POURQUOI CRÉER UN ÉVÉNEMENT SUR LE CAMPUS ?

Il ne suffit pas de mettre des affiches sur un campus universitaire pour pouvoir convaincre des étudiants de se réunir et de créer une antenne-jeunes d’Amnesty International ! D’abord, des affiches, il y en a bien trop, il y en a même partout, et on finit par ne plus les voir…

Et puis, même si on repère cette affiche parmi d’autres, cela reste trop flou, on a vaguement entendu parler d’Amnesty International et même parfois de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (ou DUDH), mais on ne sait pas trop ce que l’on pourrait faire. C’est une chose d’être convaincu par une cause comme celle des droits humains, c’en est une autre de se dire que l’on peut agir soi-même pour faire avancer cette cause et défendre des personnes qui sont privées de leur droits fondamentaux.

Alors comment aider à franchir ce pas, comment créer le déclic ?  Il faut réussir à attirer les étudiants vers cette cause, les informer et leur montrer que tous peuvent agir, mais sans leur mettre la pression, en prenant en compte la peur de l’engagement. Voilà l’objectif, mais par quel moyen l’atteindre ?

Une conférence, cela peut marcher, mais souvent cela n’attire que les gens déjà convaincus, et cela paraît trop sérieux ou cela fait peur à d’autres… Un cours de plus ? non merci, diront certains !

Rien de tel alors que de monter un événement comme un concert ou autres performances artistiques, et plus encore si les étudiants sont aussi invités à participer sur scène aussi… Ce genre d’événement attire du monde car on est toujours contents qu’il se passe quelque chose sur place dans sa fac, et pas seulement pour les études, pour changer ! Cela met une ambiance festive sur le campus, et cela donne envie de se rassembler, on a plaisir à être ensemble sans que ce soit pour réviser un partiel ou préparer un exposé !

Et une fois que le contact est créé par ce biais, c’est plus facile de parler de l’action d’Amnesty International, de sensibiliser à la cause militante des droits de l’Homme des jeunes qui n’y auraient pas forcément pensé. Mêler la fête à l’action semble vraiment être la meilleure approche : L’immense majorité des étudiants ne quittent pas le concert sans être passés à la table d’information pour discuter avec des membres d’Amnesty et signer quelques pétitions. Certains repartent avec un dépliant sur une campagne spécifique qui les touche particulièrement, ou avec  « La Chronique » d’Amnesty, ou encore le texte de la fameuse DUDH, Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. D’autres achètent un stylo, un briquet, ou d’autres produits aux couleurs d’Amnesty.

Mais surtout, on propose à tous les étudiants intéressés de laisser leurs coordonnées s’ils souhaitent aller un peu plus loin… Grâce à cette liste d’emails et de numéros de portable, on pourra les contacter pour une action ponctuelle, ou pour rejoindre un groupe.

Et c’est exactement ce qui s’est passé, c’est comme çà que l’on a pu organiser une première rencontre entre étudiants motivés et deux membres d’Amnesty. À suivre …

Cécile Coudriou
Share

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :