis 7 d’entre eux s’étaient rétractés. Les avocats de Troy Davis affirment avoir reçu 9 nouveaux témoignages qui mettent en cause Sylvester Coles, l’un des deux témoins présents, qui est aussi celui à avoir le premier dénoncé Troy.

Une mobilisation longue mais payante : grâce à cette solidarité mondiale, Troy Davis a échappé in extremis à son exécution programmée à trois reprises ces deux dernières années. Et il a fallu 15 ans de bataille judiciaire et de mobilisation citoyenne pour obtenir cette audience permettant de prouver son innocence…

Celle-ci n’aura rien d’une formalité pour Troy Davis. En effet, conformément à la décision de la Cour Suprême, le juge de district devra répondre sur le fait de savoir « si les preuves qui n’ont pu être obtenues au moment du procès initial démontrent clairement l’innocence de Troy Davis ». Troy devra donc prouver son innocence, mais aussi démontrer qu’il n’aurait pu obtenir les preuves de celle-ci avant. Dans un dossier ne comportant pas de preuve matérielle irréfutable (ADN…), beaucoup dépendra dès lors de l’appréciation du juge concernant les éléments qui lui seront présentés.

C’est pourquoi il est extrêmement important de continuer de montrer aux autorités américaines que nous restons mobilisés et attentifs à ce que justice soit enfin rendue dans cette affaire, et que le fond doit désormais définitivement prévaloir sur des arguments de procédure légale qui ont trop longtemps empêché la manifestation de la vérité, et continuent de restreindre les possibilités d’appel de nombreux condamnés à mort aux Etats-Unis. Pour cela,  Amnesty international propose 2 types d’action :

Nous construisons une mosaïque photo géante de Troy Davis, constituée des milliers de visages de personnes qui soutiennent notre appel à la justice dans cette affaire. Cette immense image composite sera relayée dans le monde sur le web et au cours de différentes activités pour sensibiliser le public à son histoire et maintenir la pression pour que justice lui soit enfin rendue.

Cette action se tiendra jusqu’à la fin des audiences. Si vous voulez y participer en envoyant une photo numérique et « donner votre visage pour la justice », voici le lien vers le mode d’emploi :
Autre action, le rassemblement militant !
À la veille du début des auditions, le 22 juin et les jours précédents, Amnesty International appelle à une troisième journée d’action mondiale pour Troy Davis.

De nombreuses actions auront lieu aux États-Unis et dans le monde: en France, plusieurs rassemblements sont organisés le 22 juin. À Paris, de 18h30 à 20h30, rassemblement militant à la Fontaine Saint-Michel (ligne 4, métro Saint-Michel) en présence de Geneviève Garrigos, présidente d’AI France, et de Raphaël Chenuil-Hazan, directeur d’Ensemble contre la peine de mort. Le public sera invité à prendre part à la pétition-photo « donnons un visage à la justice ».

Enfin, exceptionnellement, AI France sera présent sur le lieu même des auditions à Savannah (Etat de Georgie). Vous pourrez suivre directement leur déroulé ainsi que les nombreuses mobilisations qui se tiendront pendant toute la période, via un blog créé pour l’occasion et alimenté par le délégué de la section française présent sur place. En effet, AIUSA et la famille de Troy ont jugé important de rendre visible localement la solidarité internationale sur cette affaire, et ont invité les délégués d’AI France et AI Angleterre à être présents du 19 au 26 juin prochain.

Voici le lien vers le blog Live à Savannah:http://soutenonstroydavis.amnesty.fr/live

ALORS, TOUS AU RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN LE 22 JUIN ! Et an attendant, terminons par les mots qu’a adressés Troy Davis à Amnesty International :

« le combat pour la justice et contre l’injustice mené par les militants d’Amnesty International ont allumé un feu brûlant pour les droits humains et la dignité humaine.
Vous m’inspirez, vous m’honorez, et pendant que je prie que ma famille et ceux que j’aime gardent la force et la droiture, je partage cette lutte avec vous, je partage nos victoires, et, sachant ce que vous me donnez en force et en courage, je partage avec vous ma vie
. »


Interview de Cécile Coudriou, instigatrice de l’action d’Amnesty International à Paris 13

décembre 9, 2009