Posts Tagged ‘migrants’

Un bateau-pétition géant Place Beauveau pour dire « SOS Europe ! »

juin 6, 2014

2014-06-03T075238Z_1007180001_LYNXMPEA5209S_RTROPTP_3_OFRTP-FRANCE-MIGRANTS-AMNESTY Le 3 juin, Amnesty International France était devant la Place Beauveau pour y déposer un bateau géant en origami  sur lequel on pouvait lire « SOS Europe ! 3500 morts, Protégez les migrants avant de protéger les frontières ».

À deux jours d’un Conseil européen consacré aux politiques migratoires, l’ONG a également remis au ministère de l’Intérieur 3 500 petits bateaux-pétitions recueillis auprès du public, comme un symbole fort des 3 500 personnes migrantes ou réfugiées qui ont perdu la vie en cherchant à fuir la misère et les conflits et en tentant de rejoindre l’Europe par la mer.

« Les naufrages et les morts quasi quotidiens ont montré l’inefficacité  d’une politique principalement centrée sur la dissuasion et le contrôle, forçant ces personnes à trouver des voies d’accès encore plus dangereuses. Lors du prochain Conseil européen,  la France doit défendre des mesures concrètes pour secourir et protéger les migrants et les réfugiés en Méditerranée et en mer Egée », a déclaré Cécile Coudriou, Vice-présidente d’Amnesty International France,  : ( http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Personnes-deracinees/Migrations-et-droits-humains/Actualites/La-France-doit-faire-changer-de-cap-la-politique-europeenne-11830 )

Les recommandations d’Amnesty International auprès du ministère ont été soutenues par de nombreuses personnes à travers l’opération « Printemps des droits humains »: durant quelques semaines, toutes les Antennes-Jeunes d’Amnesty International France se sont mobilisées sur la campagne « SOS Europe » pour sensibiliser le public aux conséquences tragiques des politiques migratoires et interpeller le ministère de l’Intérieur sur sa position lors de la réunion du Conseil de l’Union Européenne les 5 et 6 Juin. Les  jeunes ont largement dépassé l’objectif fixé de 3 500 , puisqu’is ont finalement collecté plus de 6000 bateaux-pétitions auprès du public.

Découvrez en images cette remise de pétitions, et merci à tous pour votre mobilisation !

http://videos.tf1.fr/infos/2014/amnesty-international-appelle-la-france-a-clarifier-sa-position-8429487.html

« SOS Europe ! » Mission Amnesty accomplie à Paris 13 !

mai 18, 2014

P1060089Cette année, le Printemps de Droits Humains était un défi particulier pour « Amnesty à Paris 13 » ! À cette période, le campus de Villetaneuse commence déjà à se vider quelque peu, car bien des étudiants ont déjà passé leurs examens ou sont encore en révision…

Pourtant, nous avons décidé d’organiser une dernière action – cette fois  sur la campagne « SOS Europe » – et d’investir le forum en ce 13 mai entre 11 et 15h : nous y avons installé un stand aux côtés de notre exposition sur le thème des migrants et des réfugiés. Comme l’an passé pour l’action contre les expulsions forcées au Brésil (https://amnestyparis13.wordpress.com/2013/04/21/retours-croises-et-en-images-sur-une-action-originale-pdh-a-paris-13/), nous avons invité toutes les personnes présentes – étudiants et membres du personnel, jusqu’à notre président ! – à participer à une action plus originale qu’une simple pétition : l’idée était à la fois de casser les idées reçues sur les migrants et les réfugiés, à travers notre expo – interactive grâce à son jeu de questions-réponses – et d’inviter à montrer symboliquement son soutien en fabriquant des  « bateaux-pétitions » en origami, porteurs d’un message à Manuel Valls : « protéger les migrants avant de protéger les frontières ».

P1060116

OBJECTIF LARGEMENT DÉPASSÉ !

Finalement, le fait qu’il y ait moins de monde a presque facilité les échanges et a décuplé notre force de conviction : on a quasiment fait un 100% entre les personnes approchées et celles qui ont accepté de faire un bateau tout en laissant leur contact : à 15h, on comptabilisait 179 origami alors qu’on avait plutôt compté sur une cinquantaine !!!

P1060103

Alors, bravo et merci à tous pour ce bel élan de solidarité, qui prouve une fois encore que le militantisme de proximité porte ses fruits et permet un vrai travail de sensibilisation sur les droits humains. Nous avons le sentiment d’une mission accomplie, contribuer à atteindre l’objectif commun de toutes les Antennes-Jeunes d’Amnesty International France – 3500 bateaux -, pour porter haut et fort ce message aux autorités avant les prochaines réunions des ministres européens en charge des questions d’asile et de migrations les 4 et 5 juin : nous voulons des politiques migratoires qui respectent les droits humains et permettent de sauver des vies !

Découvrez la vidéo-diaporama de cette action :

Portons le message « SOS Europe ! » pour les migrants et réfugiés

mai 8, 2014

10258588_10152121837597572_181818740146433188_o« SOS Europe ! » C’est le nom de la campagne d’Amnesty International que nous allons relayer à l’Université Paris 13 le Mardi 13 mai entre 11h30 et 14h30 au forum du campus de Villetaneuse. Pourquoi SOS ? C’est le message à envoyer à l’Europe pour la protection des migrants, réfugiés et demandeurs d’asile.  Il y a non seulement danger mais urgence !

Le premier danger est pour eux le naufrage car ils arrivent par la mer sur des embarcations de fortune ; le second danger est l’accueil qui leur est fait : refoulement systématique, violences et brutalités des gardes-côtes et de la police.

Une Europe forteresse, à tout prix ?

189570_migrant_deathEn octobre 2013, au large de Lampedusa, plus de 350 personnes ont péri dans deux naufrages. Aujourd’hui, c’est la Grèce qui est sous les projecteurs : lorsque les migrants arrivent à cette frontière d’une Europe forteresse, la police ou les gardes-côtes les repoussent avec brutalité. Ils procèdent à des arrestations, à la détention et à des renvois forcés, alors que c’est illégal au regard du droit international. Amnesty International ne nie pas que les États peuvent surveiller leurs frontières, mais rappelle que cela ne doit jamais être au prix de la vie et de la sécurité des personnes.

Qu’ont fait les migrants pour mériter un tel traitement ? Ils ne font que fuir la misère et chercher une vie meilleure. Quant aux réfugiés, c’est la guerre, les conflits ou la persécution qu’ils fuient, et comment peut-on reprocher à quiconque de chercher désespérément une protection, un asile ?

Tout citoyen a un rôle à jouer : 

Ces drames humains révèlent des politiques migratoires de l’UE peu connues du grand public, et sur lesquelles nous pouvons pourtant agir : Les 4 et 5 juin, les ministres européens en charge des questions d’asile et de migrations se réuniront pour déterminer les orientations que prendra l’Europe pour les 5 prochaines années sur ce sujet. Fin juin, les chefs d’état ou de gouvernement adopteront officiellement le nouveau programme.

Nous devons donc faire entendre notre voix avant ces échéances, pour faire savoir aux décideurs que nous sommes très nombreux à soutenir la vision d’Amnesty International. Nous allons aussi montrer symboliquement notre soutien par une forme originale de pétition : chacun pourra confectionner un origami en forme de bateau, et notre objectif est d’en envoyer 3500 à Manuel Valls pour se souvenir des 3500 personnes qui ont péri en mer entre 2011 et 2013.

Au delà du symbole, il est essentiel d’informer le public sur les positions et les demandes d’Amnesty International :

–        Stop au refoulement forcé et aux mauvais traitements ! C’est contraire aux conventions de Genève de 1951, ainsi qu’aux règles du droit international de la mer qui impose des obligations de sauvetage, et enfin contraire aux règles que l’UE s’est elle-même fixées ;

–        transparence sur les procédures de contrôle des frontières utilisées par les autorités, et sur les violations des droits humains ;

–        stop au contrôle à tout prix ! protégeons les migrants et sauvons la vies avant de protéger les frontières ;

–        et enfin, réorientation des budgets alloués par l’Europe vers l’accueil et la protection des personnes au lieu d’augmenter sans cesse celui des contrôles des migrations.

Entre 2011 et 2013, la Commission européenne a alloué plus de 12 millions d’euros pour l’accueil des demandeurs d’asile et réfugiés. Sur la même période, ce sont plus de 227 millions d’euros qui lui ont été donnés pour le contrôle des migrations. L’agence Frontex, qui coordonne le contrôle des frontières extérieures de l’UE, elle prospère !

Alors, montrons tous notre soutien à des politiques migratoires plus humaines, soyez nombreux à nous rejoindre le Mardi 13 mai entre 11h30 et 14h30 au forum du campus de Villetaneuse, et faisons ensemble le plus grand nombre de bateaux possible pour noyer Manuel Valls sous les messages de solidarité ! Les politiques migratoires de demain dépendent aussi de nous tous !

Un week-end avec les jeunes d’Amnesty France

octobre 27, 2013

WEAJ, Week-end des Antennes Jeunes… Quelle immense joie de vivre cette expérience au siège d’Amnesty International en compagnie d’environ 80 de mes camarades « amnestiens » venus de toute la France ! Comme ce week-end fût riche ! Formations, Actions, Rencontres… Exténuant mais passionnant !

1006410_10201329589694588_1935578638_oUn programme bien chargé nous attend et nous rentrons vite dans le vif du sujet avec une présentation de la campagne SOS Europe qui sera le thème de notre action à Notre-Dame le soir venu. (Un peu de patience, suspense…) Puis, la Présidente d’Amnesty France, Geneviève Garrigos vient nous adresser un message sur la place et l’importance de la jeunesse pour Amnesty International et pour le monde. Prenant l’exemple du conflit syrien et du problème des réfugiés, elle nous assure de notre pouvoir de contrer les effets néfastes de l’instrumentalisation par les médias, d’éveiller les consciences, faire rempart aux préjugés, en un mot faire la différence pour défendre des personnes en danger et les droits de l’Homme. Un moment très spécial, une sorte de passage du flambeau, comme la lumière de la bougie d’Amnesty qui traverse les générations.

Le déjeuner – préparé par une association qui aide les victimes du Sida en Afrique – est l’occasion de mieux faire connaissance, d’échanger sur nos premières impressions, nos expériences avec Amnesty. Il est vraiment agréable de voir l’enthousiasme et la motivation des jeunes, de partager nos valeurs, nos convictions, notre combat pour le respect des droits humains à travers le monde.

Après déjeuner, une autre intervention nous aide à prendre conscience que les jeunes peuvent s’intégrer au mouvement en prenant toutes sortes de responsabilités et être bien représentés au sein d’Amnesty. Après l’introduction de Cécile Coudriou et Camille Blanc – du Bureau Exécutif –  plusieurs jeunes viennent nous parler de leur rôleparticulier :  être « relais jeunes » dans sa région pour y développer l’action militante, et coordonner les antennes-jeunes afin d’organiser des actions encore plus visibles et ambitieuses ; être représentant élu lors des Assemblées Générales ou au Conseil National ; intégrer une commission thématique – Peine de mort, Armes, Torture etc… – ou une coordination-pays au siège d’Amnesty France pour s’engager de manière plus ciblée. C’est rassurant de savoir que si l’on a des problèmes (d’organisation d’événements par exemple), d’autres jeunes sont là pour nous aider et aussi pour représenter nos intérêts. Et puis c’est stimulant de savoir que c’est ouvert à tous !

1073302_584357244956897_2069540118_oEnsuite, place aux ateliers pour échanger en plus petits groupes sur nos expériences au sein de notre Antenne-Jeunes et voir comment on peut s’améliorer en nous inspirant des expériences des autres. Moment formateur dont on ressort avec des idées plein la tête et une envie d’agir encore plus grande.

999994_583307205061901_414243176_nEnfin, vient le moment que nous attendions tous. On va nous dévoiler l’action prévue sur les quais de Seine, près de Notre Dame. Lorsqu’on vous demande de venir avec une lampe torche et des vêtements chauds, on s’attend forcément à quelque chose de pas banal ! Et en effet, on nous apprend que nous allons devoir adresser un SOS en morse à l’aide de sifflets et de lumières ! Après les drames de Lampedusa et de Malte il est vraiment important d’attirer l’attention sur le sort de ces migrants dont les droits ne sont pas respectés et qui continuent de mourir aux frontières de l’Europe. Effectuer un SOS en morse n’est pas si difficile ! Après quelques minutes d’entraînement et une présentation du déroulement de l’action, tout habillés de jaune, nous sommes prêts à partir !1375041_583303901728898_1164516802_n

Nous effectuons donc notre SOS  à plusieurs reprises sur les quais de Seine profitant du passage de plusieurs bateaux pour attirer davantage l’attention. C’est toujours impressionnant de voir les passants nous regarder avec insistance et nous prendre en photos. On se dit alors que nous avons déjà un début d’impact si on a réussi à attirer l’attention des gens sur une situation dramatique. Puis notre action se poursuit avec un die in : on s’allonge parterre, non loin du parvis de notre Dame, pour représenter les morts de Lampedusa et des autres naufrages en méditerranée. L’action a fait son effet, c’est une réussite, et d’ailleurs, on ne peut s’empêcher d’exprimer notre satisfaction et notre enthousiasme par des applaudissements.

1393141_583304371728851_1131830770_n

De retour au siège il est déjà 21h, nous sommes exténués mais heureux de ce que nous avons accompli ensemble en ce premier jour du WEAJ.

1400156_10201337231485628_1165916705_oLe dimanche sera beaucoup moins chargé mais tout aussi inspirant, motivant et même émouvant. Nous commençons par une présentation de la commission « Education aux Droits Humains » qui donne envie d’intervenir à notre tour auprès d’autres jeunes, depuis le collège jusqu’à l’université, pour essayer de les sensibiliser aux problématiques des droits humains. Ensuite, on enchaîne sur l’utilisation des divers médias sociaux à des fins militantes. Enfin, après une présentation de la campagne de décembre « 10 jours pour signer », nous aurons le grand plaisir d’échanger avec un jeune vietnamien venu témoigner de la difficile lutte pour la liberté d’expression et pour la démocratie dans son pays. Un moment très fort et émouvant, qui rend notre combat tellement plus concrêt !

Ainsi s’achève le Week-end des Antennes Jeunes. Je repars encore plus fière de faire partie de ce mouvement et encore plus motivée et enthousiaste à l’idée de reprendre nos activités avec l’Antenne-Jeunes de Paris 13. Pour parler de mon expérience personnelle chez Amnesty, j’aimerais dire à quel point c’est enrichissant et épanouissant d’agir pour les droits humains, de se sentir utile mais également de se rendre compte à quel point cette expérience est formatrice sur le plan personnel et professionnel. Pour les timides, par exemple (et je sais de quoi je parle…), c’est extrêmement bénéfique ! Les compétences que l’on acquiert et le sentiment d’agir pour une juste cause rendent cette expérience réellement unique.

Léa Antoni, responsable de l’Antenne-Jeunes Amnesty à Paris 13

Vidéo de la rencontre « Réfugiés, un Scandale planétaire » organisée à Paris 13

décembre 28, 2012

Retours sur la rencontre et l’expo « Refugiés »

novembre 19, 2012

Retours à quatre voix sur notre première action menée sur le campus de Paris 13 : « Réfugiés, un scandale planétaire »

A vos marques… Prêts ?  Partez, pour défendre les droits humains!!!

En prélude au Marathon des signatures qui mettra en lumière en décembre diverses violations des droits fondamentaux dans le monde, l’Antenne-Jeunes Amnesty de l’Université Paris 13 Villetaneuse a organisé ce mercredi 14 novembre une rencontre-débat dont le thème était « Réfugiés: Un scandale planétaire ».

Devant un beau parterre d’étudiants, Jean-François Dubost, responsable du programme « Personnes déracinées » à Amnesty France a dépeint la situation des réfugiés dans différents pays du monde. Il a également fait le tour de la question du droit d’asile et a expliqué le principe du non-refoulement de personnes vers un pays où elles sont menacées. Ce principe est inscrit dans la Convention de Genève de 1951 mais il est malheureusement violé par des pays pourtant signataires de ce texte.

La conférence s’est terminée par une visite guidée de notre exposition de photos et d’illustrations, pour mieux saisir à travers divers parcours, la situation des réfugiés dans le monde, casser les idées reçues  et les amalgames sur les migrants et demandeurs d’asile et faire connaître les recommendations d’Amnesty International.

Les réfugiés sont bienvenus nulle part, et pourtant, ils sont des personnes en danger,

Agissons !

En marge de l’expo et de la rencontre, nous avons pu récolter 163 signatures, et vous pouvez continuer à signer en ligne en cliquant sur ce lien :

http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Personnes-deracinees/Refugies-dans-le-monde/Actions/Chypre-punis-sans-avoir-commis-de-crime-1

Souleymane Sylla et Cécile Coudriou

La question des réfugiés a été illustrée par des exemples précis (réfugiés somaliens au Kenya, palestiniens, syriens…), qui ont permis d’expliquer la situation des réfugiés dans le monde. Jean-François Dubost est beaucoup revenu sur l’Europe et le détail des dispositifs de contrôle aux frontières (Europe forteresse), et a expliqué la mission d’Amnesty International – faire que les Etats respectent le principe de non-refoulement et ne criminalisent plus les demandeurs d’asile -, ainsi que ses moyens, par l’information de l’opinion publique et le lobby auprès des instances européennes.

L’exposition a mis en lumière des parcours de demandeurs d’asile quittant leur pays et venant trouver refuge en France, en retraçant les situations dans leurs pays d’origine, leurs voyages parfois périlleux et leurs parcours dans les méandres de l’administration française.

Camille Hervé

Un intervenant de qualité, pédagogue, passionné, très à l’écoute des étudiants ! Il nous a permis de comprendre la situation actuelle des réfugiés, les écueils de la législation et les difficultés de sa mise en application. Le panorama mondial qu’il nous a dressé à travers des événements récents était d’une grande précision et a rendu très concrète la réalité des difficultés et parfois des drames que vivent les réfugiés.

Ce que j’ai le plus apprécié dans l’exposition, c’est le croisement de parcours singuliers de migrations et d’éléments généraux d’informations. On aurait souhaité plus d’illustrations encore !

S’il y avait une chose à retenir ce serait que : La solidarité des états dans l’accueil des migrants permettrait d’éviter les afflux aux frontières plus massifs et rendrait obsolète le recours à une politique de fermeture de frontières.

Quentin Beucler

N’oublions pas que nous avions aussi un Twitto fou, qui nous a fait un « Live tweet » de la conférence ! Le voici :

@jfdubost explique : « Un réfugié est une personne en manque de protection, à notre différence qui sommes protégés par notre État. » #refP13

@jfdubost se base sur le livre « Réfugiés, un scandale planétaire », de @amnestyfrance pour casser les idées reçues #refP13

La convention de Genève obligent les états à protéger les réfugiés, pas les renvoyer dans un pays où ils risquent d’être persécutés #refP13

27 millions de personnes sont déplacées dans leur propre pays sans la moindre protection. Les réfugiés sont eux 16M dans le monde. #refP13

« Cette absence de protection pousse un réfugié à fuir en franchissant une frontière ; un déplacé reste dans son propre État. » #refP13

L’UE signe des accords avec les pays de transit pour que ces pays, en échange de faveurs, empêchent les réfugiés darriver en Europe. #refP13

Bien que migrer ne soit pas un crime, les états criminalisent la migration, et ont recours à des mesures pénales comme la détention. #refP13

Voir le film « Ceuta, douce prison », diffusé au @FestivalCineDDH : des migrants sont détenus sans information ni durée maximum. #refP13

La cour européenne des droits de l’homme a condamné l’Italie pour avoir renvoyé des migrants en Libye. Des sanctions sont possibles. #refP13

En 2011, 1500 personnes sont mortes en essayant de traverser la Méditerranée – chiffre certainement largement sous-estimé. #refP13

L’Union Européenne proteste très rarement contre les violations des droits des réfugiés, ce qui arrange tous les pays membres. #refP13

Établir une liste de pays d’origine sûrs, comme le fait l’UE, viole la convention de 1951 car discrimine sur la nationalité. #refP13

@jfdubost rappelle que l’action d’#Amnnesty se base sur la visibilité, la mobilisation, la pétition, et la pression sur les états. #refP13

C’est fini pour #refP13, merci à @jfdubost et rappel : exposition interactive sur les réfugiés au café-expo de Paris 13 jusqu’à vendredi

Et pour conclure en images, le diaporama de l’exposition et de la rencontre :

Ce diaporama nécessite JavaScript.