Archive for the ‘L’Antenne-Jeunes Amnesty à Paris 13’ Category

Paris 13 fait du bruit pour les droits des femmes !

mars 29, 2020

Le 8 mars 2020, journée internationale des droits des femmes, nous étions nombreux à rejoindre le cortège d’Amnesty International à la grande marche qui allait de la Place d’Italie à République. Quelques jours après, l’Antenne-Jeunes de Paris 13 a voulu continuer à montrer sa solidarité aux femmes qui luttent pour leurs droits à travers le monde, et faire entendre leurs voix sur le campus de Villetaneuse.

Nous avons donc organisé une action sur le forum de l’université, où nous avons proposé aux étudiants et au personnel de venir s’informer et agir, entre autres en signant nos pétitions :

Qui a tué Marielle Franco ? Le 14 mars 2018, la conseillère de Rio de Janeiro et défenseure des droits humains Marielle Franco ainsi que son chauffeur Anderson Gomes ont été abattus par balle. La jeune femme noire, ouvertement bisexuelle, était connue pour avoir dénoncé des violations des droits humains, notamment celles subies par les jeunes noirs vivants dans les favelas, les femmes et la communauté LGBT. Cela fait plus de deux ans que Marielle et son chauffeur ont été assassinés et les autorités brésiliennes n’ont toujours pas fourni de réponses acceptables à leurs familles. Nous demandons au gouverneur de l’état de Rio de respecter la procédure légale, de nommer une équipe d’experts indépendants chargés de superviser l’enquête, et de garantir la sécurité des témoins des familles. 

Libération immédiate pour Yasaman Aryani : Le 8 mars 2019, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Yasaman Aryani a retiré son voile et distribué des fleurs aux femmes dans le métro à Téhéran. Suite à la diffusion virale en mars 2019 d’une vidéo montrant cet acte de défiance poétique, les autorités iraniennes l’ont arrêtée. Elle a été condamnée à 16 ans de prison en août 2019. La mobilisation de milliers de personnes dans le monde a permis à Yasaman de ne plus être en isolement et sous le contrôle des Gardiens de la révolution, connus pour leur recours à la torture. Sa peine de prison et celle de sa mère ont aussi été réduites à 9 ans et 7 mois. Cependant, nous demandons aux autorités iraniennes la libération immédiate de Yasaman, de sa mère, et de toutes les défenseures des droits des femmes en Iran. 

Stop à la répression des voix critiques en Arabie Saoudite : Depuis mai 2018, l’Arabie saoudite intensifie la répression contre les voix critiques dans le royaume. Les femmes défenseures qui militent depuis des années pour l’égalité des droits sont en première ligne.

Loujain al-Hathloul, Iman al-Nafjan et Aziza al-Yousef, ainsi que 19 autres défenseurs des droits humains ont été arrêtés en mai 2018 parce qu’elles militent depuis plusieurs années pour que les femmes aient le droit de conduire et pour qu’il soit mis fin au système répressif de tutelle masculine. Certaines ont subi des actes de torture et des sévices sexuels. Fin mars 2019, Iman al Nafjan et Aziza al Youssef et Ruqayyaa al Mhareb ont obtenu une libération provisoire, mais les charges contre elles n’ont pas été abandonnées. Loujain al Hathloul est, elle, toujours derrière les barreaux. Nous demandons au roi d’Arabie saoudite, Salman bin Abdul Aziz Al Saud, de libérer immédiatement et sans condition toutes celles et tous ceux qui ont été emprisonnés pour avoir protesté de manière pacifique et d’abandonner toutes les charges retenues contre ces personnes.

En plus des pétitions classiques, nous avons proposés aux personnes intéressées d’exprimer leur solidarité avec ces militantes de différentes manières. Elles pouvaient écrire des messages de soutien à Yasaman et à Loujain sur des cartes postales qu’elles pouvaient décorer et colorier. Ces cartes seront ensuite transmises à leurs familles. 

Nous leur avons aussi suggéré des pétitions-photos, un format de mobilisation moins classique. L’idée est de se prendre en photo tenant un panneau demandant la libération de Loujain El Hathloul, avec le hashtag #FreeLoujain, et qui serait ensuite diffusé et partagé sur les réseaux sociaux. Si certaines personnes se sont montrées réservées à l’idée d’apparaître sur internet, d’autres se sont prises au jeu et ont accepté d’afficher leur soutien ouvertement.

Merci à tous ceux et celles qui ont participé à cette action !

Anis Harbi, responsable de l’Antenne-Jeunes de Paris 13, Université Sorbonne Paris Nord

Table-ronde sur l’homophobie à la BU de Paris 13

décembre 10, 2019

Engagée dans la lutte contre toute forme de discrimination, la Bibliothèque Universitaire de Paris 13 Villetaneuse accueillait une table ronde intitulée “Etat des lieux de l’homophobie en France et dans le monde”. Les deux invités étaient Ludovic Lemarié, membre de SOS homophobie, et Sébastien Tüller, responsable de la commission Orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International France. Après avoir présenté le travail de leur association respective, le premier a dressé un constat de l’homophobie en France, tandis que le second a fait un tour de la situation des personnes LGBT dans le monde. Accompagnant cette intervention, deux expositions étaient visibles au kiosque de la Bibliothèque : Les Petits Papiers de SOS homophobie et Minorités Sexuelles et Droits Humaines de Amnesty International. 

L’Antenne-Jeunes d’Amnesty International était naturellement présente à cet événement et a tenu un stand à l’entrée de la bibliothèque pour présenter l’action d’Amnesty sur ce thème. Nous avons proposé aux passants de s’essayer à notre quizz sur les droits des personnes LGBT, et de signer la pétition demandant justice pour Marielle Franco, militante brésilienne assassinée en 2018. 

Il existe aujourd’hui 70 pays ou l’homosexualité est criminalisée. En plus des peines pénales encourues, les représentations des personnes LGBT dans les médias, l’art ou le cinéma sont censurées, ce qui empêche le débat et les discussions sur ce sujet (ce fut le cas pour le film Rafiki au Kenya) 

Durant la table ronde, Sébastien Tüller a évoqué l’action d’Amnesty International dans le monde à travers ces trois axes : la recherche, la médiatisation et le plaidoyer. Mais ces méthodes rencontrent des limites dans certains pays, ou une action en sous-terrain peut être plus appropriée pour garantir la sécurité des personnes concernées. De plus l’action en faveur des droits des personnes LGBT est parfois vue comme une forme l’interventionnisme occidental, voire de néo-colonialisme. Pourtant, la majorité des lois homophobes dans le monde ont été imposées par la colonisation européenne, il est donc important de rappeler ce fait historique. On peut aussi faire appel à des instruments non-occidentaux, comme la Charte des droits et des peuples, résolution adoptée par les états africains. Quant à l’argument religieux, souvent mis en avant, il est important de rappeler qu’il existe des personnes LGBT croyantes, voire pratiquantes, qui arrivent à concilier leur foi avec leur orientation sexuelle, et que les textes religieux comme les nomes de genres sont toujours sujet à interprétation. Par exemples, de nombreux textes religieux utilisés pour justifier l’homophobie seraient en fait des textes condamnant le viol. 

D’autres sujets ont été abordés durant cette table ronde, comme l’ouverture de la PMA pour toutes et l’invisibilisation des personnes LGBT dans ces débats. Ce qui n’est pas sans rappeler le déchainement de haine homophobe, initié par la Manif Pour Tous, durant les débats sur le mariage pour tous. 

Nous avons aussi évoqué les droits des personnes transgenres, et ce que l’université pouvait faire pour ces étudiants (possibilité de changer de nom sur la carte étudiant comme sur les relevés de note et diplômes, mise à disposition de toilettes neutres…) 

Nous sommes heureux d’avoir pu saisir cette occasion de débattre, informer, déconstruire des préjugés. Rien ne remplace ces rencontres et ces échanges en direct !

Accueillons les réfugiés ! Message reçu à l’Université Paris 13 !

février 27, 2019

Réfugiés 0

Le jeudi 21 février 2019 a vu le lancement de l’exposition “accueillons les réfugiés” au Forum de l’Université Paris 13 Villetaneuse. Cette action s’inscrit dans la campagne mondiale d’Amnesty International « I Welcome », qui vise à obtenir une vraie solidarité entre les États pour mieux protéger et accueillir les réfugiés.

L’exposition permet d’en savoir plus sur ce qu’est un réfugié, quels sont ces droits, à quel risque il s’expose. Elle vise aussi à combattre les préjugés et les idées reçues sur l’accueil des réfugiés, notamment l’idée que l’Europe serait « envahie » par ces derniers : en réalité, la moitié des réfugiés sont des femmes et des enfants, et la grande majorité sont accueillis dans des pays en développement. A travers les différents panneaux, le visiteur pourra découvrir les histoires de personnes forcées fuir leur pays, comme ce fut le cas d’Ada, jeune nigérienne victime de violences sexuelles, et qui a réussi à rejoindre l’Italie en passant par la Libye. Enfin, l’exposition montre qu’un accueil humain des réfugiés et possible en présentant plusieurs cas de villes ayant réussi ce pari.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En plus de présenter l’exposition, l’Antenne Jeunes était aussi présente pour mobiliser les gens autour de cette thématique. Les trois pétitions lancées dans le cadre de la campagne ont rencontré un franc succès auprès des étudiants et personnels de l’université, souvent loin de connaître les conditions véritables dans lesquelles se trouvent les réfugiés :

  • ÉTATS-UNIS : NI ENFERMEMENT, NI SÉPARATION POUR LES DEMANDEURS D’ASILE !

Depuis son élection, le Président Trump tente d’interdire aux personnes ayant traversé irrégulièrement la frontière avec la Mexique de déposer une demande d’asile. Pourtant, le droit international est clair : toute personne qui souhaite demander l’asile a le droit de franchir des frontières, avec ou sans document.

https://www.amnesty.fr/refugies-et-migrants/petitions/stop-detention-demandeurs-dasile

  • HALTE AUX EXPULSIONS VERS L’AFGHANISTAN

Le Défenseur des droits a dénoncé la politique de l’externalisation des frontières de l’Union européenne qui l’amène à transiger avec l’Afghanistan et qui encourage les États à accélérer le retour d’Afghans. Le Défenseur des droits a demandé au gouvernement de suspendre l’application de l’Accord UE/Afghanistan et d’arrêter les mesures d’éloignement des personnes gravement malades dans des pays dont on sait qu’elles ne pourront accéder aux traitements nécessaires à leur survie.

https://www.amnesty.fr/refugies-et-migrants/petitions/halte-aux-expulsions-vers-lafghanistan

  • STOP À LA DÉTENTION ET À LA VENTE DES RÉFUGIÉS ET DES MIGRANTS EN LIBYE

Torture, détention, exploitation et viol sont des horreurs quotidiennes pour de nombreux réfugiés et migrants piégés en Libye. Mais au lieu de mettre fin à ces atteintes, l’Europe aide la Libye à piéger ces personnes dans l’enfer. En entraînant et en équipant les garde-côtes libyens de bateaux pour renvoyer les migrants vers la Libye, les responsables européens sont indiretement complices de ces souffrances épouvantables.

https://www.amnesty.fr/refugies-et-migrants/petitions/stop-a-la-detention-et-vente-des-refugies-et-migrants-en-libye

Les participants n’ont pas hésité à exprimer leur solidarité et leur souhait de contribuer à ce que la France revoit sa politique en faveur des réfugiés. Ainsi, en plus des pétitions, des cartes « Maisons Raisons » ont été mise à disposition des étudiants et personnels  qui pouvaient en quelques mots exprimer leur soutien aux réfugiés et expliquer leurs raisons pour les accueillir. En voici un magnifique exemple :

Réfugiés 8

Au final, nous avons récoltés près de 400 signatures à nos pétitions et plusieurs dizaines de messages de soutien en faveur  de l’accueil des réfugiés.

L’exposition est toujours visible au forum de Villetaneuse jusqu’au 1er Mars.

Yasmine OUKID et Anis Harbi.

Réfugiés 10

Conférence sur les Rohingyas avec « Amnesty à Paris 13 »

décembre 23, 2018

IMG_7823

Après un semestre chargé en événements, l’Antenne-Jeunes de Paris 13 a conclu l’année 2018 par une rencontre avec Morgane Eches, bénévole à Amnesty International France et spécialiste du Myanmar (Birmanie). Nous l’avons invitée sur le campus de Villetaneuse le jeudi 6 Décembre pour débattre avec les étudiants sur le thème « Les Rohingyas : crise humanitaire et violations des droits humains ». Cette minorité ethnique de confession musulmane est en effet persécutée dans un pays à majorité Bouddhiste. Après un pic de couverture médiatique l’année dernière, cette crise humanitaire ne fait plus l’actualité aujourd’hui. Pourtant, la situation des Rohingyas est toujours critique, et nous estimons qu’il est important de continuer à en parler.

L’une des causes historiques du rejet voire la haine dont font l’objet les Rohingyas est qu’ils ont soutenu les anglais à l’époque coloniale et ont obtenu de hauts postes dans l’administration. Peuple apatride depuis 1982 car ils ne font pas partie des ethnies reconnues en Birmanie, et ils vivent sous un régime d’apartheid. Aujourd’hui, ils sont considérés comme l’une des minorités les plus persécutées au monde. Leur persécution s’est intensifiée lorsque des groupes armés radicaux rohingyas ont attaqué des postes de police dans l’état du Rakhine en 2016. La réponse du pouvoir a été disproportionnée : des bataillons de l’armée Birmane ont brûlé les villages des Rohingyas, ont commis des violences terribles et les ont poussés à fuir le pays.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le plus fort de la crise des Rohingyas a eu lieu durant l’été 2017, avec environ deux mille personnes qui ont traversé la frontière avec le Bangladesh chaque jour. Ils sont aujourd’hui plus de 700 000 dans des camps, dont la moitié sont des enfants. N’ayant pas de statut de réfugié, ils vivent dans des conditions très inquiétantes : manque de structures de soins et de soutien médical ou psychologique, accouchements non-encadrés résultants de viols collectifs, phénomène de prostitution de mineures et de trafic humain… L’intervention des ONG humanitaires est très compliquée, surtout à cause du manque de moyens et du fait que beaucoup d’entre elles ne sont pas vues d’un bon œil au Bangladesh.

Il existe des alternatives à cette situation, mais elles montrent toutes des limites. Le Bangladesh a évoqué la possibilité de les héberger sur une île dans le golfe du Bengale, mais les ONG ont contesté ce choix car l’endroit est sujet à des vents de sable et les réfugiés seraient livrés à eux-mêmes, sans eau ni électricité. Le retour en Birmanie reste compliqué puisque les villages des Rohingyas ont été brûlés et parce qu’ils risqueraient d’être confrontés aux mêmes discriminations et persécutions : la campagne de violence contre eux n’est pas terminée, et il y a toujours des mines explosives et des soldats armés aux frontières. Une piste pour en finir avec les discriminations à l’encontre des Rohingyas serait de déclarer la constitution de la Birmanie comme nulle et non-avenue, comme cela a été fait en Afrique du Sud lorsque l’Apartheid y a été aboli. Mais il faut d’abord et avant tout que les militaires au pouvoir en Birmanie, responsables de la crise, soient destitués.

Après l’exposé de Morgane Eches, entrecoupé de vidéos, les étudiants ont eu l’occasion de poser leurs questions sur le sujet. Nous avons pu parler de l’opinion publique en Birmanie, qui est très défavorable à la reconnaissance des droits des Rohingyas, influencée par une campagne de propagande menée par des moines bouddhistes nationalistes et relayée en masse sur les réseaux sociaux. Nous avons aussi évoqué le rôle d’Aung San Suu Kyi et les raisons pour lesquelles elle a tant déçu. (Amnesty International lui a d’ailleurs retiré son prix d' »Ambassadeur de conscience » : https://www.amnesty.fr/conflits-armes-et-populations/actualites/aung-san-suu-kyi )

Le rôle de la communauté internationale a aussi été discuté. L’intervention de l’ONU s’est révélée compliquée car le Myanmar refusait l’entrée à des enquêteurs, mais la France a tout de même joué un rôle clé pour tenter de sortir de la crise et notamment en demandant des enquêtes internationales, une « mission d’établissement des faits ». Malheureusement, les médias n’en parlent qu’à des moments clés (la presse britannique plus que les autres en raison des liens historiques avec le pays), d’où la nécessité pour les ONG de continuer à se mobiliser.

Quant aux célébrités qui sont venues en aide aux réfugiés (La fameuse « Love Army » par exemple), ils n’ont pas souhaité travailler avec des ONG. Leur action, aussi louable soit-elle, a donc été teintée d’un certain amateurisme du fait de leur manque d’expertise en la matière.En conclusion, la solution idéale pour sortir de la crise reste le retour des Rohingyas en Birmanie dès que les conditions seront réunies, le départ des militaires au pouvoir et l’accès à la justice pour les victimes des crimes contre l’humanité commis par les militaires.

Cette rencontre à Paris 13 fut un moment fort d’éveil des consciences chez les étudiants, venus nombreux. Ils étaient manifestement très à l’aise pour poser des questions et les retours par la suite ont été très positifs. L’Antenne-Jeunes est extrêmement reconnaissante à Morgane Eches de s’être rendue disponible pour nous et de nous avoir si bien éclairés !

 

Anis Harbi et Cécile Coudriou

« 10 Jours Pour Signer » édition 2018 avec Amnesty à Paris 13

décembre 22, 2018

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Chaque année, aux alentours du 10 Décembre (Date anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, DUDH), Amnesty International invite le grand public à se mobiliser, à travers l’opération « 10 Jours Pour Signer »,  en faveur de 10 Défenseurs des droits humains persécutés dans leur pays.  L’édition 2018 était spéciale puisque d’une part, elle s’inscrivait dans la célébration des 70 ans de la DUDH et d’autre part, elle était spécifiquement dédiée aux femmes, avec 10 cas de femmes engagées pour les droits humains.

Comme tous les ans, l’Antenne Jeunes de Paris 13 a répondu présente et a organisé cet événement le lundi 3 Décembre au forum de Villetaneuse autour des 6 cas suivants :

– Amal Fathy, accusée de terrorisme après avoir posté une vidéo dénonçant le harcèlement sexuel.

– Vitalina Koval, défenseure des droits LGBT en Ukraine, victime du harcèlement et des violences de l’extrême droite

– Marielle Franco, militante féministe qui luttait pour les quartiers défavorisés et contre les violences policières, assassinée dans des circonstances suspectes

– Atena Daemi, militante contre la peine de mort, condamnée à 7 ans de prisons après seulement 15 minutes de procès

– Nawal Benaissa, figure du mouvement social Hirak dans la vallée du Rif au Maroc, victime de censure et de répression de la part de l’état

– Le Peuple Sengwer au Kenya, violement expulsé de leurs forêts.

Nous avons aussi invité les gens à signer en ligne pour les 4 autres cas : Nonhle Mbuthuma, sud-africaine menacée de mort pour avoir défendu sa terre face aux intérêts d’une compagnie minière ; Gulzar Duishenova, qui se bat pour les personnes handicapées au Kirghizistan ; Géraldine Chacon, persécutée pour son action auprès des jeunes au Venezuela ; et Pavitri Manhji, harcelée parce qu’elle résiste à de grandes entreprises.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour cette édition 2018, nous avons exposé les affiches des 6 cas choisis et nous avons doublé l’opération signatures d’une opération « découvrez leur visage » : les affiches des défenseures étaient au départ entièrement recouvertes de post-it, et après chaque signature de pétition obtenue, le signataire pouvait retirer un post-it. Ainsi les participants découvraient petit à petit les visages de ces femmes, une signature à la fois.

En plus du stand pétitions, nous avons également proposé plusieurs ateliers : les étudiants pouvaient écrire des messages de soutien, réaliser des dessins ou recevoir des « Free Hugs » en soutien à Vitalina Koval devant l’affiche grand format qui la représentait. Certains ont aussi participé au jeu « Qui sont les défenseurs ? » où ils devaient faire le lien entre un pays, l’action d’une défenseure et les conséquences de cette action. Enfin, en soutien à Atena Daemi, condamné à 7 ans de prison en seulement 15 minutes de procès, nous avons filmé des étudiants qui expliquaient ce que eux faisaient en 15 minutes. Les vidéos seront envoyées à Amnesty International qui en fera un montage et l’adressera aux autorités iraniennes afin de montrer l’absurdité du procès.

Bien qu’une grande majorité se soit montrée sensible à notre cause, nous avons rencontré quelques difficultés face à des personnes qui étaient plus réticentes à certaines causes, notamment concernant la question des droits LGBT.  Néanmoins, ce fut un plaisir d’aller à la rencontre des autres étudiants. Nos échanges ont donné lieu à des discussions importantes, et ont permis d’attirer l’attention sur des situations peu connues et peu médiatisées. Les gens ont pu agir à la fois par le biais des pétitions, mais aussi en montrant leur solidarité à travers de beaux messages de soutien qui encourageront ces défenseures dans leur lutte.

Ce fut donc une intense mobilisation, qui a abouti à 1247 signatures. Celles-ci s’ajouteront à des centaines de milliers d’autres récoltées partout dans le monde, et auront un impact direct sur la situation des personnes défendues.

Anis Harbi, Responsable de l’AJ Paris 13

IMG_7784

On a voté l’abolition de la peine de mort avec Amnesty à Paris 13 !

décembre 8, 2018

IMG_7669

 Le jeudi 22 Novembre, Amnesty International à Paris 13 a organisé une projection-débat sur le thème de la peine de mort. Judith Mayer, une collègue de Cécile Coudriou, (la présidente d’Amnesty France) avait accepté d’ouvrir son cours aux membres de l’Antenne-Jeunes et d’autres étudiants intéressés par ce débat. La discussion, animée par les membres de l’AJ, avait pour but de sensibiliser les participants à notre cause et de voir notamment quel impact pouvaient avoir les vidéos réalisées par Amnesty sur ce sujet.

Nous avons commencé notre rencontre par un vote : nous avons demandé aux participants de s’exprimer pour ou contre l’abolition universelle de la peine de mort. Ils pouvaient voter pour en levant un pouce en l’air, contre avec un pouce vers le bas, ou « ne se prononce pas » en levant les deux mains ouvertes. Si une majorité était favorable à l’abolition, certains étaient neutres voire contre.

IMG_7674

Après ce rapide sondage, nous avons diffusé deux publicités d’Amnesty International. L’une d’elles présentait le cas d’Anthony Graves, condamné à mort aux Etats Unis suite à une erreur judiciaire : il raconte lui-même la torture qu’a représenté le fait d’être dans le couloir de la mort. L’autre, réalisée par Amnesty International UK, exposait avec humour et surtout ironie la pratique barbare de la lapidation en Iran.

IMG_7678

Le débat a ensuite été lancé avec la question suivante : la peine de mort peut-elle être considérée juste et humaine ? Les premières réactions soulignaient le fait qu’on ne pouvait pas donner le pouvoir de vie ou de mort à l’État. Si tout le monde était d’accord pour dire que les cas d’erreurs judiciaires étaient terribles et menaient à la mort d’innocents, certaines personnes estimaient tout de même que la peine de mort était justifiée dans certains cas de crimes graves et avérés, dans l’optique de protéger la société et d’apporter réparation à la famille de la victime. Cela a donné lieu à une discussion plus large sur les possibilités de réhabilitation des criminels : comment peut-on savoir qu’un condamné ne peut pas être réhabilité ? Comment peut-on prédire qu’il va récidiver ? De plus, si rien ne prouve que la peine de mort apporte réparation à la famille de la victime, ne crée-t-elle pas encore plus de deuil pour l’entourage du condamné ?

IMG_7679

Quant à la question du caractère dissuasif de la peine de mort, il est légitime de se demander si l’ordre est mieux maintenu dans les pays qui pratiquent la peine de mort. Comme cela a été dit dans le débat, cette idée est liée aux lois et à la culture de chaque pays (par exemple, on considère en Iran que lapider un infidèle contribue à maintenir un certain ordre moral). Néanmoins, on peut comparer la criminalité en France (pays qui a aboli la peine de mort en 1982) et aux États-Unis (qui pratiquent encore la peine de mort) et se demander s’il y a réellement une différence. En l’occurrence, toutes les statistiques prouvent que la pratique de ce châtiment n’a aucune incidence sur la criminalité.

En conclusion, l’hypothèse a été faite que la peine de mort vient en réponse à une incapacité de la société à répondre aux problématiques liées à la violence et la criminalité (places de prisons, programmes de réinsertion…). Une réforme du système judiciaire permettrait alors de mieux penser les alternatives à la peine de mort et de répondre au crime de manière plus humaine.

IMG_7681

Après ces échanges, nous avons repris la projection avec la vidéo « Comprendre la peine de mort » d’Amnesty International France en collaboration avec le vidéaste Nota Bene. Cette vidéo de neuf minutes expose de manière claire la plupart des arguments d’Amnesty : il s’agit d’une méthode barbare, d’un meurtre prémédité, inefficace pour prévenir le crime, qui étend la souffrance à la famille de l’accusé et qui tue des innocents.

Nous avons ensuite pris un moment pour demander aux participants ce qu’ils ont pensé des vidéos, lesquelles étaient selon eux les plus pertinentes, les plus susceptibles de convaincre. Il s’avère que la vidéo sur la lapidation a beaucoup plu. Le fait de parler d’un sujet aussi grave avec humour produit une dissonance qui peut choquer, mais qui bouscule les consciences et fait réfléchir. La vidéo d’Anthony Graves a quant à elle suscité plus d’émotions : de la tristesse, de la compassion. Elle souligne l’importance d’avoir une seconde chance, et nous pousse à nous demander : ne vaut-il pas mieux qu’un criminel puisse s’échapper plutôt qu’un innocent soit condamné ? La vidéo de Nota Bene est venue compléter les deux autres en apportant des informations nécessaires pour bien appréhender les arguments. Et les participants ont apprécié de pouvoir réfléchir par eux-mêmes et débattre avant de la visionner. Il s’avère donc que la sélection de vidéos mais aussi l’ordre des projections a permis d’aborder de manière équilibrée les arguments factuels contre la peine de mort et des aspects plus émotionnels. Un équilibre nécessaire pour arriver à toucher les gens et les convaincre.

Car si nous voulions créer un débat, nous espérions aussi pouvoir convaincre les gens, leur faire comprendre notre vision. A la fin, nous avons demandé aux participants de voter à nouveau pour ou contre l’abolition de la peine de mort. Et comme on peut le voir sur les photos, nous sommes cette fois-ci arrivés à une décision quasi-unanime puisque personne n’a voté contre.

IMG_7682

Une opération réussie pour l’Antenne-jeunes de Paris 13. La lutte continue, notamment à travers la compagne 10 jours pour signer, où on se mobilise du 1er au 10 Décembre pour 10 défenseures des droits l’Homme. Nous vous donnons également rendez-vous le 6 Décembre, de 13h à 14h en C102, pour une rencontre avec Morgane Eches, spécialiste à Amnesty France de la Birmanie et la question des Rohingyas.

 

Anis HARBI

Je ne suis pas homophobe mais…

novembre 22, 2018

AfficheLGBTPhobie

Le 8 novembre, Amnesty International menait sa première action de l’année 2018/2019 à l’Université Paris 13. Sur le forum du campus de Villetaneuse, les membres de l’antenne jeunes, vêtus aux couleurs d’Amnesty, se sont retrouvés afin de sensibiliser les étudiants aux discriminations contres les personnes LGBTI.(Lesbienne, Gay, Bi, Trans ou Intersexe)

Cette première action est l’aboutissement de deux semaines de préparations. Nous nous sommes inspirés de la dernière campagne de l’antenne jeunes contre l’homophobie, en reprenant les ateliers composés de quizz et de « débats mouvants ». Cependant, nous avons décidé d’étendre le champ de l’action aux LGBT-phobies de manière générale, en incluant les questions de transphobie, de procréation pour les couples de même sexe, et des personnes intersexes. D’autant plus que le 8 Novembre, date à laquelle a eu lieu notre action, est aussi la date de la journée international de solidarité intersexe.

Nous avions donc plusieurs modes d’actions à notre disposition pour aborder ces sujets :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

D’abord le quizz, à base de questions sur l’homophobie en France et dans le monde, sur l’accès à la PMA pour les couples de femmes, et sur les droits des personnes intersexes. Pour cette troisième partie, nous avions élaboré nos questions en nous basant principalement sur le dépliant informatif fourni par Amnesty, et que nous avons distribué en grand nombre sur le forum. Ce document explique de manière claire et dynamique la situation de ses personnes présentant des caractéristiques échappant à la binarité du masculin et du féminin, et qui sont sujettes dès leur naissance à des opérations chirurgicales intrusives, non-consenti et dangereuses pour leur santé.

Ensuite, il y avait les « débats mouvants » : dans le premier, on énonce une situation d’homophobie ou de transphobie, et on demande aux participants d’imaginer leur réaction : en se positionnant du côté gauche pour « Je fais quelque chose » ou à droite pour « Je ne fais rien », plus ou moins loin selon le degré de certitude. Il est ensuite demandé aux participants d’expliquer leur choix. Une fois le débat lancé et les arguments partagés, les étudiants ont la possibilité de se repositionner s’ils ont changé d’avis. Le second jeu vise à explorer des situations plus personnelles et à questionner les différents malaises et biais que chacun peut avoir. On leur demande alors de se placer sur une ligne imaginaire dont une extrémité signifie « Pas de problème » et une autre « Fort sentiment d’inconfort », et ce face à des situations comme : « Un membre de votre famille vous annonce son mariage avec une personne de même sexe », « un membre de votre famille vous annonce vouloir changer de sexe ». Encore une fois, les étudiants sont invités à expliquer leur positionnement, puis ont la possibilité de se déplacer sur la ligne en cas de changement.

Enfin, nous avons participé à l’action urgente d’Amnesty International au Guatemala. Le parlement Guatémaltèque s’apprête à voter une loi discriminatoire envers les femmes et les personnes LGBTI. Cette loi, dite «pour la protection de la vie et de la famille », criminalise l’avortement et les fausses-couches, interdit explicitement le mariage de personnes de même sexe et interdit aux écoles de « traiter de la diversité sexuelle et de l’idéologie du genre ». Nous avons donc écrit une lettre au président du parlement, ainsi qu’au député à l’origine de cette loi, les appelant à la rejeter et à protéger les femmes et les personnes LGBTI. Nous sommes allés à la rencontre des étudiants pour leur parler de cette situation et les inviter à signer notre lettre.

La rencontre avec les étudiants s’est révélée très intéressante pour nous. Certains étaient très informés et déjà touchés par ces problématiques, ils étaient donc d’autant plus motivés à signer les lettres adressées aux parlementaires du Guatemala. Si beaucoup sont sensibles au sujet, d’autres ne sont au contraire pas favorables aux droits des LGBTI, ou préféraient ne pas se positionner sur ces questions. Cela atteste d’autant plus le besoin de continuer aujourd’hui à faire de la sensibilisation autour de ce sujet.

Parmi les personnes que nous avons interpellées, il y en a qui avaient déjà entendu les termes ‘LGBTI’ et ‘intersexe’ mais ne connaissaient pas nécessairement leur signification. D’autres étaient interpellés par le « I » de « LGBTI » et ignoraient ce que ça signifiait. Nous avons donc pu discuter avec beaucoup de monde et les informer sur les droits LGBTI mais aussi les sensibiliser sur les problématiques intersexes aujourd’hui très mal connues.

Les ateliers ont également donné lieu à des discussions intéressantes. Nous avons été agréablement surpris que le quizz ne se soit pas résumé à un simple échange de questions et de réponses, mais ait ouvert sur des débats où les étudiants ont pu donner leur avis sur l’homophobie ou encore l’accès à la PMA. Les jeux ont quant à eux été l’occasion de s’interroger sur des cas de figures réels. Face à des situations d’homophobie et de transphobies, nous avons remarqué que beaucoup d’étudiants envisageaient les réactions possibles en termes d’altercations et de confrontations physiques. Ça a donc été aussi l’occasion de parler des manières sûres et non-violentes dont chacun dispose pour agir contre les violences et discriminations LGBT-phobes.

Si la plupart des étudiants se sont montrés attentifs, ouverts à la discussion et intéressés par notre action, nous avons tout de même rencontré quelques difficultés à les mobiliser assez longtemps pour participer aux ateliers, principalement en raison d’un manque de temps. Néanmoins, cette première action a tout de même abouti à une sensibilisation nécessaire, à des débats importants, et à plus de 150 signatures de notre lettre.

Fiers de ce succès, nous continuons nos actions au sein de l’université. Notre prochain évènement est d’ailleurs prévu Jeudi 22 novembre de midi à 13h en C101. Il s’agira d’une projection-débat autour de la peine de mort. Tous les étudiants de Paris 13 sont les bienvenus.

L’Antenne-Jeunes de l’Université Paris 13

Nouveaux projets pour Amnesty à Paris 13

octobre 21, 2018

IMG_7478 2

 

Jeudi 11 et 18 Octobre à 13h ont eu lieu les deux premières réunions d’Amnesty International à Paris 13. Réunions prometteuses puisque nous étions environ une quinzaine à nous y retrouver. Comme souvent, la plupart des personnes étaient issues du Master ONG, mais il y avait également des étudiants en communication, en informatique, en psychologie…

La première réunion a été l’occasion pour chacun de partager les thématiques qui lui tenait à cœur et de les mettre en lien avec l’action d’Amnesty International. La cause des migrants a été abordée en premier, plus précisément les conditions d’accueil des migrants en France et la situation de l’Aquarius. En lien avec cette première thématique, nous avons évoqué la question de l’esclavage en Libye, ce qui en a amené d’autres à parler de l’esclavage encore présent en Mauritanie, même si dans ce cas ce n’est pas lié à la question des migrants et réfugiés. Puis, nous avons aussi parlé des prisonniers d’opinion, les défenseurs des droits humains qui sont victimes de persécutions (par exemple en Égypte mais aussi en Chine) même lorsqu’ils ou elles militent pacifiquement. D’autres ont souhaité que nous évoquions la situation des Rohingyas, dans l’idée d’aller au-delà de ce qui a déjà été dit dans les médias, et d’attirer l’attention du public sur ce qu’il ne voit pas forcément.

D’autres thèmes, déjà présents l’année dernière ont de nouveau trouvé leur place dans la liste de projets possibles : LGBT-phobies, responsabilité des entreprises en matière de droits humains (REDH), sans oublier que le mois d’octobre est aussi un bon moment pour parler de la peine de mort : le 10 Octobre est la journée mondiale contre la peine de mort. Et à l’occasion, un livre audio du roman de Victor Hugo, « Le Dernier jour d’un condamné», vient de sortir. Cet outil pourrait être particulièrement intéressant pour sensibiliser le public et créer une discussion autour de ce sujet.

D’autres pistes, parfois compliquées, ont été explorées : l’idée d’un débat sur le conflit israélo-palestinien et sur la ligne entre critique d’Israël et antisémitisme, a été évoquée. Ce sujet est évidemment très sensible et peut entrainer des dérives non souhaitées. Il a été aussi question du Sahara occidental. Si la position d’Amnesty est claire concernant la répression et la violation de leurs droits fondamentaux d’opposants politiques demandant l’indépendance, l’organisation reste impartiale, comme pour tous les autres conflits et ne prend donc pas position en faveur de l’indépendance.

Nous avons aussi pris le temps de discuter de nos modes d’actions : stands-pétitions, expos photo, projections de films, jeux, débats, rencontres avec des témoins… Nous avons aussi réfléchi à divers supports permettant d’attirer l’attention du plus grand nombre sur nos campagnes : sur les nappes et les plateaux au resto U, là où tout le monde déjeune, ou encore sur les ordinateurs de la bibliothèque, que les étudiants pourraient utiliser directement pour les campagnes en lignes.

Cette première réunion nous a donc permis de faire une sorte de brainstorming sur tout ce que nous pourrions faire. Et dès la suivante, nous avons commencé à faire des choix dans cette liste, afin d’établir un premier programme d’action jusqu’à Noël :

  • LGBT-phobies, sujet particulièrement d’actualité en France en ce moment !
  • Rencontre débat sur la Birmanie et les Rohingyas en présence de la responsable sur ce sujet à Amnesty France
  • Ciné-débat ou audio Livre sur la Peine de Mort
  • Les 10 jours pour Signer, opération de solidarité avec les femmes défenseures des droits humains qui sont menacées.

Déjà un beau programme en perspective !

N’hésitez surtout pas à nous rejoindre, nos rencontres restent ouvertes à tous, tous les jeudis de 13h à 14h en G102.

Anis Harbi, responsable de l’Antenne-Jeunes de Paris 13

DSC_4294

« Les Midis de la Rentrée » pour Amnesty à Paris 13

octobre 10, 2018

Photo AJP13PhotoAJP13Bis

Comme tous les ans, les « Midis de la Rentrée », grand forum des associations organisé  début octobre sur le campus de l’Université Paris 13, a permis de redonner une visibilité à l’Antenne Jeunes (AJ) d’Amnesty International et de recruter de nouveaux membres.

Anis Harbi, déjà membre actif de cette AJ l’an dernier et étudiant en Psychologie, avait accepté de tenir le stand à mes côtés, pour accueillir et informer les personnes passant au Forum. Et une autre étudiante, Élisa m’avait déjà écrit un mail pour proposer de nous rejoindre.

Comme chaque année, le contact a été facile, bien des personnes présentes à ce forum se montrant curieuses et intéressées par l’association. Le plus souvent, le nom Amnesty International est déjà connu, et associé à la cause des droits de l’homme ou droits humains comme nous préférons le dire. Mais l’enjeu est surtout de parvenir très vite à donner une idée plus précise de ce que nous proposons de faire dans ce cadre, sur place sur le campus même. Même si nous savons aussi que parfois, un premier jalon est posé sur le chemin de l’engagement sans que cela se traduise immédiatement par un parcours au sein de notre Antenne-Jeunes, nous faisons le maximum pour que ce premier contact soit positif.

Anis s’est révélé un excellent ambassadeur et nous avons recueilli une bonne vingtaine de contacts. La bonne nouvelle, c’est aussi qu’il a accepté d’être le nouveau responsable officiel de l’Antenne Jeunes de Paris 13 Villetaneuse. Il prend donc la suite de Léa Antoni, qui, après plusieurs années d’engagement très actif à Paris 13, a quitté l’université et travaille aujourd’hui au Haut Commissariat pour les Réfugiés.

Durant ces « Midis de la Rentrée », rendez-vous est pris pour le jeudi suivant, entre 13h et 14h en G 102 (UFR Communication). L’objectif est de « battre le fer tant qu’il est chaud » car nous savons tous que la meilleure des volontés de s’engager peut se heurter ensuite au tourbillon de la vie universitaire. Il est donc important de rapidement inviter les nouvelles recrues à choisir ensemble nos projets d’action en faveur des droits humains. N’oublions pas que nous avons un avantage certain à Paris 13 : chaque année, nos rangs sont immédiatement grossis grâce à la participation d’une bonne partie de la promotion du Master ONG et Coopération internationale.

À très bientôt pour de nouvelles aventures donc !

Cécile Coudriou (présidente d’Amnesty International France et enseignante à l’UFR Sciences de l’Information et la Communication)

L’homophobie, si on parlait avec Amnesty à Paris 13 ?

février 19, 2018

Affiche Homophobie

L’antenne Jeunes d’Amnesty à Paris 13 s’est une nouvelle fois mobilisée à l’Université de Villetaneuse pour une action de sensibilisation. Cette fois-ci, ce sont les conséquences parfois dramatiques de l’homophobie que nous avons voulu mettre en avant.

Ainsi, le jeudi 2 février, les membres de l’antenne-jeunes ont mis en place plusieurs outils de communication et de sensibilisation sur le forum. En effet, nous avons habillé une partie du forum aux couleurs arc-en-ciel notamment avec une exposition d’Amnesty International illustrant les droits essentiels dont nombre de personnes sont encore privées. Par exemple, chacun a droit « à sa dignité et au libre développement de sa personnalité » (Article 22 DUDH), et « tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi » (Article 7). L’exposition rappelait également des cas de discrimination dans le monde en raison de l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

Nous avons également cherché à interpeller de manière ludique les étudiants de Paris 13 au moyen d’un quizz : des questions telles que « dans quels pays l’homosexualité est-elle passible de la peine de mort ? » ou « dans quel pays existe-t-il une loi contre la propagande homosexuelle ? »ont été posées aux étudiants passant par le forum. Pour information, les réponses à la 1ère question sont : Iran, Mauritanie, Arabie Saoudite, Soudan, Yémen et  Émirats Arabes Unis ; et la réponse à la seconde est la Russie. De nombreux étudiants se sont pris au jeu et sont restés un bon moment avec nous afin d’échanger et débattre sur les réponses à ces questions parfois surprenantes. Il est vrai que l’on ne se rend pas toujours compte des difficultés, voire des dangers, auxquels est confrontée une personne homosexuelle ou trans dans certains pays.

Afin de se rendre un peu plus compte encore des préjugés et discriminations dans la vie quotidienne, nous proposions un atelier participatif où l’on demandait aux participants d’imaginer être témoin d’une scène homophobe et de nous expliquer comment il réagirait face à une telle situation. Le but de cette action était avant tout d’instaurer un dialogue, même si nos idées divergeaient parfois sur la question, et de pouvoir débattre et échanger avec un public qui n’est pas forcément acquis à la cause.

« Alors que vous êtes invité à une soirée jeux chez des amis, une des personnes présentes (que vous connaissez peu) fait une blague homophobe. Elle fait bien rire ses deux amis qui l’écoutent : Vous réagissez ou vous ne faites rien ? »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin, nous avons participé à un « jeu de positionnement » : le but était de répondre à la question : « Si un membre de ma famille annonce son mariage avec quelqu’un du même sexe, comment j’imagine mon degré d’acceptation ou d’inconfort ? ». Nous devions répondre en nous positionnant sur une ligne imaginaire dont une extrémité signifiait « Pas de problème » et l’autre « fort sentiment d’inconfort » et ensuite expliquer aux autres ce positionnement. Cela a permis selon nous une certaine introspection qui est toujours nécessaire lorsqu’il est question d’homophobie car en effet, nous avons tous des préjugés sans même nous en rendre compte parfois. Le plus important est donc d’en prendre conscience et d’essayer de remettre en cause ses représentations et ses a priori.

Au-delà de notre action de sensibilisation qui a vraiment été pour les membres de l’antenne-jeune une expérience riche et très instructive sur la manière dont les jeunes peuvent percevoir les questions liées à l’homophobie, nous proposions bien sûr un moyen d’agir : nous avons fait signer 2 pétitions, l’une concernant l’impunité au Bangladesh suite au meurtre d’un militant homosexuel, l’autre sur le combat d’une personne finlandaise contre les obstacles au changement d’identité de genre. Vous pouvez aussi les signer en ligne ci-dessous :

Nous espérons avoir interpellé et fait bouger des lignes. Ceci dit, le simple fait d’avoir réussi à engager un dialogue sur cette thématique, ce qui est loin d’être facile avec certains étudiants, a été une belle réussite pour nous. C’est une action dont nous nous souviendrons !

Léa Antoni.