Posts Tagged ‘Marathon’

Marathon édition 2010 à Paris 13 : défendons les défenseurs

décembre 5, 2010

SOLIDARITÉ INTERNATIONALE ! DÉFENDONS LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS DANS LE MONDE ENTIER !

Au terme d’une longue discussion, nous avons décidé de nous concentrer cette année sur 4 cas parmi les 12 de la campagne « personnes en danger ». Ils viennent de différents pays du monde, Maroc, Colombie, Soudan et Iran, mais ils ont tous en commun d’être des défenseurs des droits humains dont la liberté d’expression est bafouée.

1. MAROC : CHEKIB EL-KHIARI DOIT ÊTRE LIBÉRÉ :

Ce défenseur des droits humains a été condamné le 24 juin 2009 à trois ans de prison et à une très lourde amende. La condamnation se fonde sur les déclarations faites à la télévision nationale marocaine par Chekib El Khiari en janvier 2009, déclarations relatives à des affaires de trafic de drogue et de corruption, dénonçant l’implication de hauts responsables de l’appareil d’État.
Chekib El Khiari est considéré comme un prisonnier d’opinion, arrêté, poursuivi et condamné uniquement pour des raisons politiques – à cause de son travail contre la corruption et le trafic de drogue à Nador, et pour ses activités en faveur des droits humains.

C’est son frère, Amin, que nous aurons le plaisir d’accueillir sur le campus le jour J.

2. COLOMBIE : PROTÉGEZ LA DÉFENSEURE DES DROITS HUMAINS INGRID VERGARA :

Quand les paramilitaires essaient de la faire taire Ingrid Vergara est la porte-parole du Mouvement national des victimes de crimes d’État (MOVICE) dans le département du Sucre, au nord-ouest de la Colombie.

Depuis 2008, Ingrid subit menaces et actes d’intimidation de la part de groupes paramilitaires. Son entourage est également pris pour cible. En 2009, une lettre de menaces de mort à son intention a été remise à sa fille de 14 ans, Cendy Torres. En avril 2008 déjà, des hommes avaient dit à l’ado¬lescente qu’ils allaient la tuer à cause des activités de sa mère. Malgré les plaintes déposées, aucune protection ne lui a été offerte de la part des autorités.

3. SOUDAN : LIBÉREZ ABUZAR AL AMIN ET LES AUTRES JOURNALISTES DU JOURNAL RAI AL SHAAB :

Coupables d’avoir analysé les élections
Suite à la publication d’un article analysant les résultats de l’élection présidentielle qui s’est tenue au Soudan en avril 2010, Abuzar Al Amin, rédacteur en chef adjoint du journal Rai Al Shaab, a été arrêté avec deux de ses collègues le 15 mai 2010 par le Service national de la sûreté et du renseignement (SNSR).

Amnesty International pense que ces trois hommes sont détenus et condamnés uniquement pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d’expression.

4. IRAN : LIBÉREZ LES MEMBRES DE LA CAMPAGNE POUR L’ÉGALITÉ ET CESSEZ DE LES HARCELER :

Lancée en 2006, la Campagne pour l’Égalité (également appelée «un million de signatures»), est une initiative populaire de défense des droits des femmes. Elle vise à mettre fin à la discrimination dont celles-ci font l’objet dans le droit iranien. Plus de 50 de ses membres ont été détenus en raison des activités qu’ils menaient dans ce cadre. Un certain nombre de femmes associées à la Campagne pour l’Égalité sont en prison.

NOS SIGNATURES ONT DU POUVOIR : Nous qui avons la chance de pouvoir exprimer nos opinions librement, et sans nous mettre en danger, essayons donc de faire une différence pour ces personnes qui mènent un combat pour la justice en prenant, elles, le risque d’être harcelées, persécutées ou emprisonnées. Apportons-leur tout notre soutien et protégeons les par ce geste simple mais efficace : SIGNER ET FAIRE SIGNER !

Comme l’a déclaré Desmond Tutu, archevêque sud-africain, prix Nobel de la paix : « Cela veut dire beaucoup pour les personnes opprimées de savoir qu’elles ne sont pas seules. Et ne laissez jamais personne vous dire que ce que vous faites est insignifiant. ».

Pour en témoigner, une vidéo d’un prisonnier libéré grâce à Amnesty International :

POUR DÉCOUVRIR LES AUTRES CAS, CLIQUEZ ICI :

http://www.marathondessignatures.com/

Du renfort dans l’action pour l’Antenne-Jeunes

novembre 5, 2010

Retour aux sources pour l’Antenne-Jeunes de Paris 13 … Elle est née il y a deux ans grâce à un événement organisé par les étudiants de Master Pro en Communication, le 10 décembre 2008, à l’occasion de la célébration du 60 e anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Cette année, elle a redémarré dès la rentrée mais avec moins de forces vives : certains avaient changé d’établissement, d’autres étaient partis étudier à l’étranger, d’autres encore doivent déjà combiner études et travail, et le recrutement s’est avéré difficile.

Bref, nous voilà confrontés à l’éternel problème : comment faire durer une antenne-jeunes une fois qu’on a réussi à la faire naître ? Comment résister aux changements d’emploi du temps, aux départs, aux disponibilités variées des uns et des autres ?

La solution pour nous à Paris 13 a été de changer d’optique : au lieu de chercher à tout prix à « recruter » des membres pour l’Antenne-Jeunes, pourquoi ne pas aller vers des étudiants du même campus, pour les inviter à nous rejoindre ponctuellement, en se mobilisant sur un projet précis ?

Cécile Coudriou, à la fois membre du Bureau Exécutif d’Amnesty France et enseignante à l’UFR Communication a alors demandé à ses étudiants de Master 2 s’ils souhaitaient s’investir dans l’organisation d’un événement sur le campus. Ces étudiants seront amenés entre autres à faire de la communication événementielle et des relations presse dans un cadre professionnel, ce type de projet est donc pour eux un véritable entraînement qui permet de joindre l’utile à l’agréable ! Ils ont accepté avec enthousiasme cette proposition, et il ne restait plus qu’à fixer une date pour une première rencontre avec l’Antenne-jeunes d’Amnesty.

C’est décidé, retour aux sources donc, car ce sera comme en 2008 un 10 décembre : à la fois la célébration de l’anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et le lancement du Marathon : Marathon qui d’ailleurs change de nom, puisqu’il s’agit à présent du Marathon des signatures et non plus celui des lettres, mais l’objectif reste le même : inviter le grand public à manifester sa solidarité envers des personnes en danger, victimes de violations des droits humains.

Alors voilà, le mariage est prononcé entre l’Antenne-Jeunes de Paris 13 et ses étudiants en master « Communication des Entreprises », le projet va pouvoir voir le jour. À suivre…

Album souvenir du Marathon des Lettres à Paris 13

décembre 13, 2009

Et voilà, le Marathon des Lettres s’est achevé, mais voici quelques photos, pour raconter en images comment cet événement s’est déroulé :

Dès le mardi, on avait commencé à habiller les salles de la plate-forme informatique aux couleurs d’Amnesty, avec nos affiches, les tapis de souris et les fonds d’écran spécial Marathon. Mention spéciale au reponsable de cette plate-forme, Malek Berri, qui a si gentiment apporté sa contribution !

Un enseignant très sympa a accepté de nous laisser faire une petite intervention pour expliquer l' »opération Marathon », et puis aussi photographier les étudiants en train de signer directement en ligne sur le site dédié.

Les étudiants ont d’ailleurs très bien réagi, ils connaissaient déjà Amnesty International, mais pas le Marathon des Lettres. Ils ont tous accepté de le découvrir avec nous et de signer en ligne. Nous espérons qu’à l’avenir, ils participeront d’eux-mêmes régulièrement aux actions de notre mouvement…

Nous voici sous le forum le jour J, le 10 décembre ! Dès le matin, on a installé notre table d’information avec les pétitions, les magazines « La Chronique d’Amnesty » et la version jeune « AJ » . Avec nos dossards jaunes, on est prêts au départ, et déjà on voit arriver du monde !

On installe aussi les portraits des 5 personnes en danger que l’on soutient, et puis une télé pour pouvoir diffuser des vidéos clips réalisés pour Amnesty International :

Dès le début, tout se passe dans la bonne humeur, on est vraiment heureux de faire cette action ensemble

On avait appelé notre événement « Le Marathon des Lettres à l’heure du numérique », mais on voulait vraiment mélanger les deux possibilités d’action, signature sur pétitions papier ou en ligne. Alors, en plus de la plate-forme informatique, on avait aussi un petit espace multimédia près de notre table, pour que les étudiants découvrent le site spécial Marathon et puissent agir directement en ligne avec nous .(Merci à Philippe, Gauthier, Hacène, les techniciens informatiques qui ont installé tout cela, …)

Au début, un coaching s’impose ! Parfois personnalisé …

Ou – très efficace aussi ! – en groupe …

Très rapidement, les gens affluent à la table et on leur explique les histoires de « nos » personnes en danger :

Là encore, c’est très agréable car les réactions sont toutes très positives, et les gens se pressent pour signer et prendre de la documentation :

Derrière cette table on aperçoit la fresque réalisée l’an dernier par le collectif d’artistes « Hip Hop Citoyens », en hommage à la fois à la DUDH et à la Campagne pour l’Égalité en Iran :

Et c’est d’ailleurs devant cette fresque qu’a posé une partie de l’équipe des marathoniens – ou plutôt marathoniennes en l’occurrence… – membres ou pas de l’Antenne-Jeunes, mais toutes étudiantes de Paris 13 en 2e année de Licence Information et Communication :

Sarah et Elina, deux étudiantes en Master Pro Communication des Entreprises et des Associations, s’étaient jointes à nous, et se sont occupées ce jour-là plus particulièrement de l’espace multimédia :

Enfin, il faut rappeler que l’esprit de cet événement était non seulement de réunir membres et sympathisants, mais aussi jeunes et moins jeunes, avec la participation du groupe local Amnesty international de Montmorency. L’idée était de favoriser aussi les échanges entre générations :

Informer, sensibiliser …

Puis à 13h, on a commencé la lecture publique :

Après un brève introduction de Cécile Coudriou à la mission d’Amnesty International et à notre texte fondateur, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, les étudiants ont pris la parole, certains pour en lire le préambule puis quelques articles, d’autres pour raconter l’histoire de l’une des personnes en danger, ou encore pour lire des témoignages d’anciennes victimes remerciant Amnesty.

Malgré un certain trac, chacun a fait sa petite intervention du mieux possible !

Et cela a manifestement eu un effet positif, car ensuite on a eu encore plus de monde à la table, et à la fin de la journée, on avait recueilli près de 1300 signatures sur papier pour les 5 cas de personnes en danger. Il faut dire d’ailleurs que c’est Lamba Soukouna, le jeune garçon de Villepinte victime de violences policières qui en a recueilli le plus. Son cas semble avoir touché tout particulièrement les étudiants de Paris 13.

Sur le site, c’est plus difficile de comptabiliser ce qui relève de notre action, mais on peut quand même dire que c’est sans doute pas plus d’une centaine de signatures, Et oui, bizarrement, les jeunes ont un peu boudé l’ordinateur et beaucoup ont préféré signer à la table d’information.  Pour eux, agir en ligne, c’est plutôt agir de chez soi.

En tous cas, ce fut une sacrée bonne journée de mobilisation, et une expérience super positive à tous points de vue : un maximum de visibilité pour Amnesty et son Marathon de lettres, un nombre de signatures tout à fait satisfaisant, et en bonus, pas mal de contacts d’étudiants souhaitant rejoindre l’Antenne-jeunes et/ou participer à nos futures actions.

Conclusion : l’Antenne-Jeunes a fait ses preuves, mais ne va pas s’arrêter là ! CE N’EST QU’UN DÉBUT !

http://facebook.com/share.php?u=http://wp.me/pJ2Wj-66

RAPPEL DU PROGRAMME POUR LE 10 DÉCEMBRE

décembre 9, 2009

JOUR J – 1 !

C’est demain que nous nous retrouvons tous à Paris 13 pour ce grand événement de solidarité qu’est le Marathon des Lettres !

RAPPEL DU PROGRAMME :

DÈS 11 HEURES, nous serons installés sous le forum, à une table d’information, pour vous expliquer, grâce à des fiches de présentation, les cas des 5 personnes en danger sur lesquels nous allons particulièrement attirer l’attention, et des pétitions papier qui seront directement adressées aux autorités qui ont commis de graves violations des droits humains dans ces 5 cas différents :

MOSSAD ABU FAGR, EN EGYPTE : Écrivain, blogueur, emprisonné pour avoir défendu les communautés du Sinaï contre les expulsions forcées.

KONSTANTINA KUNEVA, EN GRÈCE : Travailleuse immigrée bulgare, victime d’une agression barbare à Athènes en raison de ses activités syndicales.

LAMBA SOUKANA, EN FRANCE : Victime de violences policières, il attend toujours que justice lui soit rendue.

ABLIKIM ABDIRIYIM EN CHINE :

Prisonnier d’opinion condamné à une lourde peine pour « incitation et participation à des activités séparatistes », en réalité, pour être le fils de la célèbre dissidente en exil Rebyia Kadeer, (que l’on voir sur cette fiche)

RONAK SAFARZADEH, EN IRAN : Militante des droits des femmes au sein de la Campagne pour l’égalité, prisonnière d’opinion.

Nous mettrons gracieusement à la dispositon de tous plusieurs numéros des « Chroniques » d’Amnesty International, ou du magazine spécial jeunes « AJ« , ainsi que des plaquettes de présentation « Créer ou Rejoindre une Antenne-Jeunes ».

Nous vous proposerons également un petit stand d’objets vendus au profit de notre association : stylo jaune avec la Déclaration Universelle des droits de l’Homme à l’intérieur, et que l’on peut dérouler, et sa version bleue avec la Convention des Droits de l’Enfant, des bougies Amnesty, et du chocolat commerce équitable.

Tout cela en musique, car nous projetterons aussi en boucle de très beaux vidéo clips réalisés pour Amnesty International.

Enfin, tout près de cette table sera installé un espace multimédia, pour pouvoir signer directement en ligne sur le site dédié amnesty.fr/marathon

À 13 HEURES, LECTURE PUBLIQUE :

Après une brève introduction de Cécile Coudriou à l’action d’Amnesty International et à notre texte fondateur, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme,  des étudiants liront quelques extraits de ce texte, en alternant avec des illustrations concrètes : soit les cas des personnes en danger que nous présentons ce jour-là, soit des témoignages d’autres personnes que nous avons défendues et qui ont remercié Amnesty International pour son soutien et les résultats obtenus.

16h30, ON REPART AVEC DES CENTAINES DE SIGNATURES RECUEILLIES GRÂCE À VOUS ET PLEIN DE CONTACTS POUR FAIRE GRANDIR NOTRE ANTENNE-JEUNES !!!

ON COMPTE SUR VOUS, VENEZ NOMBREUX !

Témoignage de 2 étudiantes du Master Communication des Entreprises

décembre 8, 2009


Qui sommes nous ?

Commençons par les présentations. Nous sommes Elina et Sarah, deux étudiantes en 1ère année de master communication des entreprises, du service public et des associations. Notre projet professionnel est de travailler dans la communication d’une association.

Nous avons participé à la préparation de la journée de mobilisation pour le Marathon des Lettres d’Amnesty International, qui aura lieu le 10 décembre 2009 à l’université Paris 13 et pendant une semaine sur le site du Marathon des Lettres (du 5 décembre au 13 décembre 2009), d’où notre présence sur ce blog.

Comment ?

Nous avons travaillé à ce projet afin d’apporter à l’Antenne Jeunes de Paris 13 une aide principalement par des éléments en lien avec notre formation, la communication. Par exemple nous avons écrit un communiqué de presse, créé le blog, et nous avons aidé Cécile Coudriou, à sa demande, à utiliser cet outil.

Nous avons aussi travaillé en collaboration avec l’équipe de l’Antenne Jeunes et d’autres étudiants motivés par ce projet. Un travail fait dans la bonne humeur qui, on l’espère, permettra à Amnesty International de récolter le plus de lettres possible.

Pourquoi ?

Nous avons décidé d’apporter notre contribution à cette mobilisation afin de soutenir l’action d’Amnesty International qui se bat pour la défense des droits de l’Homme partout dans le monde.

De plus, nous avons toutes les deux comme projet de travailler dans le monde associatif, ceci était donc aussi pour nous un moyen d’acquérir une 1ère expérience.

Pourquoi Amnesty ?

Nous avons choisi Amnesty International pour plusieurs raisons. La première est que cette association s’est imposée dans la fac de manière stratégique. Notamment par ses affiches  dans beaucoup de salles, qui nous ont permis de constater son existence sur le campus. De plus, sa présence au sein même de l’université offrait une certaine flexibilité. Être directement sur place représente moins de contraintes horaires, moins de déplacements contrairement à d’autres associations, ce qui n’est pas négligeable lorsque les journées sont chargées ! Enfin, et c’est le plus important, nous considérons la cause défendue par Amnesty International fondamentale et universelle.

Qu’est-ce que cela nous a apporté ?

Cela a été pour nous un réel enrichissement personnel et professionnel. Avec toute l’Antenne Jeunes nous avons apporté notre aide à des personnes qui en ont vraiment besoin, cela apporte une satisfaction personnelle et surtout, on l’espère, cela aura un impact considérable sur les gouvernements de ces pays qui ne respectent pas les droits humains. De plus, cela a été pour nous une immersion dans le monde associatif, ce qui a conforté nos projets.

En conclusion, on peut dire que si nous avons travaillé pour la bonne cause, c’est maintenant à vous de jouer lors de cette semaine et principalement lors de la mobilisation du 10 décembre à Paris 13 !

Réunions de travail pour le Marathon des Lettres

décembre 7, 2009

Commençons par vous présenter AZIZA KADDOUR, étudiante en 2e année de Licence Information et Communication, et responsable de l’Antenne-Jeunes depuis sa création l’an dernier :

Dans le bureau de Cécile Coudriou, on est en train de découvrir le matériel fourni par Amnesty pour le Marathon des Lettres, par exemple le tapis de souris pour « Actionaute marathonien »… traduction : un internaute qui va signer directement en ligne pour le Marathon des lettres, sur amnesty.fr/marathon !

Et voici, à la gauche d’Aziza, la responsable-adjointe, LAURA MARION, celle sans qui la responsable se serait parfois sentie bien seule lors des premiers pas de l’Antenne-Jeunes… Elles ont été rejointes par Marie, Cécile et Soucitrah, 3 étudiantes de la même promo qui ont eu envie de s’investir dans ce projet, même si elles ne deviendront pas forcément membres :

ÇA BOSSE ÇA BOSSE, pour mieux comprendre l’histoire des personnes en danger que l’on va défendre, et sur lesquels on va devoir informer les gens.

En partant de la gauche : Sahra, Soucitrah, Marie et Yacine, qui montrent ici les fiches de présentation qu’on va utiliser sur le stand le jour J. Sahra et Yacine sont eux aussi membres de l’AJ :

D’ailleurs, on se dit qu’il va falloir se concentrer plus particulièrement sur 5 cas, car sur une seule journée on ne peut pas transmettre trop d’informations. Sinon, les gens se sentent noyés et finalement, ils retiendront beaucoup moins de choses.

Que c’est dur de choisir ! On voudrait tout faire …

Mais bon, on garde le sourire, c’est quand même sympa de faire çà en groupe :

On se met même un peu à délirer…

Mais heureusement que Yacine est là – et au fait c’est le seul garçon pour l’instant ! – pour redevenir sérieux et travailler sur un texte particulièrement important : la DUDH, Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. L’idée est de repérer des articles – parmi les 30 – pour une lecture publique le jour de notre événement à Paris 13 le 10 Décembre : cela serait vraiment la meilleure date car c’est justement le 10 décembre 1948 que cette DUDH a été signée !

Au fur et à mesure, le projet se précise : on ne va quand pas lire comme ça, au micro, la Déclaration dans son intégralité, ce serait mortel et donc le meilleur moyen pour faire fuir les étudiants qui n’en ont justement jamais entendu parler…

En revanche, si on relie certains de ces articles à la réalité que vivent des personnes en particulier, c’est autre chose : on se dit qu’on pourrait donc intercaler une explication des 5 histoires personnelles sur lesquelles on aura décidé de se concentrer.

Mais cela risquerait d’être vraiment trop triste et déprimant : notre objectif est bien sûr d’informer sur les violations des droits de l’Homme et les horreurs qui se passent encore dans le monde malgré cette Déclaration. Mais on veut quand même surtout donner envie d’agir, non ?

Alors, on en arrive à modifier encore le programme : ce serait sans doute mieux d’intercaler aussi un message d’espoir en lisant des extraits de lettres écrites par des victimes de violations que l’on a défendues et aidées à Amnesty. On se rend bien compte à travers ces lettres de l’impact qu’a pu avoir notre soutien, dans le meilleur des cas losque l’organisation a obtenu la libération par exemple, mais aussi le soutien moral quand les améliorations tardent à arriver et qu’il est si important de ne pas se sentir oublié…

Alors voilà, c’est décidé, on va faire cette lecture publique à 13 heures, et on va demander aussi à des étudiants de l’atelier théâtre de Paris 13 s’ils veulent y participer : ça se passera sous le forum, tout prêt de la cafet’ du CROUS, voire à l’intérieur, puisqu’eux aussi ils sont partenaires de notre événement : et oui ! on leur a proposé de mettre à leur disposition ces sous-bocks fournis par Amnesty, ainsi que nos affiches, et ils ont dit oui !

Ce projet prend vraiment forme, on a mis les bouchées doubles, parce qu’on s’y est mis un peu tard, mais là franchement, on est vraiment trop fiers !!!

Communiqué de Presse

décembre 5, 2009

Amnesty International

Le Marathon des Lettres à l’heure du numérique a rendez-vous à Paris 13

10 décembre 2009

http://marathon.amnesty.fr

A Villetaneuse, les étudiants de l’université Paris 13 se mobilisent au côté d’Amnesty International pour les droits de l’Homme lors de la 8e édition du Marathon des Lettres. Cet appel à la solidarité est lancé dans 36 pays à tous les citoyens du monde :

«  Avec  une  simple  signature  ou  un  message  de  soutien,  chacun peut contribuer efficacement à la défense des droits de ceux qui en sont privés, explique  Geneviève  Garrigos,  présidente  d’AI France.  «  Les pétitions et les lettres  envoyées  massivement  du monde entier et dans un temps très court aux  autorités ont souvent un impact décisif sur la situation des personnes pour lesquelles nous intervenons ».

Le jeudi 10 décembre, date symbolique du 61e anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, l’Antenne-Jeunes Paris 13 d’Amnesty International, le groupe local de Montmorency et des étudiants du Master Communication des Entreprises sont présents sur le campus de Villetaneuse de 11h à 17h pour vous informer et vous inciter à agir en faveur de personnes en danger.

Sous le forum, un espace multimédia est également mis à disposition des participants, pour agir directement en ligne sur le site dédié http://marathon.amnesty.fr /. Des vidéos sur les actions d’Amnesty International sont également diffusées.

Enfin, sur le campus de Villetaneuse, la cafétéria du CROUS et les salles informatiques sont mises à contribution pour promouvoir cet événement. Dans la première, des étudiants font une lecture d’articles de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et de lettres envoyées par les victimes de violations. La plateforme informatique commune aux départements de Lettres et de Communication est habillée aux couleurs du Marathon : tapis de souris, fonds d’écran et affiches.

Profitez de l’occasion pour tous vous rendre sur http://marathon.amnesty.fr / et apporter votre soutien à la cause des Droits de l’Homme par une simple signature, on compte sur vous !

Pour plus d’informations : https://amnestyparis13.wordpress.com/

Pour tous renseignements veuillez contacter :

Aziza Kaddour : Responsable de l’Antenne Jeunes Paris 13 d’Amnesty International

06 88 19 29 87 aziza.kaddour@hotmail.fr

Cécile Coudriou : Enseignante à l’UFR Communication et Conseillère Nationale d’Amnesty International, responsable du secteur Ile de France Nord : cecile.coudriou@univ-paris13.fr

Témoignage de Cécile COUDRIOU (enseignante à l’UFR Communication de Paris 13)

décembre 5, 2009

Le Marathon de Lettres ? J’adore !

Pourquoi le Marathon de Lettres  génère-t-il en moi un tel    enthousiasme ? C’est à mes yeux l’événement qui symbolise le mieux  notre identité, notre action et nos objectifs. C’est donc le meilleur  outil pour mobiliser et fédérer les membres du monde entier, mais  aussi en attirer des nouveaux représente à mes yeux l’événement  phare d’Amnesty International:

Identitaire mais pas figé : Le Marathon de Lettres touche le cœur même de l’identité et l’histoire d’Amnesty International : notre mouvement a toujours été intimement lié à l’écriture et à la signature, comme en témoignent nos slogans « écrire contre l’oubli », et plus récemment « vos signatures ont du pouvoir ». Pour autant, c’est un événement qui n’est pas figé dans le temps mais peut au contraire être très évolutif : on peut proposer – sans l’imposer – de passer de la lettre ou pétition papier à l’utilisation des nouvelles technologies, on peut y participer dans un cercle restreint ou l’ouvrir au grand public, et l’on voit cette année le soin particulier apporté aux outils de communication, avec le kit d’action destiné aux lieux publics (sous-bocks, affiches, tapis de souris, fond d’écran d’ordinateur…) Que l’on utilise un stylo ou un clavier et une souris, l’esprit reste le même : s’adresser directement aux victimes de violations des droits humains, établir un contact humain avec des personnes en danger, si sensibles au soutien que l’on peut leur manifester ;  et dans le même temps, agir pour faire réagir les différents acteurs de ces violations, agir pour une cause derrière le cas emblématique qui l’incarne, protéger par avance d’autres personnes potentiellement en danger.

Vite et loin : Qu’est-ce qu’un marathon ? C’est courir le plus vite possible mais aussi savoir tenir la distance. Pour Amnesty International, le Marathon de Lettres, c’est savoir agir dans l’urgence tout en n’oubliant jamais que c’est aussi un travail de fond, le fruit d’une longue préparation et non pas d’une improvisation. Dans le vocabulaire d’Amnesty, les mots clés sont précisément : recherche et action, action urgente mais aussi interventions sur le long terme, dans la persévérance…

Courir ensemble, dans le monde entier : Enfin, un marathon, c’est à la fois un effort individuel et un événement qui réunit une foule de participants de tous horizons, courant tous dans la même direction. N’est-ce pas le sens de « One Amnesty », un seul mouvement ? Le Marathon de Lettres réunit chaque année plus de groupes en France mais aussi plus de sections dans le monde, il ne dépend que de nous d’en faire un vecteur toujours plus puissant : une force d’attraction pour le public et une force de résistance aux violations des droits humains.

Alors, un seul mot d’ordre : Nous sommes tous Marathoniens…

Tous aux starting blocks : à vos marques prêts, partez !!!

Share

Les objectifs du Marathon des Lettres

décembre 2, 2009

L’objectif du Marathon de lettres est d’inciter dans le monde entier le maximum de gens à signer des pétitions, écrire des lettres, adresser des messages de soutien durant la semaine de la Journée internationale des droits humains (10 décembre) : les lettres et pétitions sont adressées aux gouvernements responsables de détentions arbitraires, de torture ou de diverses menaces pesant sur des personnes qui se sont engagées pacifiquement pour défendre leurs convictions.

Les centaines de milliers de lettres qui affluent simultanément des cinq continents résonnent comme autant d’avertissements adressés à ceux qui croient détenir un droit de vie et de mort sur leurs citoyens. De la même manière, les messages de soutien envoyés à des personnes en danger constituent souvent un appui moral très important pour des personnes en butte à l’injustice et l’impunité, souvent esseulées, menacées, et discréditées par les pouvoirs en place.

Amnesty International peut compter sur le soutien de ses nombreux groupes de militants et sympathisants, pour la mise sur pied de stands d’action, de « bureaux » d’écriture de lettres ou encore d’ateliers de sensibilisation aux droits humains. Dans les médiathèques, les universités, les cybercafés, les entreprises, dans des cafés, des restaurants, et dans de nombreux autres lieux publics, des actions seront proposées au public.