Posts Tagged ‘engagement’

La « Lucha » à l’honneur à l’Université Paris 13 !

mars 1, 2020

Le 13 février 2020, l’Antenne-Jeunes de l’Université Sorbonne-Paris-Nord (ex Paris 13) proposait la projection du film “Congo Lucha”, réalisé par la documentariste Marlène Rabaud, suivie d’une discussion, animée par Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty International France, entre les membres de l’Antenne-Jeunes et les personnes qui avaient répondu à cette invitation. Une trentaines de personnes – étudiants, enseignants, personnels de l’université mais aussi des curieux venus de l’extérieur – ont assisté à la projection-débat.

Pour réaliser ce film,  Marlène Rabaud a suivi pendant deux ans les jeunes congolais de Goma, en République Démocratique du Congo (RDC), qui ont fondé ou rejoint le mouvement de La Lucha. Ils se sont d’abord mobilisés en faveur de la justice sociale puis contre les tentatives du président Kabila de se maintenir au pouvoir en retardant l’organisation d’élection démocratique. Ce documentaire montre comment le mouvement la Lucha s’est construit avec ses échecs et ses succès. Il témoigne d’événements majeurs pour la RDC et des violences que subissent les jeunes qui luttent pacifiquement pour la démocratie. “Congo Lucha” rend un hommage particulier à Luc Nkulula, une figure charismatique et emblématique de la Lucha, qui a tragiquement perdu la vie à l‘âge de 33 ans dans un incendie certainement d’origine criminelle : les circonstances sont en effet plus que troubles dans la mesure où les accès à sa maison étaient barricadés et qu’il a seulement eu le temps de confier des document sensibles à sa soeur par les barreaux d’une fenêtre.  

On observe l’évolution de La Lucha, lancée en 2012 par des jeunes congolais d’abord désireux de se battre pour les plus pauvres, les “sans-droits”, puis, face aux pressions des autorités dont ils sont victimes, de faire respecter la constitution de leur pays. Ils exigent pacifiquement une véritable démocratie et des élections libres pour élire un nouveau gouvernement. Le mouvement s’est constitué en petits groupes locaux sans leader et sans pouvoir centralisé. Le gouvernement du président Kabila a régulièrement fait pression sur les membres de la Lucha pour qu’ils abandonnent leur lutte, jusqu’à emprisonner arbitrairement certains membres, notamment lorsque des rapprochements avec d’autres mouvements de la jeunesse africaine ont commencé à inquiéter davantage les autorités. 

Amnesty International soutient le mouvement Lucha, entre autres en aidant ses membres à gagner en visibilité médiatique et facilitant l’obtention de rendez-vous de plaidoyer pour que les décideurs de différents pays fasse pression sur les dirigeants congolais. L’Antenne-Jeunes souhaite aussi apporter son soutien à la Lucha et aux jeunes citoyens engagés dans le monde en contribuant à donner à leur lutte une visibilité dans notre université. 

Tous les participants ont été manifestement très émus par ce film et notamment le destin de Luc. Certaines personnes étaient elles-mêmes originaires de RDC et ont pu partager l’expérience qu’elles avaient elles-mêmes vécue dans leur pays avant d’arriver en France. Au-delà de la découverte de la situation spécifique de la RDC, et du rôle qu’Amnesty International pouvait jouer pour soutenir la Lucha, l’échange très spontané qui a suivi la projection a permis à tous d’exprimer ce que l’engagement de ces jeunes suscitait en eux, en quoi c’était une leçon de courage, et une source d’inspiration notamment en raison du modèle de lutte non-violente proposé. 

Thomas Wattellier, membre de l’Antenne-Jeunes d’Amnesty à Paris 13

Amnesty + Erasmus = Un voyage au bout de tous les préjugés

mai 19, 2013

P1030972_2Paula Backman, étudiante Erasmus venue de Suède pour passer un an à étudier à Paris 13 en Licence Information et Communication, nous livre son témoignage sur l’année qu’elle vient de passer à la fois avec l’Antenne-Jeunes d’Amnesty et les étudiants de l’université.

Une heure par semaine, qu’est-ce ca signifie ? Objectivement, c’est 1/168 de la semaine, donc finalement assez peu. Après, le temps passe vite aussi, et je viens de voir deux semestres d’échange Erasmus s’envoler. Cette année, que j’aurais cru la plus longue et exigeante de ma vie, s’est révélée être un très beau voyage au bout de tous mes préjugés.

J’ai appris plus que je ne pourrai jamais partager, mais une chose est certaine, c’est que certaines des ces heures passées avec Amnesty à Paris 13 ont valu plus que d’autres ! Quand Cécile Coudriou m’a parlée d’Amnesty International la première fois en septembre, je ne pouvais même pas imaginer tout ce que j’allais apprendre…

La première chose qui m’a frappée, c’était que j’étais la seule Erasmus dans l’Antenne-Jeunes, et c’est d’ailleurs pour cela que j’ai voulu écrire ce résumé de mon expérience. Venant de étranger, on a l’impression d’avoir une double expérience car on s’intéresse au monde extérieur en général tout en se plongeant plus profondément dans la perspective française.

Qu’est-ce qui m’a le plus intéressée dans l’Antenne-Jeunes d’Amnesty à Paris 13 ?  D’abord, la dynamique des échanges dans un groupe aussi hétérogène. Cela ne peut être que stimulant de chercher en dehors de sa formation et de son groupe d’âge. Plus important, on se rend compte à quel point l’école favorise les relations utiles et l’émulation. Et puis, contrairement aux gens dans ta classe, les membres de l’Antenne-Jeunes ont choisi de’être là et cela, pour partager leur énergie. Cela fait donc des amis très différents mais surtout plus d’amis !

Par ailleurs, je suis certaine que ce que j’ai appris au niveau de structures organisationnelles me servira dans tout contexte professionnel. Les autorisations et le respect de la hiérarchies, elles ne sont pas à prendre à la légère !

P1030259Sur le plan de l’action menée par le groupe, j’ai appris qu’à Amnesty, on a beaucoup plus de pouvoir qu’on ne le pense au départ. Faire venir du siège d’Amnesty France un spécialiste du droit d’asile pour une conférence sur le campus, ou un témoin du Nigéria par exemple ! Passer une heure et demie avec Christian Lekova – qui a vu la vie de toute sa communauté  bouleversée par la catastrophe écologique causée par Shell – restera une expérience inoubliable.

Finalement, cela touche à une question essentielle : décentrer son attention de son égo pour se focaliser sur ce qui se passe autour de soi. En fait, Christian est venu dans le froid de décembre au milieu de la période des examens, et j’avoue que je suis venue en me demandant si je ne pourrais pas discrètement continuer à écrire sur mon dossier. Je suis ressortie dans un tout autre état d’esprit, à la fois enthousiasmée et reposée comme après un voyage…

Décidément, le temps passé avec d’autres, à s’intéresser aux autres plutôt qu’à sa propre personne, et se lancer à la quête d’un objectif, cela vaut plus que tout cours en sociologie ou en communication !

C’est très différent quand on est Erasmus et sorti de sa bulle quotidienne et de ses habitudes où on était un peu trop confortable : on est finalement davantage prêt à prendre des « risques ». Je n’avais jamais pensé rejoindre un groupe Amnesty à l’Université de Stockholm. En fait, je ne savais même pas qu’il y en avait un avant de rejoindre l’Antenne-Jeunes à Paris 13. Et pourtant, à mon retour en Suède, je suis sûre que je continuerai avec Amnesty. Tout simplement parce que j’ai appris  qu’agir, c’est toujours mieux que de rester passive. J’ai pris goût à l’activisme !

3 étudiants de Paris 13 parlent de leur engagement à Amnesty International

décembre 27, 2012

Opération recrutement pour l’AJ Amnesty de Paris 13 aux « Midis de la Rentrée »

septembre 30, 2012

L’opération des « Midis de la rentrée » au Forum de Paris 13-Villletaneuse s’est révélée excellente pour la visibilité de l’Antenne-Jeunes d’Amnesty International. Pendant 3 jours, le forum s’est rempli entre 12h et 14h et notre stand a attiré beaucoup d’étudiants curieux de ce qui pouvait se passer sur le campus.

Souvent, ils connaissaient le mouvement de nom ou de réputation, sans pour autant avoir une idée précise de ce qu’un jeune étudiant pourrait faire pour contribuer à la cause des droits humains. Notre objectif était de donner une vision plus concrète à l’engagement de terrain, en expliquant que depuis son propre campus, on pouvait organiser – ou tout au moins participer à – toutes sortes d’événements : conférence-débat, projection de film, concert, expo, stands d’info avec pétitions…

Nous avions quantité de matériel à distribuer,  le magazine des jeunes d’Amnesty, « AJ ! », la Chronique, des dépliants « Rejoins-nous ! » et même des bracelets logotypés, histoire de continuer à faire parler de nous après cette opération des « Midis de la rentrée » !…

Pas de pétition pour la première « sortie » de l’AJ en cette rentrée, opération recrutement avant tout ! Nous avons recueilli une liste conséquente  de nouveaux contacts, et si certains ont laissé leur coodonnées simplement pour être informés de ce qui va se passer sur Paris 13, d’autres ont manifesté l’envie de participer aux réunions de préparation de ces événements.

Le fait de côtoyer les stands d’autres associations étudiantes nous a également permis de discuter avec certains de leurs représentants pour envisager des actions communes.

En attendant, tous nos nouveaux contacts vont être invités très prochainement à une réunion pour lancer la préparation de notre premier projet à la mi-novembre : une conférence-débat sur le thème des Réfugiés. Et nous espérons bien que notre Antenne-Jeunes va s’en trouver renforcée ! À très bientôt