Posts Tagged ‘Afrique du Sud’

Pour Noxolo, contre l’homophobie et l’impunité ! (Cécile Coudriou)

avril 24, 2013

3569_517803104943763_1372756076_n

En ce lendemain d’une grande victoire pour l’égalité des droits en France, le vote solennel à l’Assemblée Nationale sur le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe, il faut aussi garder les yeux ouverts sur le reste du monde, et avoir à coeur d’exprimer une solidarité internationale envers des victimes d’homophobie, lesbophobie ou transphobie..

Ainsi, en Afrique du Sud, pourtant l’un des rares pays d’Afrique où l’homosexualité est légale, et le premier sur ce continent à avoir autorisé le mariage civil entre personnes de même sexe (en 2006), l’homophobie continue de faire des ravages, dans une impunité des plus choquantes.

C’est pourquoi Amnesty International France et les « Lesbiennes of Color » vous invitent à rendre hommage à Noxolo Nogwaza et à montrer votre soutien aux militantes lesbiennes sud-africaines qui luttent contre la violence des préjugés, l’indifférence et l’inaction de la police et de la justice.

Nous vous donnons rendez-vous à la Fontaine des Innocents (près des Halles à Paris) ce Mercredi 24 avril à 18 h, pour dire « Non à la lesbophobie ! Non à l’impunité ! »

2 ans déjà que cette jeune militante lesbienne sud-africaine de 24 ans, sortant d’une soirée chez des amis dans un township où elle vivait à l’est de Johannesburg, a été sauvagement battue, victime d’un viol dit correctif, et poignardée avant d’être jetée dans un fossé.

156759_South_Africa_LGBTI_rights_activist_with_rainbow_flagPourquoi un tel déchaînement de violence ? D’après les informations d’Amnesty International, Noxolo a été visée en raison de son orientation sexuelle et de son militantisme en faveur des des droits des personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexuées). Membre du Comité d’organisation de la marche des fiertés d’Ekurhuleni (EPOC), elle menait des actions éducatives et de sensibilisation, et cherchait à donner aux personnes LGBTI des moyens d’agir pour lutter contre les crimes de haine, le harcèlement et l’injustice. Elle était bien consciente des risques qu’elle prenait à vivre son homosexualité au grand jour à travers son activisme, mais elle ne voulait pas laisser ce climat d’homophobie et d’impunité l’empêcher d’être ce qu’elle était et de défendre ce en quoi elle croyait.

Depuis qu’elle a été tuée en avril 2011,  on ne peut pas dire que la police ait fait preuve de beacoup de zèle, ni même d’initiative… L’enquête n’a pas avancé et aucun responsable présumé n’a été traduit en justice. Cette indifférence ne fait qu’aggraver le climat d’homophobie déjà tellement présent dans la société et elle conduit aussi souvent les personnes LGBTI à hésiter à déposer plainte en cas d’agressions. Parfois, ce qui les attend est même pire que de l’indifférence: mépris, moqueries… une double peine, en somme. Depuis 2007, au moins dix cas de viols de lesbiennes suivis de meurtre ont été signalés dans des townships situés dans diverses parties du pays.

C’est pourquoi l’impunité de tels actes homophobes, lesbophobes ou transphobes doit être combattue avec la plus grande force, de l’intérieur du pays mais aussi grâce à une pression internationale. Nous devons montrer avec Amnesty International un soutien sans faille aux personnes, comme les « Lesbians of Color », qui ont le courage de défendre leurs droits dans un tel climat de haine et d’insécurité. Rendre hommage à Noxolo, c’est bien sûr dénoncer le viol et le meurtre dont elle a été victime à cause de l’homophobie, mais c’est aussi lancer un appel à la justice et la police sud-africaines pour exiger une condamnation publique de cette homophobie ainsi qu’une enquête digne de ce nom pour retrouver les coupables et les juger.

Alors, on compte sur vous pour participer nombreux à ce rassemblement en hommage à Noxolo ce soir à 18h à la Fontaine des Innocents !

Marathon des signatures 2012 en images !

décembre 17, 2012

Vous n’allez pas le croire et pourtant c’est vrai ! Non seulement notre record est battu par rapport aux éditions précédentes, mais nous avons atteint un chiffre étonnant : 2012 signatures pour le Marathon des signatures 2012 à Paris 13 !!

2012 signatures réparties sur les 5 cas retenus pour défendre les droits humains : Chiou Ho-Shun, condamné à mort à Taïwan, la communauté de Bodo et son combat contre Shell au Nigéria, les familles Roms expulsées de force de la rue Coastei en Roumanie, Noxolo, militante lesbienne violée et assassinée en Afrique du Sud, et enfin Herbert et Albert, les prisonniers maintenus à l’isolement depuis 40 ans dans une prison aux USA. Et on peut vous dire que l’Antenne-Jeunes – avec le renfort de la promo Master ONG et Coopération Internationale – est allée les chercher, ces signatures ! Outre le stand, qui a attiré beaucoup de monde, ce qui a fait la différence aussi, c’est d’aller par équipe de 2 à la rencontre des étudiants tout autour du forum, à la cafet’, dans les couloirs, près de la bibliothèque, ou des locaux des autres assos, comme en témoigne cette galerie de photos…

Nous nous sommes échauffés au son du concert Africolor qui mettait une bonne ambiance dans le forum de la fac. Puis, au top de la préparation pour expliquer nos cas de violations des droits en quelques phrases, prêts à aller plus loin pour préciser la démarche du Marathon des signatures et d’Amnesty International, nous avons pu échanger en toute simplicité et dans la bonne humeur, et l’immense majorité des personnes abordées ont signé nos 5 pétitions. Ce n’est pas parce que l’on traite de sujets graves qu’il faut se prendre au sérieux ou déprimer les gens… Au contraire, le message était clair et positif : ces personnes que défend Amnesty International ont besoin du soutien de tous, chacun peut aider à faire une différence avec sa signature, les résultats des précédents Marathon le prouvent ! Amnesty, ça marche !

Programme du Marathon des signatures 2012 à Paris 13 !

décembre 3, 2012

AfficheMarathonP13Le jeudi 6 décembre, de midi à 14h au forum de Villetaneuse, l’Antenne-Jeunes Amnesty International de Paris 13 commencera en fanfare son Marathon des signatures, en marge d’un concert Africolor.  C’est en effet au son distinctif  du « Marching Band » haïtien Follow Jah de Pétion-villeau – ses bambous, cornets, tambour et caisse claire, augmenté de multiples percussions – que les jeunes militants lanceront leur appel à faire un geste simple mais efficace : signer des pétitions pour faire pression sur les responsables de violations des droits humains à travers le monde, et apporter son soutien à des personnes dont la vie est menacée ou pour qui Amnesty International demande justice.

L’Antenne-Jeunes tiendra également un stand le mardi 11 et mercredi 12 décembre, toujours au forum et à l’heure du déjeuner, et espère bien battre ainsi son record de signatures de l’édition 2011 !

Qui sont ces personnes que nous allons appeler à défendre ?

Chiou Ho-shunÀ TAÏWAN, il s’agit de Chiou Ho-Chun,  accusé avec 10 autres personnes d’un double meurtre mais seul à avoir été condamné à mort. Depuis, il clame son innocence et dénonce les violences qu’il a subies ainsi que l’absence d’avocat durant ses interrogatoires et la première phase de son procès. Chiou Ho-shun peut être exécuté à tout moment. Amnesty International exhorte les autorités à instaurer un moratoire sur les exécutions, et à permettre à Chiou d’avoir un nouveau procès conforme aux normes internationales.

Cluj-Napoca: Dallas & Coastei Street communitiesEn ROUMANIE, ce sont des familles Roms expulsées de la rue Coastei, sans aucune consultation. 40 familles ont été relogées dans des préfabriqués en banlieue de la ville, près d’une décharge publique. Les autres n’ont reçu aucune autre offre de relogement. Ils squattent dans des abris de fortune entre une décharge publique et une déchetterie de produits chimiques. Amnesty International soutient le combat des anciens habitants de la rue Coastei qui souhaitent être relogés dans des conditions décentes, comme prévu par la loi.

NoxoloNogwaza-AfriqueduSudEn AFRIQUE DU SUD, c’est Noxolo Nogwaza, une jeune lesbienne et activiste LGBTI de 24 ans, violée et assassinée alors qu’elle rentrait chez elle après une fête avec des amis. L’indifférence dont fait preuve la police dans cette enquête est révélatrice du climat de haine envers les personnes LGBTI dans le pays. Amnesty International réclame une véritable enquête et dénonce l’impunité totale dans laquelle de tels crime sont commis.

Angola 2Aux ÉTATS-UNIS, c’est Albert Woodfox et Herman Wallace, détenus à l’isolement depuis 40 ans. Anciens membres des Black Panthers, emprisonnés initialement pour cambriolage, ils ont été condamnés à perpétuité pour le meurtre d’un gardien de prison qu’ils ont toujours nié. Amnesty International demande l’arrêt de leur détention prolongée à l’isolement, qu’elle considère comme un traitement cruel, inhumain et dégradant.

Au NIGÉRIA, ce sont les habitants de la communauté de Bodo, dans le Delta du Niger, dont la vie a été détruite par la pollution pétrolière occasionnée par Shell. L’entreprise refuse de reconnaître ses responsabilités, et Amnesty International soutient les habitiants de Bodo dans leur demande du nettoyage de la région et des compensations que la loi imposerait.

RencontreNigeriaP13C’est par une rencontre-débat avec un repésentant de cette communauté que l’Antenne-Jeunes clôturera l’édition 2012 de son Marathon des signatures à Paris 13 : Christian Lekoya Kpandei est en effet  invité à venir témoigner  de son combat contre Shell. Il expliquera les conséquences des dégâts causés par cette entreprise sur la vie de sa communauté, et la lutte menée à leurs côtés par Amnesty International et une ONG locale pour obtenir justice.