Posts Tagged ‘événement’

« Amnesty à Paris 13 » vous invite à une projection-débat sur l’homophobie

janvier 31, 2016

Affiche Pride P13.jpg

Après la rencontre-débat sur la liberté d’expression jeudi dernier, l’Antenne-Jeunes d’Amnesty à Paris 13 et Cécile Coudriou vous proposent ce jeudi 4 Février (17h en salle C 102 UFR Communication) une projection gratuite de la comédie britannique « Pride », suivie d’un débat intitulé « le rire contre l’homophobie », qui sera aussi l’occasion e faire connaître l’action d’Amnesty International dans la lutte contre les discriminations des personnes LGBTI. (Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, Transgenres et Intersexes)

Un goûter gratuit vous sera également proposé, pour pouvoir prolonger le débat dans la plus grande convivalité.

En attendant jeudi, découvrez le synopsis du film « Pride », ainsi que la vidéo de la bande-annonce :

Été 1984 – Alors que Margaret Thatcher est au pouvoir, le Syndicat National des Mineurs vote la grève. Lors de la Gay Pride à Londres, un groupe d’activistes gays et lesbiens décide de récolter de l’argent pour venir en aide aux familles des mineurs en grève. Mais l’Union Nationale des Mineurs semble embarrassée de recevoir leur aide. Le groupe d’activistes ne se décourage pas. Après avoir repéré un village minier au fin fond du Pays de Galles, ils embarquent à bord d’un minibus pour aller remettre l’argent aux ouvriers en mains propres.Ainsi débute l’histoire extraordinaire de deux communautés que tout oppose qui s’unissent pour défendre la même cause.

Publicités

Pour un militantisme convivial et créatif, « 10 Jours pour signer » à Paris 13

décembre 22, 2015

Le 10 décembre, journée internationale des Droits de l’homme, le Forum de l’Université de Paris Villetaneuse s’est transformé en « Centre d’action » militant et festif, avec l’Antenne-Jeunes d’Amnesty International à Paris 13 !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mots d’ordre : convivialité et créativité !

Comme  dans plus de 200 villes en France, nous avons cherché à alerter et mobiliser le public sur des violations des droits humains à travers le monde, mais cette fois, le « centre d’action » supposait aussi un effort pour varier les façons d’agir : en plus de notre habituel stand de signatures de pétition, et de notre petite performance pour mettre en scène les 6 situations que nous avions retenues, nous avons aussi proposé d’envoyer des tweets aux autorités, d’envoyer des messages de soutien ou des dessins aux victimes, ou encore de participer à une pétition-photo.

Pour favoriser la convivalité dans cette prise de contact avec le public,  nous avons donc installé, un petit buffet gratuit à côté de la scène et du stand de pétition/information,  ainsi qu’un « atelier photo » pour les photos de soutien, et un coin plus confortable avec quelques fauteuils, une table, un ordinateur et du matériel de dessin et d’écriture.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cet atelier « Solidarité créative » a vraiment fait une différence !

Cela offrait la possibilité de manifester directement son soutien  aux personnes à travers des messages ou des dessins. On peut aisément imaginer par exemple que cela peut aider Albert Woodfox à supporter l’enfer qu’il vit dans cette prison d’Angola, en Louisianne, où il est enfermé à l’isolement depuis plus de 40 ans… Lui-même a envoyé le message suivant : « Transmettez ma gratitude à Amnesty et à toutes celles et ceux qui ont écrit pour moi. Leurs lettres font la différence ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La photo, autre expression de son soutien, le tweet, autre moyen de pression

Pour manifester autrement leur soutien, le public a été invité à se laisser prendre en photo avec des panneaux sur lesquels on pouvait voir le portrait de chaque personne et un message de soutien : « Free Fred, Free Yves » par exemple, pour ces deux jeunes congolais qui risquent la peine de mort pour complot contre l’état alors qu’ils n’ont fait que manifester pacifiquement et encourager l’engagement citoyen des jeunes. Ces photos pouvaient ensuite être reliées à l’action via Twitter, moyen particulièrement efficace pour faire pression sur les gouvernements, puisqu’on peut directement les interpeller à la vue de tous ! Ainsi par exemple, ce tweet a été adressé avec une photo au Roi d’Arabie Saoudite pour demander la libération de Waleed Abul Khair, condamné à 15 ans de prison pour avoir simplement exercé son métier d’avocat : @WaleedAbulkhair is not a terrorist, nor a criminal; jailing him is the only crime. @KingSalman #10JoursPourSigner.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Prendre le temps de tisser des liens…

La nouvelle forme qu’a pris l’opération « 10 Jours pour Signer » a sans aucun doute facilité le rapprochement non seulement entre les militants et le grand public, mais également entre le public et les personnes qu’Amnesty International défend. Au lieu de juste signer en passant, les gens s’arrêtaient plus longtemps pour mieux prendre  connaissance d’une situation qui les touchait plus spécialement et s’ils le souhaitaient, ils pouvaient utiliser des moyens d’action diversifiés. Une jeune fille était très touchée par notre action contre les mariages forcés au Burkina Faso, pratique aujourd’hui illégale mais toujours très répandue dans le pays. Elle a voulu se faire prendre en photo avec un panneau « Stop aux Mariages Forcés ! ». D’autres ont écrit une série de messages à Fred et Yves, ou à Waleed pour leur dire qu’ils les soutiennent.

Comme en témoigne la vidéo ci-dessus, on ressort particulièrement fiers et heureux de cette édition des « 10 jours pour signer » : les étudiants de Paris 13 étaient réellement indignés par les injustices que nous dénoncions, ont très bien reçu notre action, et ont participé très volontiers. Nous avons recueilli 1937 signatures et de nombreuses photos et messages de soutien ! Mais nous espérons également avoir semé la graine du militantisme chez quelques personnes. C’est un impact difficile à mesurer, les résultats ne sont pas visibles directement, mais c’est vraisemblablement le plus important de tous et je me plais à croire nous y avons contribué non seulement ce 10 décembre, mais aussi tous les jours de l’année, grâce à nos activités militantes avec Amnesty International.

Merci à vous tous !!

Léa Antoni

J-1 pour les « 10 Jours pour Signer » d’Amnesty à Paris 13

décembre 8, 2015

 

ÇA Y EST, ON EST FIN PRÊTS !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On s’est donné à fond pour la préparation de l’édition 2015 des « 10 Jours pour signer », malgré le fait que plus de la moitié de nos « troupes » d’étudiants ont été réquisitionnées pour la Cop21 ou une journée sur les Réfugiés… Heureusement, nous avons été plutôt boostés par ce défi de faire aussi bien que les années précédentes même avec moins de monde, et puis par ailleurs, le fait d’avoir enfin notre local à Paris 13 ! Ces 15 derniers jours, dans la bonne humeur comme toujours, comme le montre cette galerie de photo, nous nous sommes appropriés les différentes situations sur lesquelles nous allons sensibiliser et mobiliser le public, et nous avons concocté le programme suivant, pour un événement que nous voulons festif et militant, ce jeudi 10 décembre entre 10h et 16h  :

Le stand information et pétition aux couleurs d’Amnesty :

Notre stand sera installé au forum du campus de Villetaneuse, et nous proposerons nos 6 pétitions de soutien à des personnes dont les droits sont bafoués dans 6 pays différents : USA, Arabie Saoudite, Syrie, République Démocratique du Congo, Burkina Faso et Myanmar. https://amnestyparis13.wordpress.com/2015/12/06/10-jours-pour-signer-avec-amnesty-a-paris-13-6-situations-de-violations-des-droits/

Diversification des propositions d’action :

En plus de ces pétitions papier, nous offrirons également au public la possibilité de s’installer à notre ordinateur pour envoyer des tweets ou des messages Facebook aux autorités, ainsi que des messages de soutien aux personnes qui sont victimes de violations. Ces messages seront symboliquement postés depuis Paris 13, dans notre boîte au lettres Amnesty. Enfin, comme l’an passé, l’agence BETC a créé pour Amnesty une applicaiton smartphone qui permet de signer en ligne et de prendre en photo son regard avec ce slogan : « Ne fermons pas les yeux sur les violations des droits humains. » Ces regards formeront une mosaïque sur le site dédié 10 Jours pour signer.

Une scène !

Entre les épisodes musicaux et les spots radio enregistrés par Sophia Aram pour promouvoir les « 10 Jours pour Signer », nous monterons sur cette scène pour jouer une saynète qui met en lumière les 6 situations de violations en les opposant aux articles de la Déclaration Universelle des droits de l’homme, au nom desquels nous dénonçons ces situations. Cela tombe bien, ce sera la date anniversaire de l’adoption de ce texte à l’ONU, puisque c’était le 10 décembre 1948…

Un espace de convivialité

Rien de tel pour attirer plus de monde que de miser sur la convivialité ! Boissons et gâteaux seront donc offerts et notre objectif est d’accueillir au mieux tous ceux qui viendront vers nous, au-delà de la signature de pétition, de prendre le temps de créer véritablement des liens.

ALORS, TOUS AU FORUM ENTRE 10H ET 16H CE JEUDI 10 DÉCEMBRE, MONTRONS NOTRE SOLIDARITÉ ENVERS DES PERSONNES QUI EN ONT BIEN BESOIN !

Après les « 10 jours pour signer » d’Amnesty, images et paroles d’étudiants de Paris 13

décembre 17, 2013

Découvrez notre album souvenir de l’événement « 10 jours pour signer : laissez votre empreinte pour les droits humains » à Paris 13, et les paroles recueillies auprès des étudiants qui y ont participé :

Charlène : « Nous avons eu la chance de pouvoir mener une action d’envergure sur le campus, avec un stand particulièrement visible sur le Forum et sa fresque qui s’embellissait d’heure en heure grâce à la participation de chacun, jusqu’à devenir cette magnifique œuvre collective…
Armés de nos pétitions, nous avons réussi à convaincre des centaines d’étudiants que leur signature est une arme efficace contre les injustices lorsque sa force est décuplée par celle de toutes les autres. Résultat à la hauteur de nos espérances : plus de 2500 signatures récoltées en moins de cinq heures !
La volonté d’Amnesty International de mettre en lumière les violations des droits humains à l’occasion de ces « 10 jours pour signer » a véritablement pris tout son sens : les étudiants découvraient les cas faisant l’objet des pétitions et transformaient leur indignation en action en apportant leur signature pour la défense des droits humains. »

Nicolas : « L’opération 10 jours pour signer a été, selon moi, un succès. Au-delà du nombre de signatures récoltées, la journée du 10 décembre a été l’occasion d’interagir avec les étudiants de Paris 13, les convaincre de l’intérêt des droits de l’homme, leur faire connaitre des situations précises ainsi que l’action d’Amnesty International. A titre personnel, ce fut une opportunité pour partager mes convictions et m’entraîner à promouvoir la défense des droits de l’homme. »

Alicia : « Une petite appréhension avant de se confronter au public pour dénoncer 6 cas de violations des droits humains… Vont-ils vouloir nous écouter? Seront-ils intéressés ? Se sentiront-ils concernés ? Penseront-ils que notre cause a une valeur et que l’action collective est efficace?
Tant de questions qui ont trouvé des réponses lors d’une journée de mobilisation vivifiante, où échanges, soutien et bien sûr signatures (mode d’action oblige!!) étaient au rendez-vous.
Je ne peux que vous encourager à participer à ce genre de projets, à sauter le pas. Certes cela prend du temps mais une fois que l’on a donné ce temps on se rend compte que l’on aurait difficilement pu mieux le passer. Pour que ce genre d’événements illuminent plus souvent notre quotidien, mobilisez-vous !! »

Bayasgalan : « Ce 10 décembre, une expérience inoubliable et pour la bonne cause ! Malgré le petit nombre des « half-hearted people », j’étais contente de savoir qu’un si grand nombre des gens s’intéressaient à ce qui se  passe ailleurs qu’ici et soutenaient notre combat par leurs signatures. N’est-ce pas la moindre des choses que nous puissions faire ? »

Alexia : « Le « marathon des signatures », aujourd’hui devenu « les 10 jours pour signer », s’est particulièrement bien déroulé à Paris 13. En effet, la majeure partie des personnes ont été réceptives et se sont senties concernées, voire préoccupées. Nous avons récolté un bon nombre de signatures et cette expérience a également permis la sensibilisation d’un public méconnaissant parfois certaines situations de violations des droits de l’homme dans le monde. »

Meryem : « Un 10 décembre riche en émotion, pour vivre pleinement notre engagement dans la défense des droits humains. 10 jours pour signer et 1 journée sur Paris 13 pour récolter le maximum de signatures, nouveau record ; 2575 signatures durement acquises !!! »

Céline : « La mobilisation étudiante du 10 décembre dernier et les nombreuses signatures récoltées ont prouvé l’implication des étudiants de Paris 13 quant aux problématiques de violations des droits de l’homme. »

Katrin : « L’action « 10 jours pour signer » à Paris 13 a été une expérience très intéressante. J’étais agréablement surprise de voir autant d’étudiants signer nos pétitions. »

Fresque et musique pour Amnesty International : « 10 jours pour signer » à Paris 13

décembre 16, 2013

P1050712

Quelle meilleure date que le 10 décembre, journée mondiale des droits de l’homme,  pour lancer sur le campus de Villetaneuse notre opération de mobilisation « 10 jours pour signer » avec Amnesty International France ?

On peut dire que cela a décuplé notre énergie, car, au son des reprises pop et rock du groupe Magic Fingers, les étudiants de l’Antenne-Jeunes de Paris 13 et ceux du Master ONG ont recueilli 2575 signatures en quelques heures !

P1050732

Aux côtés du stand, l’activité créative battait son plein avec Isabelle Villanova, médiatrice artistique qui invitait les étudiants à laisser leur empreinte sur la grande fresque des droits humains. Les  portraits au pochoirs – celui de Nelson Mandela, à qui cette fresque était dédiée, comme celui des personnes en danger qu’Amnesty International soutient – ont vite été entourés d’empreintes de mains de toutes les couleurs, et de toutes sortes de messages de solidarité : « Courage Jabeur », pour ce jeune Tunisien emprisonné pour quelques posts sur Facebook jugés offensants ; « Justicia para Myriam Lopez », violée en toute impunité par des militaires au Mexique ; « Libérez Trung », emprisonné au Vietnam pour son activité militante en faveur de la démocratie, ou encore « paix et justice, écrit en arabe pour soutenir les villageois de Nabi Saleh, dans les territoires occupés Palestiniens…

P1050665Découvrez la vidéo de cet événement, qui n’aurait jamais pu avoir lieu sans l’implication de Audrey Decrock, Ingrid Law-Yu-Kuan et Alexandra Voisin : ce sont ces 3 étudiantes du Master « Communication des entreprises » qui ont monté le projet, et obtenu son financement par l’université (via le FSDIE, Fonds de Solidarité et de Développement de l’Initiative Étudiante), un grand merci à elles aussi !

Un grand événement Amnesty se prépare à Paris 13…

décembre 3, 2013

AMNESTY 2013Chaque année, autour de la journée des droits de l’Homme du 10 décembre, l’Antenne-Jeunes Amnesty International de l’université Paris 13 participe à la mobilisation mondiale organisée par l’ONG. Cette opération a changé de nom, le Marathon des signatures » devient « 10 jours pour signer«  mais l’objectif reste le même : dénoncer de graves violations des droits humains et convaincre les citoyens du monde entier, choqués par ces injustices, qu’ils peuvent faire une différence en agissant en faveur de personnes menacées.

On peut comme les années précédentes agir en ligne sur un site dédié www.10jourspoursigner.org et Paris 13 aussi en fera une intense promotion, mais comme tous les militants et sympathisants d’Amnesty International, nous aurons également à coeur d’aller à la rencontre du grand public à travers un événement qui conjugue engagement avec convivialité et créativité.

Nous sommes donc en pleine préparation d’un événement qui sera le fruit d’une collaboration originale : les membres de l’Antenne-Jeunes ont trouvé du renfort parmi les étudiants du Master « ONG et Coopération Internationale » et 3 étudiantes du Master « Communication des entreprises et des associations » – Audrey Decrock, Ingrid Law-Yu-Kuan et Alexandra Voisin – ont monté le projet et son financement par l’université. Cet événement se déroulera en deux temps, les 10 et 11 décembre.

Le mardi 10, à partir de 10h, une grande fresque des droits humains sera mise en place pour une création participative animée par l’artiste Isabelle Villanova, qui invitera les étudiants à apporter leur soutien symbolique à l’opération en apposant leur signature et en laissant l’empreinte de leur main ou tout autre dessin sur la toile. À 13h, le groupe de jeunes musiciens « Magic Fingers » ajoutera sa voix à cet engagement festif avec une prestation d’une trentaine de minutes. Pendant ce temps, nous accueillerons à notre stand les étudiants et personnels pour les informer sur des situations de violations dans 6 pays différents – Mexique, Russie, Vietnam, Nigéria, Tunisie, Israël et Territoires Occupés Palestiniens – tandis que des « tandems mobiles » iront recueillir tout autour du forum encore plus de signatures ou de messages de soutien aux personnes menacées.

Empreinte P13

Trung VietnamLe 11 décembre à 13h, une rencontre intitulée Vietnam et libertés sera organisée avec un jeune vietnamien dont le frère, Nguyen Tien Trung, blogueur fondateur de l’Assemblée des jeunes Vietnamiens pour la démocratie, a été emprisonné en raison de son activité militante. Nam viendra témoigner de la répression à l’encontre des dissidents politiques et des violations de droits fondamentaux tels que la liberté d’expression dans son pays.

Deux dates à retenir donc, les 10 et 11 décembre, où tout le campus de Paris 13 pourra contribuer à sa manière à la grande cause des droits humains !

Retour sur la projection-débat « Lord of War »

mars 23, 2013

À l’occasion du début de la conférence à l’ONU sur le traité sur le commerce des armes le 18 mars, l’AJ d’Amnesty à Paris 13 organisait une projection-débat autour du film « Lord of War » (2005).

Public

Le film retrace de façon réaliste le parcours du trafiquant d’armes Yuri Orlov, interprété par Nicolas Cage, ainsi que les conséquences de l’effondrement du bloc de l’Est en 1991 et l’éparpillement de l’arsenal militaire soviétique dans les zones de conflit. La même année, Amnesty International réclamait déjà une réglementation internationale sur le commerce des armes. Inspiré notamment du parcours du trafiquant Viktor Bout, le personnage principal parcours les zones de guerre du monde entier, particulièrement en Afrique de l’Ouest. D’autres personnages sont aussi basés sur des personnes réelles, comme André Baptiste, inspiré en partie par Charles Taylor, ancien président du Liberia.

Nous étions une dizaine à participer à la discussion qui a suivie. Certains ont exprimé une gêne à propos du personnage : il est montré de manière à attirer, malgré tout, la sympathie. Cependant, le film réussit à éviter tout manichéisme. Il a été question de l’ambivalence de la psychologie du personnage du trafiquant. Il réussit à opérer une distanciation entre son travail et sa vie personnelle grâce aux arguments de l’intentionnalité : il n’est pas responsable de ce que font ses clients (argument également avancé par les Américains). Contrairement à son frère, profondément hanté par les massacres auxquels il assiste dans les conflits. Le personnage principal mobilise toute son intelligence et son cynisme à éviter les responsabilités des meurtres et violations de droits humains causées par les armes qu’il vend. Cela amène, en général, à la question de la responsabilité et renvoie à la règle d’or (possibilité de refuser des livraisons d’armes s’il y a risque qu’elles soient utilisées pour commettre des violations des droits humains) qu’Amnesty défend.

Le personnage principal échappe sans cesse à la justice, et notamment à un agent acharné d’Interpol (interprété par Ethan Hawke), en exploitant les failles juridiques. Il s’inscrit dans un système global hypocrite, où les trafiquants peuvent procéder dans la légalité et servent parfois des intérêts géopolitiques. Encore une fois, un traité sur le commerce des armes comblerait ce vide juridique mondial. Il n’empêchera pas le trafic, mais le rendra bien plus difficile. Le réalisateur Andrew Niccol rappelle à la fin du film que les plus gros vendeurs d’armes sont cependant les cinq États du conseil de sécurité de l’ONU, États-Unis en tête.

Camille Hervé

Opération recrutement pour l’AJ Amnesty de Paris 13 aux « Midis de la Rentrée »

septembre 30, 2012

L’opération des « Midis de la rentrée » au Forum de Paris 13-Villletaneuse s’est révélée excellente pour la visibilité de l’Antenne-Jeunes d’Amnesty International. Pendant 3 jours, le forum s’est rempli entre 12h et 14h et notre stand a attiré beaucoup d’étudiants curieux de ce qui pouvait se passer sur le campus.

Souvent, ils connaissaient le mouvement de nom ou de réputation, sans pour autant avoir une idée précise de ce qu’un jeune étudiant pourrait faire pour contribuer à la cause des droits humains. Notre objectif était de donner une vision plus concrète à l’engagement de terrain, en expliquant que depuis son propre campus, on pouvait organiser – ou tout au moins participer à – toutes sortes d’événements : conférence-débat, projection de film, concert, expo, stands d’info avec pétitions…

Nous avions quantité de matériel à distribuer,  le magazine des jeunes d’Amnesty, « AJ ! », la Chronique, des dépliants « Rejoins-nous ! » et même des bracelets logotypés, histoire de continuer à faire parler de nous après cette opération des « Midis de la rentrée » !…

Pas de pétition pour la première « sortie » de l’AJ en cette rentrée, opération recrutement avant tout ! Nous avons recueilli une liste conséquente  de nouveaux contacts, et si certains ont laissé leur coodonnées simplement pour être informés de ce qui va se passer sur Paris 13, d’autres ont manifesté l’envie de participer aux réunions de préparation de ces événements.

Le fait de côtoyer les stands d’autres associations étudiantes nous a également permis de discuter avec certains de leurs représentants pour envisager des actions communes.

En attendant, tous nos nouveaux contacts vont être invités très prochainement à une réunion pour lancer la préparation de notre premier projet à la mi-novembre : une conférence-débat sur le thème des Réfugiés. Et nous espérons bien que notre Antenne-Jeunes va s’en trouver renforcée ! À très bientôt

Vidéo clip du Marathon des signatures 2011 à Paris 13

décembre 27, 2011

Marathon des signatures 2011, en 3 étapes à Paris 13

décembre 19, 2011

Quoi de neuf dans l’édition 2011 du Marathon des signatures, l’un des nos rendez-vous annuels avec Amnesty International à Paris 13  ?  3 étapes au lieu de 2 cette année, et un autre type de renfort pour les membres de l’Antenne-Jeunes : les étudiants du Master Coopération Internationale et ONG de l’UFR Droit, tout aussi motivés pour contribuer sur le fond que sur la mise en scène…

Mais commençons par notre PREMIÈRE ÉTAPE, le lancement dès le 3 décembre, du Marathon en ligne sur le site, dédié « marathondessignatures.com ».

Pour cela, les membres de l’Antenne-Jeunes ont largement distribué partout sur le campus la « cart’com »  invitant à signer sur le site. Ils ont également décoré la salle informatique de l’UFR Communication aux couleurs du Marathon, pour faire découvrir le site sur place, tout en annonçant les deux étapes suivantes…

Difficile de mesurer l’impact de cette opération, même si on sait qu’elle aura forcément contribué à la visibilité du Marathon des signatures : combien auront signé sur le site, combien auront au moins appris l’existence du Marathon, combien enfin auront tout simplement découvert l’action d’Amnesty international et auront eu envie de venir suivre les autre étapes grâce à la première ?

DEUXIÈME ÉTAPE, L’ÉVÉNEMENT MARATHON DES SIGNATURES LUI-MÊME :

Quelle équipe ce 8 décembre,  pour la « course aux signatures » au forum de Paris 13 !… Certains restent au stand pour y donner des infos ou commenter l’expo, d’autres se déploient dans le forum et aux alentours pour aller vers les gens, les faire signer mais aussi les inviter à venir assister à notre petite mise en scène…

À midi trente, puis de nouveau à 13h,  nous interprétons la saynette que nous avons préparée avec soin. Le dispositif est à la fois très simple et  très symbolique d’Amnesty International : sur une scène décorée de nos célèbres bougies et de lanternes portant l’effigie des 5 cas que nous avions retenus,  5 personnes sont enfermées dans un périmètre délimité par un ruban jaune comme sur une scène de crime. Pour mieux incarner ces « personnes en danger », ils portent un masque blanc et tiennent devant eux un panneau avec le visage de leur « personnage ». À l’extérieur de cette zone, se tiennent des « marathoniens » d’Amnesty avec leur dossard jaune.  Après une brève introduction à la raison d’être d’Amnesty International, le texte alterne extraits de la Déclaration universelle des droits de l’homme correspondant à la violation du droit subie par l’une des « personnes en danger », la présentation de son cas par cette personne elle-même, et enfin, un appel à l’action lancé par l’un des militants. À la fin de la scène, le ruban est coupé et les prisonniers sont ainsi libérés.

TROISIÈME ÉTAPE : autour du thème « RUSSIE ET DROITS HUMAINS », rencontre avec une jeune femme tchétchène (dont le nom est tû ici à sa demande) venue nous parler de son activité militante au sein de l’ONG « Mémorial » pour combattre les terribles violations que subit son peuple : atteintes à la liberté d’expression, harcèlement,  enlèvement, torture et assassinat des défenseurs des droits.

À l’heure de la pause déjeuner (et malheureusement en pleine période d’examens un 13 décembre…) c’est tout de même un peu plus d’une trentaine de personnes, étudiants et membres du personnel, qui vient l’écouter mais aussi lui poser des questions en toute simplicité. Ce format plus intime – une rencontre plutôt qu’une conférence – a finalement fair ressortir l’intensité d’un tel moment : se retrouver face à une personne dont le combat pour les droits humains représente tellement plus de risques que pour nous, et qui pourtant fait preuve de tant de détermination et de calme est toujours une sacrée leçon d’humilité et une source d’inspiration irremplaçable.

LE MARATHON SE CLÔT sur des impressions très fortes, de beaux souvenirs qui auront soudé l’équipe, et puis surtout, des résultats très concrets : 1757 signatures récoltées sur pétition papier (Mexique : 453 ; Corée du Nord : 390 ; Nigéria : 309 : Russie : 306 ; Iran : 299), et quelques nouveaux contacts pour étoffer notre équipe de l’Antenne-Jeunes. Un grand merci à tous les Marathoniens, et en attendant de découvrir le vidéo-clip de notre événenemt, voici un lien vers le diaporama flickr de toutes nos photos souvenirs.

http://www.flickr.com/photos/cc75/sets/72157628355117387/show/