WEAJ ! Un week-end pas comme les autres pour les jeunes d’Amnesty International France

IMG_7351Quel week-end ! Si riche en émotions, échanges et rencontres ! Difficile de faire partager ce moment si spécial à Amnesty International France qu’est le Week-end des Antennes-jeunes, alias WEAJ, et pourtant je vais essayer de vous en faire le récit, comme si vous y étiez…

Tout d’abord, qu’est-ce que le WEAJ ?

Tous les ans, Amnesty International France réunit le temps d’un week-end des jeunes militants de toutes les régions de France au Secrétariat National à Paris. Cette année, record de participation battu ! Plus de 150 jeunes étaient réunis pour partager leurs expériences militantes, leurs idées, leurs indignations et leurs motivations pour débuter une nouvelle année de lutte pour le respect des droits humains à travers le monde.

Samedi matin, après une petite mise en forme, découverte de la « Planète Amnesty » :

Après avoir pris des forces avec un bon petit déjeuner, le WEAJ peut commencer. Première activité, histoire de briser la glace entre les nombreux participants, le « jeu du journal » : Rien de tel comme première approche que de la danse et des acrobaties pour tenir en équilibre sur un journal plié lorsque cesse la musique !

IMG_7274

Redevenons un peu sérieux pour la première présentation « Amnesty, comment ça marche ? », par Cécile Coudriou, ancienne Vice-Présidente d’Amnesty International France. Avant d’en arriver au principes fondamentaux et au fonctionnement du mouvement, en France et à l’international, celle-ci a rappelé l’événement fondateur du mouvement : Peter Benenson, avocat britannique, ouvre le journal et lit que deux jeunes étudiants, durant la dictature de Salazar au Portugal, ont été condamnés à 7 ans de prison pour avoir porté un toast à la liberté dans un bar. Ce qui a poussé Peter Bensenson à agir, c’est ce même sentiment qui anime tous ceux qui ont rejoint ce mouvement depuis : celui d’être citoyen du monde, une solidarité internationale qui nous empêche de rester indifférents aux injustices, qu’elles se produisent sous nos yeux ou très loin de nous.

En effet, l’une des particularités d’Amnesty c’est que ce mouvement ne repose pas seulement sur ses chercheurs et experts du droit international, mais également sur ses militants de terrain présents dans le monde entier. C’est ce qu’on appelle l’ »effet Benenson », où chaque action militante additionnée à une autre action et encore une autre, peut finalement changer la donne. Chaque individu a son importance et son rôle à jouer dans le mouvement pour la défense des droits humains, et c’est pourquoi le mouvement leur laisse également la parole au sein d’instances démocratiques.

IMG_7277

Dans l’atelier qui a suivi cette présentation était animé par les Représentants des Antennes-jeunes (RAJ) : outre des mises en situations telles que « comment convaincre de signer une pétition », nous avons creusé cette question de la démocratie au sein d’Amnesty. nous avons vu qu’il était possible d’approfondir davantage son engagement, d’aller encore plus loin, en représentant les jeunes d’Amnesty France lors du Conseil National d’Amnesty par exemple. J’ai d’ailleurs présenté ma candidature pour être RAJ puisque des élections avaient lieu le lendemain. Je suis très heureuse d’avoir été élue avec 6 autres de mes camarades pour porter la voix des jeunes d’Amnesty. Nous avons la chance d’être dans un mouvement qui donne la parole à ses jeunes militants et c’est le rôle du RAJ de faire remonter les informations de terrain des Antennes-jeunes jouer son rôle au sein du Conseil National  lors des différentes rencontres.

Samedi après-midi : Découverte de 2 campagnes prioritaires – « SOS Europe » et « France, destination impunité » – échanges et action de terrain

IMG_7289Après déjeuner, Louise Carr salariée au Siège sur le programme « Personnes déracinées », nous a présenté la campagne que les jeunes relaieront pour le « Printemps des Droits Humains », l’un des temps fort d’Amnesty France : elle portera cette année sur les réfugiés et les migrants. Après un bref rappel sur ce qu’était un réfugié, les différences avec les migrants, nous avons fait un brainstorming en petit groupe pour partager nos idées d’actions pour la campagne. Ce fut très enrichissant et super motivant pour la suite, on en ressort avec des idées plein la tête !

IMG_7290

Ensuite, 2 avocats membres d’Amnesty, Simon Foreman et Ophélie Marrel, nous ont présenté la campagne de rentrée qui s’intitule « France, destination impunité » et a pour objectif que faire cesser l’impunité dont jouissent les auteurs des crimes les plus graves : crimes de guerre, crime contre l’humanité, génocide. Pour cela , il faudrait faire sauter les quatre « verrous » qui bloquent le mécanisme de « compétence universelle », et notamment demander que soit inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale le projet de loi Sueur, qui proposait déjà d’en supprimer trois.

IMG_7320

A partir de cette campagne, Cécile Coudriou nous a montré toute l’importance de militer en ligne en utilisant à bon escient les différents réseaux sociaux que l’on à sa disposition, comme Facebook que l’on va utiliser pour publier la vidéo de cette campagne et relayer nos événements ; Twitter, pour interpeller les cibles visées par les campagnes, comme Manuel Valls par exemple pour la campagne « lutte contre l’impunité », mais aussi SnapChat pour partager nos « stories » avec nos amis et ainsi élargir le public touché.

WEAJ

WEAJ2Après ce point sur l’action en ligne arrive le temps du terrain et le moment fort du WEAJ : L’action de rue ! Cette année, on profite du fait que l’on soit très nombreux pour nous envoyer en mission dans tout Paris, en petit groupe pour récolter un maximum de signatures, distribuer des sous-bocks dans les bars, coller des affiches et prendre des photos. Nous sommes revenus épuisés et à la fois frustrés car on aurait voulu faire plus, mais aussi satisfaits du travail accompli.

Pour le dîner, tous les participants avaient apporté une spécialité de leurs régions. Inutile de vous dire que l’on s’est régalé !

La dernière présentation de la journée a été faite par Valentin Pichon et Laura d’Agnilo Baroni sur le Summer Camp d’Amnesty International au Maroc. On a réalisé grâce au compte rendu de cette expérience que nous sommes chanceux de vivre dans un pays où militer ne met pas sa vie en danger. Cela renforce encore plus ce sentiment de fraternité qui unit tous les amnestiens du monde.

Pour finir cette journée en douceur, nous avons eu le droit à un super concert !

Le dimanche, le programme n’est pas moins chargé… et l’Afrique est à l’honneur, sans oublier l’Education aux Droits Humains !

IMG_7323Une nouvelle journée commence au siège d’Amnesty avec les interventions de Hawa Diallo d’Amnesty Mali et Dieudonné Traoré d’Amnesty Burkina Faso. C’était vraiment très intéressant de voir comment on milite pour les droits humains dans les autre pays, comment les jeunes s’organisent avec très peu de moyens et comment ils abordent des problématiques encore taboues comme la sexualité avec la campagne « Mon corps, mes droits » par exemple.

IMG_7329

Pour la suite, nous avons eu un atelier sur l’Education aux droits humains avec Caroline Bonnot et Hannah Lynn, bénévoles au siège de la commission EDH. Différents groupes ont travaillé sur différents thèmes comme la peine de mort, les migrants, la liberté d’expression etc. Ils ont réfléchi sur la manière dont ils pouvaient transmettre de manière efficace des valeurs des Droits Humains à un jeune public. Des idées de jeux, de débats, d’activités interactives en sont ressorties …

IMG_7345

Place ensuite à la campagne phare d’Amnesty « 10 Jours pour signer » présenté par Esla Tremel, Elsa Chauveau-Pegaz et Rémi Farge. Cette campagne mondiale d’Amnesty International met en avant 10 situations de violations des droits humains à travers le monde et invite les militants à agir et à faire agir le plus de monde possible pendant ces 10 jours. Pour l’édition 2015, on nous a présenté l’idée des « centres d’action » où l’on ne ferait pas que signer des pétitions pour faire avancer les 10 situations, mais également écrire des lettres, ou envoyer des cartes postales, ou encore faire des dessins pour un prisonnier.

IMG_7367Après déjeuner, nous avons eu la chance de pouvoir entendre le témoignage de Micheline, qui vient de la République Démocratique du Congo et dont deux de ses amis ont été emprisonnés pour avoir manifesté pacifiquement pour le respect des droits humains dans leurs pays. Amnesty International dans la campagne « 10 jours pour signer » demande la libération immédiate de Fred et Yves qui sont des prisonniers d’opinion. C’est vraiment impressionnant de voir cette jeune femme pleine d’énergie malgré ce qui arrive à ses deux amis. Elle a toujours espoir et elle nous affirme que c’est grâce à nous, militants d’Amnesty, grâce au soutien international qu’elle arrive à continuer, car elle sait qu’elle n’est pas seule dans ce combat et que nous sommes derrière elle. Encore plus impressionnant, c’est l’amour de l’être humain qu’elle ressent malgré les injustices dont elle est victime. Elle ne ressent ni haine ni envie de prendre les armes. Elle sait que ce serait s’abaisser au niveau de ceux qu’elle combat. Cette femme est un exemple pour nous tous. J’ai été très émue, comme la plupart d’entre nous, par son témoignage poignant qui n’est autre qu’un hymne à l’amour et à la justice.

Nous avons fait une photo de groupe pour témoigner notre soutien à Fred et Yves qui, nous l’espérons, sortiront bientôt de prison.

IMG_7372

Ensuite nous avons entendu le retour d’expérience du Summer Camp en Roumanie qui portait sur la thématique des discriminations dont sont victimes les Roms en Europe de l’Est tout comme en France. Un appel à la lutte contre les préjugés et parfois le racisme d‘Etat.

IMG_7383Derniers moments, le discours de la présidente et la proclamation des résultats des élections.

Et voilà, le WEAJ touche à sa fin, avec la proclamation des résultats des élections des Repérsentants des Antennes-Jeunes, mais avant cela, la Présidente d’Amnesty International France Geneviève Garrigos nous a fait un discours de clôture et nous a parlé de l’importance de notre mission, de la nécessité de défendre les droits humains, même si parfois notre volonté est mise à dure épreuve. Nous avons évoqué les situations de violations de droits humains liées à la guerre que mènent certains Etats contre le terrorisme et en particulier Daesh. La loi sur le renseignement est un exemple de cette dérive sécuritaire, qui met à mal la liberté et nos droits. C’est très inquiétant et c’est pourquoi les militants et d’autant plus les jeunes qui sont l’avenir de ce mouvement doivent continuer de se battre pour que nos droits élémentaires soient respectés.

C’est la deuxième fois que je participe au WEAJ et je peux vous assurer qu’on ne s’en lasse pas ! C’est toujours aussi intense et stimulant de rencontrer toutes ces personnes qui partagent le même combat. On se sent beaucoup plus fort car on sait que l’on n’est pas seul et qu’ensemble on peut faire une différence. Je rentre de ce week-end hyper motivée pour la suite, et avec une grande fierté de faire partie de ce mouvement. J’ai hâte, avec l’Antenne-Jeunes de l’université Paris 13, de reprendre nos activités et d’organiser de nouvelles actions sur le campus pour défendre les droits humains auprès des étudiants.

Léa Antoni

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :