UNE MOBILISATION PAYANTE : L’AVOCAT TUNISIEN MOHAMED ABBOU ENFIN LIBÉRÉ !

Me Abbou libre !

L’avocat et défenseur des droits humains Mohamed Abbou a bénéficié mardi 24 juillet 2007 d’une grâce présidentielle qui met fin ainsi à près de deux ans et demi de détention arbitraire. Libéré de la prison du Kef dans l’après-midi, il a regagné son domicile à Tunis.

Contacté par téléphone, Mohamed Abbou, très impressionné par le travail accompli en faveur de sa libération,a tenu à remercier toutes les personnes qui se sont mobilisées en sa faveur.

« Heureusement que des amis sont là, et des amis j’en ai beaucoup maintenant » a déclaré Mohamed Abbou d’une voix laissant paraître un immense bonheur.

L’incarcération inique de l’avocat tunisien Mohammed Abbou avait suscité une forte mobilisation au sein de la section française d’Amnesty International.

Le 1er mars 2005, Mohammed Abbou disparaissait avant d’être jugé – « aux termes de procédures totalement iniques » –, selon Amnesty International France, coupable de « publication d’écrits de nature à troubler l’ordre public » et de « diffamation des autorités judiciaires et diffusion de fausses nouvelles ». On lui reprochait d’avoir publié sur le Web un article comparant la torture subie par les prisonniers tunisiens à celle infligée à Abou Ghraib en Irak et un texte critiquant la décision du gouvernement tunisien d’inviter le Premier ministre israélien lors d’un Sommet de l’information.

En octobre 2005, il s’était cousu la bouche à l’aide d’agrafes, pendant quatre jours, afin d’attirer l’attention sur le « triste sort » d’un pays « obligé de la boucler » pour manger et échapper aux « représailles d’une dictature des plus féroces », celle du président Ben Ali.

Contacté par téléphone, Mohamed Abbou, très impressionné par le travail accompli en faveur de sa libération,a tenu à remercier toutes les personnes qui se sont mobilisées en sa faveur.
« Heureusement que des amis sont là, et des amis j’en ai beaucoup maintenant » a déclaré Mohamed Abbou d’une voix laissant paraître un immense bonheur.
Depuis de nombreuses années déjà, Amnesty International attire l’attention des autorités tunisiennes sur les graves violations des droits fondamentaux. Les militants des droits humains et opposants politiques sont les premières victimes de mesures de harcèlement destinées à les réduire au silence : filatures, lignes téléphoniques surveillées ou coupées, agressions physiques, etc…Si Mohamed Abbou représente incontestablement le symbole de la violation d’un droit fondamental, celui de la liberté d’expression, il personnifie également les incessantes violations du droit international dont se rend coupable la Tunisie qui a ratifié deux textes internationaux dont certaines dispositions, applicables au cas de ce défenseur, sont totalement bafouées : le Pacte international relatif aux droits civils et politiques ; laconvention contre la torture et autres peines et traitements cruels, inhumains et dégradants.


Publicités

Étiquettes : , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :