Amnesty à Solidays (Article de Vincent Vigouroux)

Les 25, 26 et 27 juin derniers, ce sont plus de 168 000 festivaliers qui se sont pressés aux portes des Solidays : nouveau record d’affluence pour cette douzième édition du festival solidaire, une occasion unique pour Amnesty International de sensibiliser le plus grand nombre à la thématique de la mortalité maternelle, dans le cadre de la campagne (((Exigeons la Dignitié))).

Cet incroyable succès s’explique en grande partie par une programmation détonnante : Wax Tailor, Hoccus Poccus, Diam’s, -M-, Java, Archive, N.E.R.D., Tumi & Volume, Oxmo Puccino, Rodrigo et Gabriela… autant d’immenses artistes qui sont venus donner de la voix à l’hippodrome de Longchamp au nom de la solidarité. Parce que les Solidays, c’est avant tout un temps de partage et d’écoute où chacun est invité à s’ouvrir et à s’intéresser aux combats que mènent la petite centaine d’associations présentes sous le chapiteau du fameux village solidaire. Impossible dès lors, pour ceux qui ont pris le temps d’y faire un petit détour, d’avoir manqué l’énergie débordante de la vingtaine de bénévoles arborant le dossard jaune et noir d’Amnesty. Impossible aussi de ne pas avoir entendu les exclamations et la bonne humeur des festivaliers qui, encouragés par les cris et le mégaphone des bénévoles, se prêtaient volontiers à notre animation, la Roue de l’Infortune.

La Roue de l’Infortune proposait aux festivaliers de se mettre symboliquement dans la peau d’une femme burkinabè enceinte devant se rendre à l’hôpital pour accoucher. Chaque participant portait un sac à dos lesté sur le ventre pour traduire la grossesse et était ensuite invité, seul ou contre un adversaire, à finir un parcours du combattant en un minimum de temps.

Au préalable, et afin de se sensibiliser aux difficultés inhérentes à la situation du Burkina Faso, les participants faisaient tourner la Roue de l’Infortune et, en fonction de la case sur laquelle ils tombaient, héritaient d’une « infortune », une difficulté supplémentaire à leur parcours reflétant symboliquement la dure réalité des femmes enceintes burkinabè.

Après l’animation, les festivaliers étaient dirigés vers un mannequin symbolisant une femme burkinabè enceinte. En collant sur la robe du mannequin le morceau de pagne qu’ils avaient récupéré en milieu de parcours, ils marquaient leur volonté de protéger les femmes du Burkina Faso et témoignaient leur soutien vis-à-vis de la section burkinabè d’Amnesty International, en faisant écho à la Caravane d’information et de sensibilisation qui avait sillonné le pays.

Au final, un des stands les plus animés du village, des festivaliers enchantés par l’animation et sensibilisés à la thématique, des bénévoles épuisés mais ravis…sans oublier les 2000 signatures récoltées !

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :