Campagne « Exigeons la Dignité » à Paris 13 :

Le projet : Depuis la fin de l’année dernière il était prévu que l’action à Paris 13 pour le Printemps des Droits Humains 2011 (PDH pour les intimes…) soit consacrée à l’organisation d’un double événement autour de la campagne « Exigeons la Dignité » : d’une part, dans le cadre d’un nouveau cycle de conférences ouvertes proposé par le Service Formation d’Amnesty France,  l’Antenne-jeunes de Paris 13  s’était portée volontaire pour participer à cette action de sensibilisation du grand public : une conférence-débat serait donc animée par le responsable de la campagne « Dignité », Yves Prigent, le jeudi 24 mars entre midi et deux, dans un amphi du campus.

D’autre part une exposition de photographies intitulée « Dignité » voyageait depuis déjà plusieurs mois à travers la France, version itinérante du magnifique projet du collectif « l’Oeil Public ». Les cinq photographes de ce collectif ont accepté de partir en reportage pour Amnesty chacun dans une région différente du monde. L’objectif était de témoigner de la façon dont les violations des droits humains aggravent et perpétuent la pauvreté, mais aussi de donner un visage à tous ceux qui ne demandent que le respect auquel tout être humain a droit. Cette expo ne pouvait pas ne pas faire étape à Paris 13, et le café-expo fut donc réservé pour la période du 21 au 30 mars.

Les préparatifs :

Dès le 15 mars, l’Antenne-Jeunes de Paris 13 lance une campagne de com’ pour assurer une visibilité maximale à notre double événement. Les murs de Paris 13 se couvrent de notre affiche, des distributions de tracts sont organisées à divers endroits stratégiques du campus. Pour compléter ces outils papier, un affichage numérique sur l’écran du forum, le message avec visuel sur les sites internet et intranet de l’université, et enfin un message d’invitation envoyé par mail à l’ensemble des étudiants et des personnels.

Négociations ! Malgré toute cette campagne de com’ et sa gamme d’outils, il ne s’agissait pas de pêcher par excès d’optimisme pour autant ! On connaît tous la difficulté d’attirer un public à une conférence à l’heure du déjeuner, lorsque la semaine entière est déjà consacrée à des cours, il fallait donc accompagner cette campagne de prise de contacts plus personnalisés pour tenter d’engager des gens à participer à notre événement. C’est pourquoi Cécile Coudriou a également démarché auprès de ses collègues, notamment ceux qui étaient déjà sensibles à la cause et susceptibles d’inciter  leurs étudiants à assister à la conférence, voire de les y accompagner.

Visites guidées :

Elle a également proposé des visites guidées de l’exposition à des étudiants et des membres du personnel, ce qui a permis de répondre plus précisément à des questions concernant la démarche d’Amnesty International et celle des photographes. Il faut dire que cette expo est un formidable support pour faire comprendre l’élargissement de notre mission à l’ensemble des droits énoncés dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, et notre combat contre différentes violations de droits fondamentaux comme celui à la santé, au logement, à l’éducation ou encore à celui de vivre dans un environnement sain.

L’exposition se divise en 5 sections :

– Egypte, les oubliés du Caire (Philippe Brouault)

– Inde : la guerre des terres dans l’état de l’Orissa (Johann Rousselot)

– Macédoine : la discrimination des Roms (Jean-François Joly)

-Mexique : violences dans la Montana (Guillaume Herbaut)

– Nigéria : les délogés de Lagos (Michael Zumstein)

La conférence-débat :


Tout d’abord elle fut un succès au-delà de nos espérances en termes de public : presque 100 personnes se sont déplacées ! D’autre part, elle n’a jamais aussi bien porté son nom : en effet,  on sait que le défi est de ne pas faire apparaître cet événement comme « un cours magistral de plus », et Yves Prigent a su relever ce défi en privilégiant véritablement l’échange et l’interactivité. Sachant que le public ne serait pas forcément très averti, nous avions prévu le déroulé suivant avant la conférence elle-même : on a commencé par plonger dans le noir l’amphi pour diffuser le spot « Projection », (réalisé pour les 50 ans d’Amnesty) histoire de mettre l’auditoire dans l’ambiance, car c’est un spot particulièrement intense ; puis l’Antenne-Jeunes est montée à la tribune. Charlotte (déjà sur scène pour introduire le Marathon des signatures en décembre 2010) était chargée de résumer en quelques minutes ce qu’est Amnesty, son logo, sa mission;  enfin, Soucithra a expliqué en quoi consiste une Antenne-Jeunes avant de laisser la parole à Yves. Celui-ci a fait une présentation suffisamment synthétique de la campagne « Dignité » et de ses enjeux  pour laisser au public près de 3/4 d’heure pour poser des questions . Fort heureusement, car elles ont littéralement fusé, permettant d’aborder toute sortes de sujets : la dignité bien sûr, mais aussi les moyens de pression sur les états, les entreprises, les institutions telles que le FMI, l’importance de l’indépendance financière, le militantisme de terrain caractéristique d’Amnesty et bien d’autres encore…

Pendant la conférence, on a distribué des brochures présentant la campagne et des exemplaires de la DUDH (déclaration universelle des droits de l’Homme). On a également fait circuler deux documents : l’un pour recueillir les coordonnées des personnes souhaitant à l’avenir être informées de nos actions et éventuellement y participer, ainsi que la pétition « Donnez aux droits force de loi » : l’objectif est de demander au président Sarkozy de faire en sorte que la France ratifie le Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC). Ce protocole crée un nouveau mécanisme international donnant aux personnes lésées qui n’ont pas pu obtenir un recours au niveau national la possibilité d’obtenir justice au niveau international (via les Nations unies). Mais il doit être ratifié par les gouvernements pour devenir contraignant d’un point de vue légal.

Résultats concrets de notre opération, au-delà de l’objectif premier de sensibilisation : nous avons recueilli 82 signatures pour la pétition PIDESC et les cordonnées de 18 personnes. Le public n’est pas reparti les mains vides non plus, car l’événement s’est conclu par une distribution de « goodies », bracelets Dignité, stylos 50e et de calendriers 2010 invendus.

Voici pour conclure un diaporama qui vous fera découvrir en images à la fois les préparatifs, les visites de l’expo et la conférence-débat, et vous convaincra de ne pas rater un tel événement la prochaine fois !…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Étiquettes : , , , , , , ,

Une Réponse to “Campagne « Exigeons la Dignité » à Paris 13 :”

  1. Participation de l’AJ Paris 13 au festival étudiant (UNEF) pour l’égalité des droits, avril 2011 « Paris 13 agit avec Amnesty Says:

    […] D’autre part, notre stand, habillé comme toujours aux couleurs d’Amnesty (jaune jaune jaune… et noir !…), proposait un dépliant expliquant sous quel angle Amnesty International agit contre les discriminations, une circulaire sur les Roms en Europe et une pétition papier pour demander la ratification par la France du PIDESC (voir article sur la campagne Dignité, https://amnestyparis13.wordpress.com/2011/04/06/campagne-exigeons-la-dignite-a-paris-13/). […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :