Amnesty International au Festival d’Avignon

feat-le-festival-d-avignon-2014-devoile-son-pLe Festival d’Avignon a toujours été, en complément d’une programmation théâtrale extrêmement riche et inventive, un lieu de débats et de confrontation d’idées en tout genre. Pour cette 68ème édition, le nouveau directeur Olivier Py a montré son attachement à cette idée, en lançant une initiative très stimulante, « Les Ateliers de la pensée ». Il s’agit d’un rendez-vous quotidien avec le public pour une série de tables-rondes, pas uniquement sur le théâtre et l’art mais sur des thèmes très divers.

Amnesty International, représentée par sa vice-présidente (sortante) Cécile Coudriou, a pu participer  à l’un de ces débats le 8 juillet sur le thème : « le devoir moral de désobéissance existe ». Animée par le journaliste Xavier de la Porte, de France Culture, cette table ronde réunissait deux autres participants : Florence Hartmann, auteur d’un récent ouvrage « Lanceurs d’alerte, les mauvaises consciences de nos démocraties » (édition Don Quichotte) et l’avocat William Bourdon, qui a publié un « Petit Manuel de désobéissance Citoyenne » (Lattès).

Le débat s’est tout naturellement focalisé rapidement sur l’une des formes les plus récentes et les plus médiatisées de la désobéissance, les lanceurs d’alerte, en particulier le cas d’Edward Snowden et avant lui celui du soldat Manning avec Wikileaks. Cela a donc été l’occasion d’expliquer la position d’Amnesty International sur cette question et notre action en faveur des lanceurs d’alerte. Mais c’était aussi une formidable opportunité pour parler à ce large public de notre soutien – depuis plus de 50 ans maintenant – aux premiers « désobéisseurs », les prisonniers d’opinion et les défenseurs des droits humains et d’expliquer notre défense la désobéissance, selon sa motivation, les moyens utilisés et ses conséquences.

Amnesty International est certes un mouvement légaliste, basé sur l’exigence de respect de la Déclaration Universelle des droits de l’homme et du droit international, ses modes d’action s’inscrivent dans le cadre de la loi, et n’inclut pas de recours à la violence ni de discours la prônant. Pourtant, c’est bien le devoir moral de désobéissance qui fonde ce mouvement, dès lors qu’il est motivé par l’urgence de dénoncer et d’essayer de faire cesser les violations des droits humains. Que ce soit dans les régimes les plus répressifs ou dans les régimes démocratiques comme aux USA ou au Royaume-Uni, ce ne sont finalement pas ceux que l’on croit qui désobéissent, si l’on place au-dessus de tout le devoir d' »obéir » ou en tous cas de respecter les principes énoncés dans la Déclaration des droits de l’homme. Si vous souhaitez aller plus loin, cliquez ci-dessous sur le lien vers la vidéo de cette table-ronde.

http://www.theatre-video.net/video/Ateliers-de-la-pensee-Le-devoir-moral-de-desobeissance-existe-68e-Festival-d-Avignon

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

2 Réponses to “Amnesty International au Festival d’Avignon”

  1. C.Laurent Says:

    Dommage que le lienvidéo ne fonctionne pas..
    Amicalement

  2. amnestyparis13 Says:

    Le lien a été modifié et à présent il fonctionne, merci Corinne de m’avoir prévenue !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :