Posts Tagged ‘CPI’

Campagne « France, Destination impunité », comment ça se prépare avec Amnesty à Paris 13 ?

novembre 8, 2015

Lors de sa conférence « Pas de Paix sans Justice » le 12 Octobre dernier à Paris 13, Aymeric Elluin n’avait pas manqué d’évoquer la France, notre belle patrie des droits de l’homme, pourtant destination de vacances idéale pour les pires ciminels au monde, auteurs de génocide, crimes de guerre ou crime contre l’humanité. Cet incroyable paradoxe allait être dénoncé dans une nouvelle campagne d’Amnesty International, intitulée « France, destination impunité » et lancée le 21 octobre. 

IMG_7492Message reçu par notre groupe « Amnesty à Paris 13 » – groupe bien étoffé depuis l’arrivée d’étudiants en Master 2 Coopération internationale et ONG ! Nous avons donc choisi de relayer cette campagne et programmé une réunion de préparation à notre première « opération signatures », dont la date avait été fixée au jeudi 12 novembre entre 12h et 14h30. Pour lancer la discussion, quoi de mieux que cette vidéo, à la fois drôle, décapante et très pédagogique ?

Cette vidéo, ainsi que le matériel d’action qui l’accompagne, nous ont inspiré des échanges nourris sur la meilleure façon d’aborder le public avec un thème relativement compliqué : comment le rendre accessible en quelques minutes, sachant que lorsque nous aborderons les étudiants ou membres du personnel pendant la pause déjeuner au forum, on ne pourra pas leur prendre trop de temps… Jusqu’où aller dans la vulgarisation, tout en respectant la nécessité d’être précis et exacts dans nos informations ? Quels exemples trouver pour rendre plus concrète cette situation, aussi aberrante soit-elle ? Sans doute Bachar el Assad, ou Omar Al Bashir, ou encore Kim Jong-un (même si pour l’instant, ils ne sont jamais venus faire un séjour en France)… Et puis, par où commencer, comment « accrocher » ? Le plus simple semble être d’utiliser le fait qu’il s’agit de la France et que l’on s’adresse à des citoyens français, et de privilégier l’angle de la contradiction flagrante entre l’idée de patrie des droits de l’homme et une telle impunité pour les auteurs de crimes les plus horribles qui soient.

IMG_7508 IMG_7507

IMG_7490Nous avons déployé, d’abord tous ensemble, l’argumentaire pour convaincre le public du bien-fondé d’une telle campagne : l’explication des failles dans la législation française, qui empêchent la compétence universelle de s’exercer et bloquent donc les poursuites de ces « crapules » (pour reprendre la terminologie de la vidéo) qui décideraient de passer leurs vacances chez nous ;  puis, nous nous sommes appropriés le texte de la pétition adressée à Manuel Valls, dans laquelle Amnesty International demande 2 choses :  premièrement de faire inscrire à l’assemblée nationale une loi qui pourrait déjà combler 3 de ces failles, la loi proposée par le sénateur Jean-Pierre Sueur et déjà votée au Sénat en 2013 ; et deuxièmement, que cette loi soit amendée pour remettre en cause le « monopole du Parquet », qui empêche les victimes de crimes internationaux de porter plainte elles-mêmes.

Une fois que nous nous sommes sentis plus en confiance, nous avons commencé à pratiquer des jeux de rôles, non seulement sur cette thématique particulière, mais aussi sur comment convaincre quelqu’un de signer une pétition en général. Malgré la gravité du sujet, ceci a été l’occasion de mettre une sacrée bonne ambiance dans le groupe et de bien rire aussi, comme en témoignent ces photos.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rendez-vous au forum du campus Villetaneuse ce jeudi 12 novembre à partir de midi, et faisons en sorte de ne revenir avec aucune feuille de pétition vide ! 🙂

IMG_7510Cécile Coudriou

Conférence « Pas de Paix sans Justice » avec « Amnesty à Paris 13 »

octobre 23, 2015

affiche-Le Lundi 12 Octobre se tenait, à l’université Paris 13 Villetaneuse, une conférence sur le thème de la Justice Internationale. Cet événement était organisé par l’Antenne-jeunes d’Amnesty International à Paris 13 et l’association des étudiants en Science Politique, spécialité « Études stratégiques », « Les Petits Stratèges » (http://www.petits-strateges.org/), dans le cadre des initiatives pour la paix et la non-violence du Conseil départemental de Seine Saint-Denis à l’occasion de la journée mondiale pour la paix.

Le titre, « Pas de Paix sans Justice », indiquait l’angle choisi pour cette conférence : le système de justice internationale comme facteur de paix, l’importance de  la lutte contre l’impunité, pour que soient jugés et punis les auteurs présumés des crimes les plus graves, crimes de guerre, crime contre l’humanité, génocide. Pour nous en parler, l’université de Paris 13 a accueilli Aymeric Elluin, chargé de campagne « Armes et Impunité » à Amnesty International France, ainsi qu’Alina Miron, maître de conférences en Droit International et avocate à la Cour Internationale de Justice.

IMG_7258

Nos deux intervenants ont souligné en quoi la lutte contre l’impunité était une condition indispensable au rétablissement d’une paix durable et solide. En effet, comment un peuple peut-il se reconstruire si les responsables des pires crimes sont toujours en liberté ? Nous avons évoqué par exemple le cas de l’Indonésie où les victimes côtoient tous les jours leurs anciens agresseurs et par conséquent continuent d’avoir peur de s’exprimer.

Nous avons vu également, à travers plusieurs exemples africains tels que la Côte d’Ivoire, le Rwanda, ou encore le Tchad avec le procès d’Issène Habré, à quel point le système de Justice Internationale était encore perfectible. C’est une construction au long cours, faite d’avancées, d’espoirs mais aussi de déceptions, et à chaque étape, depuis la mise en place de la Cour Pénale Internationale, en passant par les Tribunaux spéciaux internationaux et jusqu’à la création d’une juridiction panafricaine et ses CAE (Chambres africaines extraordinaires), des ONG telles qu’Amnesty International peuvent jouer un rôle pour contribuer à apporter des améliorations et rendre cette justice réellement efficace.

IMG_7252

Une bonne quarantaine d’étudiants ont assisté à cette conférence et ont participé activement au débat qui s’en est suivi. Des interrogations ont été soulevées, comme par exemple sur les risques d’instrumentalisation de la Cour Pénale Internationale ou sur le financement des Chambres Africaines Extraordinaires. D’autres questions ont été posées à nos deux intervenants sur le concept de « compétence universelle », le risque du « 2 poids, 2 mesures » entre l’Afrique et le reste du monde. Enfin, le débat a aussi porté sur le cas de la France qui laisse des criminels de guerre se promener librement sur son territoire sans que rien ne soit fait pour les arrêter. Comment est-ce possible ? À cause des 4 « verrous » qui bloquent le mécanisme de « compétence universelle » grâce auqiel on devrait pouvoir poursuivre ces criminels où qu’ils se trouvent. Ce sont ces verrous que la proposition de loi dite « Sueur », du nom du Sénateur Jean-Pierre Sueur, vise à faire sauter. Seulement voilà, cette loi n’est toujours pas inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale après avoir été adoptée au Sénat il y a deux ans déjà, et c’est d’ailleurs là tout l’enjeu de la campagne de rentrée d’Amnesty International France, « France, destination l’impunité » à laquelle participera très prochainement l’Antenne-jeunes d’Amnesty International à Paris 13.

Rendez-vous début novembre pour cette prochaine mobilisation ! En attendant, découvrez la vidéo de cette conférence et d’une partie du débat :

Léa Antoni et Cécile Coudriou