Archive for the ‘Réfugiés/Migrants’ Category

« Let’s be Brave » à Paris 13

juin 30, 2019

Brave1

Pour notre dernier événement de cette année universitaire, nous avons voulu mettre en avant la campagne Brave d’Amnesty International. Brave est une campagne mondiale de mobilisation pour la défense des défenseurs des droits humains. L’un des temps forts de cette campagne était les dix jours pour signer, pour lequel nous nous étions déjà mobilisés à la fin du premier semestre. Le 8 avril, nous avons donc choisi de mettre en lumière les autres combats de cette campagne, que ce soit le droit des femmes militantes en Arabie Saoudite, la situation de Nasrin Satoudeh en Iran, ou la protection des défenseurs des droits des migrants en France.

 

Peu de temps avant le décret autorisant les femmes à conduire en Arabie Saoudite, plusieurs militantes pour les droits des femmes ont été emprisonnées à tort par le régime. Trois d’entre elles ont été libérées le 28 mars, mais de manière provisoire et plusieurs autres femmes sont encore emprisonnée. La lutte doit encore continuer pour elles. Nous avons donc fait signer des pétitions demandant leur libération aux autorités. Notre action était facilement visible grâce aux panneaux grandeur nature représentant les silhouettes de 3 de ces défenseures, notamment deux qui ont été libérées (Iman al-Nafjan et Aziza al-Yousef) et une encore en prison (Loujain El-Hathloul). Ainsi, ou pouvait démontrer par l’exemple que nos mobilisations obtenaient des résultats, bien qu’il reste encore beaucoup à faire.

Brave2

 

Nous avons également fait signer des pétitions demandant aux autorités françaises la protection des défenseures des droits des personnes exilées, qui font l’objet de pressions de plus en plus importantes en raison de leurs actions pacifiques et désintéressées. Cette pétition a été accompagné du témoignage audio de Loan Torondel, diffusé sur le forum. Ce militant de 22 ans a été poursuivi en justice pour avoir posté une vidéo dénonçant la violence policière contre les migrants.

 

Enfin, nous tenions à alerter l’opinion sur le cas de Nasrin Satoudeh, une militante iranienne condamnée à 148 coups de fouet et 38 ans de prison pour son combat pour la libération des femmes. Nous avons demandé aux personnes intéressées de signer notre lettre adressée aux autorités iraniennes demandant sa libération.

L’événement a été animé par de la musique, des débats, et des ateliers interactifs comme le stand de tatouages Brave et le jeu Memory de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Nos pétitions ont obtenu plus de 160 signatures, et une quinzaine de personnes ont ajouté leur nom à la lettre de soutien à Nasrin. Malgré une affluence moins importante que d’habitude sur le forum de Villetaneuse (dû notamment à la période de fin d’année), ce fut un évènement riche en action et en discussions. Une belle manière de clôturer cette année.

Anis Harbi

Publicités

Accueillons les réfugiés ! Message reçu à l’Université Paris 13 !

février 27, 2019

Réfugiés 0

Le jeudi 21 février 2019 a vu le lancement de l’exposition “accueillons les réfugiés” au Forum de l’Université Paris 13 Villetaneuse. Cette action s’inscrit dans la campagne mondiale d’Amnesty International « I Welcome », qui vise à obtenir une vraie solidarité entre les États pour mieux protéger et accueillir les réfugiés.

L’exposition permet d’en savoir plus sur ce qu’est un réfugié, quels sont ces droits, à quel risque il s’expose. Elle vise aussi à combattre les préjugés et les idées reçues sur l’accueil des réfugiés, notamment l’idée que l’Europe serait « envahie » par ces derniers : en réalité, la moitié des réfugiés sont des femmes et des enfants, et la grande majorité sont accueillis dans des pays en développement. A travers les différents panneaux, le visiteur pourra découvrir les histoires de personnes forcées fuir leur pays, comme ce fut le cas d’Ada, jeune nigérienne victime de violences sexuelles, et qui a réussi à rejoindre l’Italie en passant par la Libye. Enfin, l’exposition montre qu’un accueil humain des réfugiés et possible en présentant plusieurs cas de villes ayant réussi ce pari.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En plus de présenter l’exposition, l’Antenne Jeunes était aussi présente pour mobiliser les gens autour de cette thématique. Les trois pétitions lancées dans le cadre de la campagne ont rencontré un franc succès auprès des étudiants et personnels de l’université, souvent loin de connaître les conditions véritables dans lesquelles se trouvent les réfugiés :

  • ÉTATS-UNIS : NI ENFERMEMENT, NI SÉPARATION POUR LES DEMANDEURS D’ASILE !

Depuis son élection, le Président Trump tente d’interdire aux personnes ayant traversé irrégulièrement la frontière avec la Mexique de déposer une demande d’asile. Pourtant, le droit international est clair : toute personne qui souhaite demander l’asile a le droit de franchir des frontières, avec ou sans document.

https://www.amnesty.fr/refugies-et-migrants/petitions/stop-detention-demandeurs-dasile

  • HALTE AUX EXPULSIONS VERS L’AFGHANISTAN

Le Défenseur des droits a dénoncé la politique de l’externalisation des frontières de l’Union européenne qui l’amène à transiger avec l’Afghanistan et qui encourage les États à accélérer le retour d’Afghans. Le Défenseur des droits a demandé au gouvernement de suspendre l’application de l’Accord UE/Afghanistan et d’arrêter les mesures d’éloignement des personnes gravement malades dans des pays dont on sait qu’elles ne pourront accéder aux traitements nécessaires à leur survie.

https://www.amnesty.fr/refugies-et-migrants/petitions/halte-aux-expulsions-vers-lafghanistan

  • STOP À LA DÉTENTION ET À LA VENTE DES RÉFUGIÉS ET DES MIGRANTS EN LIBYE

Torture, détention, exploitation et viol sont des horreurs quotidiennes pour de nombreux réfugiés et migrants piégés en Libye. Mais au lieu de mettre fin à ces atteintes, l’Europe aide la Libye à piéger ces personnes dans l’enfer. En entraînant et en équipant les garde-côtes libyens de bateaux pour renvoyer les migrants vers la Libye, les responsables européens sont indiretement complices de ces souffrances épouvantables.

https://www.amnesty.fr/refugies-et-migrants/petitions/stop-a-la-detention-et-vente-des-refugies-et-migrants-en-libye

Les participants n’ont pas hésité à exprimer leur solidarité et leur souhait de contribuer à ce que la France revoit sa politique en faveur des réfugiés. Ainsi, en plus des pétitions, des cartes « Maisons Raisons » ont été mise à disposition des étudiants et personnels  qui pouvaient en quelques mots exprimer leur soutien aux réfugiés et expliquer leurs raisons pour les accueillir. En voici un magnifique exemple :

Réfugiés 8

Au final, nous avons récoltés près de 400 signatures à nos pétitions et plusieurs dizaines de messages de soutien en faveur  de l’accueil des réfugiés.

L’exposition est toujours visible au forum de Villetaneuse jusqu’au 1er Mars.

Yasmine OUKID et Anis Harbi.

Réfugiés 10

« Amnesty à Paris 13  » n’oublie pas les réfugiés de Syrie

mars 21, 2015

10407302_10152734870267572_2682467623018782929_n

4 ans déjà que la guerre ravage la Syrie, faisant plus de 200 000 morts, et obligeant plus de 11 millions de personnes – soit la moitié de la population ! – à fuir les violences. 380 000 personnes ont été jugées particulièrement vulnérables par le Haut-commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), faisant de leur réinstallation dans d’autres pays d’ici fin 2016 une priorité .

Il y a en effet urgence ! Parmi  ces personnes les plus vulnérables, certaines ont été victimes de torture de la part du régime en place ou des groupes armés combattants. Elles ont été blessées et traumatisées lors d’attaques de leur ville, de leur village, de leur maison. Elles ont dû fuir parce que leurs opinions, leur religion, leur liberté d’expression étaient bafouées ou les condamnaient à la mort. D’autres, parmi lesquelles des femmes isolées avec ou sans enfant, sont gravement malades ou handicapés.

Ali Ferzat cartoonFace à une crise d’une telle ampleur, la réponse du monde est honteuse : seulement 80 000 places d’accueil ont été proposées par eux et seules 7000 personnes ont effectivement pu atteindre leur pays de destination. La France, qui a pourtant ratifié la convention de Genève de 1951 qui protège les réfugiés, n’en a  accueilli que 500 depuis le début du conflit, et a annoncé l’accueil de 500 autres personnes vulnérables, mais cela reste bien trop peu, notamment comparé à l’Allemagne, qui va accueillir 30 000 réfugiés syriens au titre de la réinstallation.

syrie_0Il faut bien se rendre compte que 4 millions de personnes ont dû quitter la Syrie et 95 % d’entre eux se sont réfugiés dans les pays voisins – 1,2 million au Liban, où 1 habitant sur 4 est aujoud’hui un réfugié syrien ; 1,6 million en Turquie ; le reste en Jordanie,  Egypte et Irak. Comment ces pays pourraient-ils faire face seuls à un tel afflux ? La responsabilité d’une telle crise ne peut être que partagée. Nous ne pouvons pas faire comme si ce drame n’existait pas.

Amnesty International a donc lancé la campagne « Accueil des réfugiés de Syrie » afin que les pays les plus riches se montrent davantage solidaires et offrent aux réfugiés les plus vulnérables une opportunité unique de reconstruire leur vie grâce aux programmes de réinstallation et d’admission humanitaire. En France, la campagne a ciblé plus particulièrement François Hollande, appelant à la mobilisation de tous les citoyens pour adresser ce message au président de la République : la France peut et doit faire plus !

IMG_5299

L’Antenne-Jeunes « Amnesty à Paris 13  » a répondu à cet appel à la mobilisation et a souhaité relayer cette campagne auprès des étudiants et personnels de l’université, en proposant 2 actions  au stand qu’elle a tenu mercredi 18 mars à l’heure du déjeuner :

– Signer une pétition adressée au président de la République, pétition que l’on peut par ailleurs signer en ligne sur le site d’Amnesty International au lien suivant : http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Refugies-et-migrants/Actions/La-France-doit-accueillir-plus-de-refugies-de-Syrie-14461

– Se laisser prendre en photo avec un panneau de sa ville pour dire que celle-ci pouvait accueillir des réfugiés de Syrie. En voici quelques exemples :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les étudiants et personnels ont montré leur solidarité avec une grande spontanéité – certains ont d’ailleurs déclaré qu’il leur paraissait encore plus naturel d’apporter leur soutien parce qu’ils étaient eux-mêmes réfugiés ou enfants de réfugiés. Quasiment toutes les personnes que nous avons abordées se sont arrêtées au stand pour signer, et nous avons recueilli 210 signatures et près d’une vingtaine de photos. Un grand merci à tous !

Cécile Coudriou

Un bateau-pétition géant Place Beauveau pour dire « SOS Europe ! »

juin 6, 2014

2014-06-03T075238Z_1007180001_LYNXMPEA5209S_RTROPTP_3_OFRTP-FRANCE-MIGRANTS-AMNESTY Le 3 juin, Amnesty International France était devant la Place Beauveau pour y déposer un bateau géant en origami  sur lequel on pouvait lire « SOS Europe ! 3500 morts, Protégez les migrants avant de protéger les frontières ».

À deux jours d’un Conseil européen consacré aux politiques migratoires, l’ONG a également remis au ministère de l’Intérieur 3 500 petits bateaux-pétitions recueillis auprès du public, comme un symbole fort des 3 500 personnes migrantes ou réfugiées qui ont perdu la vie en cherchant à fuir la misère et les conflits et en tentant de rejoindre l’Europe par la mer.

« Les naufrages et les morts quasi quotidiens ont montré l’inefficacité  d’une politique principalement centrée sur la dissuasion et le contrôle, forçant ces personnes à trouver des voies d’accès encore plus dangereuses. Lors du prochain Conseil européen,  la France doit défendre des mesures concrètes pour secourir et protéger les migrants et les réfugiés en Méditerranée et en mer Egée », a déclaré Cécile Coudriou, Vice-présidente d’Amnesty International France,  : ( http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Personnes-deracinees/Migrations-et-droits-humains/Actualites/La-France-doit-faire-changer-de-cap-la-politique-europeenne-11830 )

Les recommandations d’Amnesty International auprès du ministère ont été soutenues par de nombreuses personnes à travers l’opération « Printemps des droits humains »: durant quelques semaines, toutes les Antennes-Jeunes d’Amnesty International France se sont mobilisées sur la campagne « SOS Europe » pour sensibiliser le public aux conséquences tragiques des politiques migratoires et interpeller le ministère de l’Intérieur sur sa position lors de la réunion du Conseil de l’Union Européenne les 5 et 6 Juin. Les  jeunes ont largement dépassé l’objectif fixé de 3 500 , puisqu’is ont finalement collecté plus de 6000 bateaux-pétitions auprès du public.

Découvrez en images cette remise de pétitions, et merci à tous pour votre mobilisation !

http://videos.tf1.fr/infos/2014/amnesty-international-appelle-la-france-a-clarifier-sa-position-8429487.html

« SOS Europe ! » Mission Amnesty accomplie à Paris 13 !

mai 18, 2014

P1060089Cette année, le Printemps de Droits Humains était un défi particulier pour « Amnesty à Paris 13 » ! À cette période, le campus de Villetaneuse commence déjà à se vider quelque peu, car bien des étudiants ont déjà passé leurs examens ou sont encore en révision…

Pourtant, nous avons décidé d’organiser une dernière action – cette fois  sur la campagne « SOS Europe » – et d’investir le forum en ce 13 mai entre 11 et 15h : nous y avons installé un stand aux côtés de notre exposition sur le thème des migrants et des réfugiés. Comme l’an passé pour l’action contre les expulsions forcées au Brésil (https://amnestyparis13.wordpress.com/2013/04/21/retours-croises-et-en-images-sur-une-action-originale-pdh-a-paris-13/), nous avons invité toutes les personnes présentes – étudiants et membres du personnel, jusqu’à notre président ! – à participer à une action plus originale qu’une simple pétition : l’idée était à la fois de casser les idées reçues sur les migrants et les réfugiés, à travers notre expo – interactive grâce à son jeu de questions-réponses – et d’inviter à montrer symboliquement son soutien en fabriquant des  « bateaux-pétitions » en origami, porteurs d’un message à Manuel Valls : « protéger les migrants avant de protéger les frontières ».

P1060116

OBJECTIF LARGEMENT DÉPASSÉ !

Finalement, le fait qu’il y ait moins de monde a presque facilité les échanges et a décuplé notre force de conviction : on a quasiment fait un 100% entre les personnes approchées et celles qui ont accepté de faire un bateau tout en laissant leur contact : à 15h, on comptabilisait 179 origami alors qu’on avait plutôt compté sur une cinquantaine !!!

P1060103

Alors, bravo et merci à tous pour ce bel élan de solidarité, qui prouve une fois encore que le militantisme de proximité porte ses fruits et permet un vrai travail de sensibilisation sur les droits humains. Nous avons le sentiment d’une mission accomplie, contribuer à atteindre l’objectif commun de toutes les Antennes-Jeunes d’Amnesty International France – 3500 bateaux -, pour porter haut et fort ce message aux autorités avant les prochaines réunions des ministres européens en charge des questions d’asile et de migrations les 4 et 5 juin : nous voulons des politiques migratoires qui respectent les droits humains et permettent de sauver des vies !

Découvrez la vidéo-diaporama de cette action :

Portons le message « SOS Europe ! » pour les migrants et réfugiés

mai 8, 2014

10258588_10152121837597572_181818740146433188_o« SOS Europe ! » C’est le nom de la campagne d’Amnesty International que nous allons relayer à l’Université Paris 13 le Mardi 13 mai entre 11h30 et 14h30 au forum du campus de Villetaneuse. Pourquoi SOS ? C’est le message à envoyer à l’Europe pour la protection des migrants, réfugiés et demandeurs d’asile.  Il y a non seulement danger mais urgence !

Le premier danger est pour eux le naufrage car ils arrivent par la mer sur des embarcations de fortune ; le second danger est l’accueil qui leur est fait : refoulement systématique, violences et brutalités des gardes-côtes et de la police.

Une Europe forteresse, à tout prix ?

189570_migrant_deathEn octobre 2013, au large de Lampedusa, plus de 350 personnes ont péri dans deux naufrages. Aujourd’hui, c’est la Grèce qui est sous les projecteurs : lorsque les migrants arrivent à cette frontière d’une Europe forteresse, la police ou les gardes-côtes les repoussent avec brutalité. Ils procèdent à des arrestations, à la détention et à des renvois forcés, alors que c’est illégal au regard du droit international. Amnesty International ne nie pas que les États peuvent surveiller leurs frontières, mais rappelle que cela ne doit jamais être au prix de la vie et de la sécurité des personnes.

Qu’ont fait les migrants pour mériter un tel traitement ? Ils ne font que fuir la misère et chercher une vie meilleure. Quant aux réfugiés, c’est la guerre, les conflits ou la persécution qu’ils fuient, et comment peut-on reprocher à quiconque de chercher désespérément une protection, un asile ?

Tout citoyen a un rôle à jouer : 

Ces drames humains révèlent des politiques migratoires de l’UE peu connues du grand public, et sur lesquelles nous pouvons pourtant agir : Les 4 et 5 juin, les ministres européens en charge des questions d’asile et de migrations se réuniront pour déterminer les orientations que prendra l’Europe pour les 5 prochaines années sur ce sujet. Fin juin, les chefs d’état ou de gouvernement adopteront officiellement le nouveau programme.

Nous devons donc faire entendre notre voix avant ces échéances, pour faire savoir aux décideurs que nous sommes très nombreux à soutenir la vision d’Amnesty International. Nous allons aussi montrer symboliquement notre soutien par une forme originale de pétition : chacun pourra confectionner un origami en forme de bateau, et notre objectif est d’en envoyer 3500 à Manuel Valls pour se souvenir des 3500 personnes qui ont péri en mer entre 2011 et 2013.

Au delà du symbole, il est essentiel d’informer le public sur les positions et les demandes d’Amnesty International :

–        Stop au refoulement forcé et aux mauvais traitements ! C’est contraire aux conventions de Genève de 1951, ainsi qu’aux règles du droit international de la mer qui impose des obligations de sauvetage, et enfin contraire aux règles que l’UE s’est elle-même fixées ;

–        transparence sur les procédures de contrôle des frontières utilisées par les autorités, et sur les violations des droits humains ;

–        stop au contrôle à tout prix ! protégeons les migrants et sauvons la vies avant de protéger les frontières ;

–        et enfin, réorientation des budgets alloués par l’Europe vers l’accueil et la protection des personnes au lieu d’augmenter sans cesse celui des contrôles des migrations.

Entre 2011 et 2013, la Commission européenne a alloué plus de 12 millions d’euros pour l’accueil des demandeurs d’asile et réfugiés. Sur la même période, ce sont plus de 227 millions d’euros qui lui ont été donnés pour le contrôle des migrations. L’agence Frontex, qui coordonne le contrôle des frontières extérieures de l’UE, elle prospère !

Alors, montrons tous notre soutien à des politiques migratoires plus humaines, soyez nombreux à nous rejoindre le Mardi 13 mai entre 11h30 et 14h30 au forum du campus de Villetaneuse, et faisons ensemble le plus grand nombre de bateaux possible pour noyer Manuel Valls sous les messages de solidarité ! Les politiques migratoires de demain dépendent aussi de nous tous !

Vidéo de la rencontre « Réfugiés, un Scandale planétaire » organisée à Paris 13

décembre 28, 2012

Retours sur la rencontre et l’expo « Refugiés »

novembre 19, 2012

Retours à quatre voix sur notre première action menée sur le campus de Paris 13 : « Réfugiés, un scandale planétaire »

A vos marques… Prêts ?  Partez, pour défendre les droits humains!!!

En prélude au Marathon des signatures qui mettra en lumière en décembre diverses violations des droits fondamentaux dans le monde, l’Antenne-Jeunes Amnesty de l’Université Paris 13 Villetaneuse a organisé ce mercredi 14 novembre une rencontre-débat dont le thème était « Réfugiés: Un scandale planétaire ».

Devant un beau parterre d’étudiants, Jean-François Dubost, responsable du programme « Personnes déracinées » à Amnesty France a dépeint la situation des réfugiés dans différents pays du monde. Il a également fait le tour de la question du droit d’asile et a expliqué le principe du non-refoulement de personnes vers un pays où elles sont menacées. Ce principe est inscrit dans la Convention de Genève de 1951 mais il est malheureusement violé par des pays pourtant signataires de ce texte.

La conférence s’est terminée par une visite guidée de notre exposition de photos et d’illustrations, pour mieux saisir à travers divers parcours, la situation des réfugiés dans le monde, casser les idées reçues  et les amalgames sur les migrants et demandeurs d’asile et faire connaître les recommendations d’Amnesty International.

Les réfugiés sont bienvenus nulle part, et pourtant, ils sont des personnes en danger,

Agissons !

En marge de l’expo et de la rencontre, nous avons pu récolter 163 signatures, et vous pouvez continuer à signer en ligne en cliquant sur ce lien :

http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Personnes-deracinees/Refugies-dans-le-monde/Actions/Chypre-punis-sans-avoir-commis-de-crime-1

Souleymane Sylla et Cécile Coudriou

La question des réfugiés a été illustrée par des exemples précis (réfugiés somaliens au Kenya, palestiniens, syriens…), qui ont permis d’expliquer la situation des réfugiés dans le monde. Jean-François Dubost est beaucoup revenu sur l’Europe et le détail des dispositifs de contrôle aux frontières (Europe forteresse), et a expliqué la mission d’Amnesty International – faire que les Etats respectent le principe de non-refoulement et ne criminalisent plus les demandeurs d’asile -, ainsi que ses moyens, par l’information de l’opinion publique et le lobby auprès des instances européennes.

L’exposition a mis en lumière des parcours de demandeurs d’asile quittant leur pays et venant trouver refuge en France, en retraçant les situations dans leurs pays d’origine, leurs voyages parfois périlleux et leurs parcours dans les méandres de l’administration française.

Camille Hervé

Un intervenant de qualité, pédagogue, passionné, très à l’écoute des étudiants ! Il nous a permis de comprendre la situation actuelle des réfugiés, les écueils de la législation et les difficultés de sa mise en application. Le panorama mondial qu’il nous a dressé à travers des événements récents était d’une grande précision et a rendu très concrète la réalité des difficultés et parfois des drames que vivent les réfugiés.

Ce que j’ai le plus apprécié dans l’exposition, c’est le croisement de parcours singuliers de migrations et d’éléments généraux d’informations. On aurait souhaité plus d’illustrations encore !

S’il y avait une chose à retenir ce serait que : La solidarité des états dans l’accueil des migrants permettrait d’éviter les afflux aux frontières plus massifs et rendrait obsolète le recours à une politique de fermeture de frontières.

Quentin Beucler

N’oublions pas que nous avions aussi un Twitto fou, qui nous a fait un « Live tweet » de la conférence ! Le voici :

@jfdubost explique : « Un réfugié est une personne en manque de protection, à notre différence qui sommes protégés par notre État. » #refP13

@jfdubost se base sur le livre « Réfugiés, un scandale planétaire », de @amnestyfrance pour casser les idées reçues #refP13

La convention de Genève obligent les états à protéger les réfugiés, pas les renvoyer dans un pays où ils risquent d’être persécutés #refP13

27 millions de personnes sont déplacées dans leur propre pays sans la moindre protection. Les réfugiés sont eux 16M dans le monde. #refP13

« Cette absence de protection pousse un réfugié à fuir en franchissant une frontière ; un déplacé reste dans son propre État. » #refP13

L’UE signe des accords avec les pays de transit pour que ces pays, en échange de faveurs, empêchent les réfugiés darriver en Europe. #refP13

Bien que migrer ne soit pas un crime, les états criminalisent la migration, et ont recours à des mesures pénales comme la détention. #refP13

Voir le film « Ceuta, douce prison », diffusé au @FestivalCineDDH : des migrants sont détenus sans information ni durée maximum. #refP13

La cour européenne des droits de l’homme a condamné l’Italie pour avoir renvoyé des migrants en Libye. Des sanctions sont possibles. #refP13

En 2011, 1500 personnes sont mortes en essayant de traverser la Méditerranée – chiffre certainement largement sous-estimé. #refP13

L’Union Européenne proteste très rarement contre les violations des droits des réfugiés, ce qui arrange tous les pays membres. #refP13

Établir une liste de pays d’origine sûrs, comme le fait l’UE, viole la convention de 1951 car discrimine sur la nationalité. #refP13

@jfdubost rappelle que l’action d’#Amnnesty se base sur la visibilité, la mobilisation, la pétition, et la pression sur les états. #refP13

C’est fini pour #refP13, merci à @jfdubost et rappel : exposition interactive sur les réfugiés au café-expo de Paris 13 jusqu’à vendredi

Et pour conclure en images, le diaporama de l’exposition et de la rencontre :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Expositon : « Les réfugiés, un scandale planétaire », au café-expo de Paris 13

novembre 12, 2012

Pour eux, ni classe affaire ni classe éco, pas de tourisme, juste la volonté de vivre dignement, eux ce sont les réfugiés. Du 8 au 16 novembre au café-expo de l’université Paris 13, l’Antenne-Jeunes dAmnesty International expose sur la condition des réfugiés et la question du droit d’asile en France, à travers des photos et des illustrations de différents parcours.

De leur pays d’origine aux méandres des institutions françaises, l’OFPRA et CNDA, venez découvrir 4 portraits. A l’image de Salam, jeune catholique pakistanais de 17 ans, qui fut menacé de persécution pour sa pratique religieuse, ou encore Mariam, 27 ans, une sénégalaise qui a fui son pays par crainte d’excision. Au programme de l’exposition, combattre les idées reçus, se confronter à une procédure d’asile ou à la réalité des camps de réfugiés, ou découvrir les propositions d’Amnesty international.

On vous donne également rendez-vous le mercredi 14 (en amphi 4 à midi) pour une rencontre-débat autour de la question des réfugiés, avec deux jeunes intervenants du siège d’Amnesty.

Alban Migeot de Baran

Corée du Nord, « Han, le prix de la liberté »

mai 25, 2012

Après la rencontre extraordinaire au siège d’Amnesty France avec Kim Tae-Jin, ancien prisonnier du camp Yodok en Corée du Nord, on a envie de poursuivre le voyage et de mieux comprendre comment il est possible de survivre à l’enfer de cette dictature, et de braver tous les dangers, de tenter l’impossible pour fuir.

Alexandre Dereims, journaliste indépendant âgé de 42 ans aujourd’hui, était présent lors de cette rencontre, et il a retrouvé avec émotion Kim Tae-Jin, qu’il avait rencontré alors qu’il tournait en 2008 un documentaire de 52 minutes  « HAN, LE PRIX DE LA LIBERTE » et suivait des réfugiés de Corée du Nord qui tentent de s’exiler en Thaïlande en passant par la Chine.

Han signifie à la fois le peuple coréen dans son ensemble et la souffrance de l’âme coréenne. Il définit l’identité profonde des coréens, déchirés entre leur désir de réunification et une profonde souffrance née de l’impossible réconciliation entre les pays frères.

Pyongyang au Nord et Séoul au Sud ne sont distantes que de 200 kilomètres, mais sont séparées par une frontière infranchissable, la plus surveillée au monde, la DMZ. C’est une immense balafre héritée de la guerre froide, qui coupe en deux la péninsule coréenne, des milliers de kilomètres carrés de mines et de miradors.

Alors ceux qui décident de fuir la Corée du Nord et peut-être un jour, rejoindre le Sud, sont forcés de passer par la Chine. Seul un réfugié sur deux arrive au bout du voyage. C’est un exil secret et périlleux, une route clandestine vers la liberté.

« Han, le prix de la liberté » est l’histoire de ces fugitifs. Vous pouvez découvir ce film, pour lequel il a obtenu le prix AUDIOVISUEL ALBERT LONDRES, en 4 parties ci-dessous  :