Performance en faveur des droits humains avec les étudiants de Paris 13

mars 25, 2017

Pour une fois, ce n’est pas nous qui étions aux commandes ! Le 24 mars, des étudiants de Licence 3 en Information et Communication ont organisé pour nous un événement : l’idée était de nous aider à accroître notre visibilité et de sensibiliser les étudiants à notre cause à travers un concept original : montrer la ligne de démarcation qui existe entre des pays où les droits humains sont respectés et ceux où au contraire ils sont bafoués au quotidien.

Pour illustrer cette situation, trois thématiques avaient été retenues : le mariage forcé, le mariage entre personne de même sexe, et les discriminations et violences policières.

L’approche était résolument participative : après avoir imaginé et mis en scène trois « tableaux vivants » où d’un côté, les personnes vivaient dans un respect des droits et de l’autre, elles étaient victimes de violations, les étudiants ou personnels qui passaient au forum étaient invités à jouer les mêmes rôles, afin de pouvoir prendre des photos des différentes situations :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis nous avons réalisé une courte vidéo « mannequin challenge », reliant les trois thématiques autour de ce thème « effacez la ligne de démarcation, défendez les droits de tous, partout, avec Amnesty International ! »

Ce fut un réel plaisir de voir avec quelle spontanéité les gens ont accepté de se prêter au jeu, même si – soyons honnêtes – ils ont montré une plus grande facilité pour mettre en scène les violences policères ou du forcé que l’homosexualité…

Mais c’est justemet aussi cela l’intérêt de cette action, aller à la rencontre du grand public sur des thèmes moins « évidents » et amener à réfléchir et s’impliquer.

Un grand merci à la fois aux étudiants de Licence Infocom pour cette superbe collaboration et à tous ceux qui ont accepté notre offre de participation !

Publicités

Conférence-débat à Paris 13 : Pour une responsabilité des entreprises en matière de droits humains

janvier 15, 2017

Le 7 janvier 2017, nous avons eu le plaisir de recevoir à l’Université Paris 13 Sabine Gagnier, chargée de plaidoyer sur la responsabilité des entreprises en matière de droits humains.

Découvrez la vidéo de cette conférence-débat qui a bien éclairé les étudiants et les personnels présents sur la différence entre RSE, responsabilité sociale des entreprises, et REDH, responsabilité des entreprises en matière de droits humains, sur les raisons pour lesquelles Amnesty International s’est aussi emparée de cette question. Sabien a donné plusieurs illustrations concrètes de situations de violations mais aussi de campagnes menées par l’organisation : activités de plaidoyer, pétitions, mobilisation militante de terrain…

Interview sur les « 10 Jours Pour Signer » (Parvis de l’Hôtel de Ville à Paris)

décembre 30, 2016

Les « 10 Jours pour Signer », opération phare d’Amnesty International, sont l’occasion d’organiser plus de 200 événements à travers la France pour exprimer  soutien et solidarité envers les personnes dont les droits humains sont bafoués à travers le monde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le 10 décembre, s’est notamment tenu sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris un événement solidaire, convivial et populaire. Cécile Coudriou, vice-présidente d’Amnesty International France et enseignante à l’UFR Communication de l’Université Paris 13, nous dit dans cette interview tout le bien qu’elle en pense :

Un Mannequin Challenge pour les « 10 Jours pour signer » 2016 à Paris 13

décembre 18, 2016

L’édition 2016 des « 10 Jours pour Signer » d’Amnesty International France est finie ! Enfin pas tout à fait… Tant que les situations des personnes pour lesquelles nous nous sommes mobilisés pendant ces 10 jours ne seront sont pas améliorées, ce ne sera pas fini. Et on a bon espoir ! L’année dernière, cinq personnes sur dix ont pu être libérées grâce à notre mobilisation !

Du 2 au 11 décembre, les militants d’Amnesty France ont donc organisé des centres d’actions et autres événements pour sensibiliser le plus de gens possibles aux respects des droits humains dans le monde et les inviter à agir pour aider des personnes dont les droits sont bafoués.

Et l’Antenne-jeunes d’Amnesty à Paris 13 a bien sûr organisé son centre d’action, c’était le mercredi 7 décembre sur le forum de l’Université de Villetaneuse !

On pourrait croire que ce n’est pas l’air drôle tous les jours de militer au sein d’Amnesty, mais détrompez-vous ! Même si les thématiques sur lesquelles nous travaillons sont loin d’être gaies, cela n’empêche pas de militer dans la bonne humeur et de prendre plaisir à agir. C’est ce que l’on fait à l’université Paris 13 !

Eh oui, tout d’abord, on agit au côté des gens qui partagent les mêmes valeurs et la même lutte contre l’injustice. Ensemble, on va à la rencontre des étudiants, pour leur parler d’Amnesty et des personnes que l’on défend. Tout comme l’an passé, l’objectif était d’approfondir les échanges avec les personnes plutôt que d’obtenir un maximum de signatures. Et en effet, nos « visiteurs » sont bien souvent restés un bon moment dans notre centre d’action, et c’était très gratifiant de leur faire prendre conscience qu’ils ne sont pas impuissants face aux nombreuses injustices de ce monde.

On proposait également des activités créatives pour exprimer sa solidarité avec les personnes que l’on défendait. Par exemple, nous proposions aux étudiants de faire des origamis en forme de papillon pour Fomusoh, le jeune camerounais injustement emprisonné, ou des pétitions-photos pour Shawkan, un photo-jourrnaliste égyptien emprisonné. Nous avions également une grande toile autour du thème de la liberté d’expression, peinte par Isabelle Villanova, « notre » artiste engagée qui accompagne bien souvent nos événements. Les étudiants pouvaient témoigner leur soutient en signant ou en écrivant un message dessus.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De plus, en organisant des événements dynamiques et festifs, on arrive à rassembler de nombreuses personnes autour de notre cause. Cette année, nous avons voulu innover en organisant un « mannequin challenge »  et ça a vraiment beaucoup plu, autant aux membre de l’AJ qu’aux étudiants qui, venus voir notre stand, ont voulu y participer. Ainsi, tout en s’amusant, ça nous a également permis de présenter les moyens d’action que nous avions à disposition : les pétitions, les messages de soutien, les messages sur les réseaux sociaux, notre expo photo sur la liberté d’expression les photos, et notre mur d’expression…

On a même fait deux versions de ce mannequin challenge, à vous de choisir laquelle vous préférez !

 

Cette année nous avons réussi à récolter près de mille signatures et des dizaines de messages de soutien !

Merci aux membres de l’AJ pour leur mobilisation et aux étudiants de Paris 13 pour avoir participé à cette action mondiale qui chaque année nous rappelle qu’ensemble nous avons le pouvoir de changer les choses.

Les « 10 Jours pour signer » se préparent à Paris 13 !

novembre 28, 2016

img_0184

En passant devant le local d’Amnesty à l’Université Paris 13, on se rend compte que quelque chose se prépare… Comme tous les ans, nous allons participer à ce temps fort  qu’est l’événement mondial d’Amnesty International « 10 Jours Pour Signer ». Celui-ci mobilise les militants d’Amnesty du monde entier autour du 10 décembre, journée internationale des Droits de l’Homme. Cette année, l’opération se déroulera du 2 au 11 décembre, à la fois sur le terrain et en ligne.

Pendant les « 10 jours pour signer », Amnesty International met un coup de projecteur sur la situation de 10 personnes dont les droits sont violés. Ces situations individuelles de violations de droits humains sont emblématiques des combats que nous menons dans la durée et/ou à l’échelle plus large d’un pays ou d’une région.

À l’université Paris 13, nous allons organiser un centre d’action sur le forum de Villetaneuse le 7 Novembre de 11h30 à 14h30, afin d’inviter les étudiants et les personnels du campus à agir pour 5 personnes, que nous avons rassemblées autour d’un même thème : la liberté d’expression.

1er objectif : être le plus nombreux possible à interpeller les autorités pour avoir un maximum d’impact. Nous proposerons des pétitions à signer sur papier ou en ligne, sur un ordinateur mis à disposition dans ce centre d’action, ainsi que des messages à relayer sur les réseaux sociaux.

2ème objectif : Nous insistons sur l’importance d’apporter également un soutien moral à ces personnes que nous défendons, grâce à l’envoi de messages de solidarité.

3ème objectif : créer une vraie relation avec le public, les sympathisants, en leur proposant des moyens d’action variés et personnalisés pour chacune de ces situations :

fomusoh_ivo_fehFomusoh Ivo Feh : un jeune camerounais qui risque 20 ans de prison pour avoir envoyé un sms sarcastique mentionnant Boko Haram.

Nous vous proposerons de lui envoyer des origamis en forme de papillon, symbole de liberté pour Fomusoh.

shawkan

Shawkan : photojournaliste egyptien, il risque la peine de mort pour avoir exercé son métier pendant des manifestations de partisans de l’ex-président Morsi  .

Nous vous proposerons de vous prendre en photo avec un panneau « Free Shawkan ».

eren_keskinEren Keskin : Avocate turque harcelée et menacée, elle risque la prison en raison de ses engagements pour les droits humains.

Nous pourrons montrer notre soutien en inscrivant des messages sur une grande bâche d’expression libre.

edward_snowdenEdward Snowden: célèbre lanceur d’alerte aujourd’hui en exil forcé en Russie et menacé de prison pour avoir révélé les programmes de surveillance de masse de la NSA.

Nous aurons à disposition des pochoirs « Grâce pour Snowden » afin d’interpeller Obama pour qu’il agisse en sa faveur avant la fin de son mandat.

bayram_qiyasBayram et Giyas : deux jeunes militants d’Azerbaïdjan, ils risquent 12 ans de prison pour un graffiti satirique sur la statue de l’ancien président.

Nous pourrons leur envoyer des cartes postales personnalisées par un ami pour montrer notre soutien.

Enfin, nous vous inviterons également à participer à un « Mannequin Challenge » !!

Alors venez nombreux à 13h, mercredi 7 décembre sur le forum pour participer !

Action d’Amnesty à Paris 13 contre la peine de mort

novembre 20, 2016

actionpdemortp13

Mercredi 3 Novembre, l’Antenne-jeunes d’Amnesty International à Paris 13 a organisé une journée d’action en faveur de l’abolition universelle de la peine de mort. Ainsi, pour sensibiliser les étudiants nous avons a tenu à nous appuyer sur l’exposition conçue par Amnesty France sur ce thème, ce qui a été très utile pour présenter les différents arguments pour l’abolition comme par exemple son inefficacité et son illégitimité.

expopdmortp13

expopdemort1p13

Nous avons également fait signer des pétitions en faveur de 13 détenus japonais récemment condamnés à la peine capitale. Nous avons réussi à recueillir près de 300 signatures !

eddiepdmortp13Ceci dit, la tâche n’a pas été facile comme le souligne le témoignage d’Eddie, militant depuis 2 ans à l’AJ de Paris 13 : « Lorsque nous évoquions le fait que les personnes dont nous défendions le droit à la vie avaient été reconnus coupable de terrorisme, les réactions pouvaient être mitigées mais nous nous y attendions. Il fallait expliquer que nous ne justifions pas l’acte qu’ils avaient commis mais que nous considérions que la peine de mort était une pratique inefficace et dégradante pour l’Humanité. Peu de gens étaient au courant que la peine de mort était effective au Japon, pays démocratique qui continue pourtant de la pratiquer, tout comme les Etats-Unis. Peu connaissaient l’ampleur du phénomène dans le monde. »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La journée d’action s’est poursuivie avec une projection-débat autour de la vidéo d’Amnesty France créée en partenariat avec Nota Bene, « Voir pour comprendre, La peine de mort », que voici :

À dire vrai, les étudiants présents à la projection était un public acquis à la cause, à des degrés divers, mais cela n’a pas rendu le débat moins intéressant. Nous avons discuté de la manière la plus efficace et pertinente d’argumenter en faveur de l’abolition de la peine de mort et des difficultés que chacun de nous avons rencontrées, comme en témoigne Sarah qui a rejoint l’Antenne-Jeunes cette année : « Je suis depuis peu militante chez Amnesty International, l’action peine de mort fût donc ma première action. Ce fût dans un premier temps déstabilisant pendant l’action elle-même d’entendre des arguments tels que « certaines personnes méritent de mourir » ou alors « il faut éradiquer les pédophiles » etc.… ce que j’entends également dans mon entourage proche. Lors de la projection-débat qui a eu lieu un peu plus tard, j’ai apprécié de discuter avec des personnes qui partageaient les mêmes convictions que moi et qui avait les mêmes difficultés que moi à faire entendre sa position abolitionniste qui peut sembler parfois trop idéaliste. J’ai pu mettre des mots sur mes convictions et approfondir mes arguments. »

« Minerais de Sang », La face cachée de vos portables

mars 21, 2016

IMG_8362

Le 15 mars,  l’Université Paris 13 accueillait Sabine Gagnier, d’Amnesty International France. Chargée de Plaidoyer sur la Responsabilité des Entreprises et les Droits Humains elle a animé une rencontre-débat intitulée « La Face cachée de vos portables, les Minerais de Sang ». 

IMG_1001

L’Antenne-Jeunes a tenu à aborder ce thème car si tout le monde a aujourd’hui un téléphone portable dans sa poche, peu savent que sa fabrication entraîne tant de violations des droits humains. En tant que consommateurs, nous avons tous une responsabilité dans ce système, et c’est pourquoi nous voulions informer les étudiants de Paris 13 du lien qui existe entre le portable et ce que l’on appelle les « minerais de sang », comme le cobalt, l’étain, le tantale, le tungstène et l’or.

les-mineraux-de-sang-amnesty

Lors de cette rencontre, Sabine Gagnier a expliqué  comment Amnesty International, dans ses recherches, a suivi toute la chaîne de production pour remonter jusqu’à l’extraction de minerais comme le cobalt, notamment en République Démocratique du Congo. Il s’avère que dans ces mines, de nombreux enfants (environ 40 000 selon l’UNICEF) sont présents et travaillent dans des conditions extrêmement dangereuses. Le commerce de l’étain ou de l’or participe également au financement de groupes armés dans la région.

 Après ce triste constat, Sabine nous a expliqué les moyens mis en œuvre par Amnesty International pour tenter de faire cesser ces violations des droits humains en responsabilisant les entreprises : actions de plaidoyer au niveau national et européen pour faire changer les lois concernant la responsabilité des entreprises (RSE), et bien sûr la mobilisation des citoyens à travers la signature de pétitions pour interpeller Samsung et Apple. En effet, la technique de dénonciation, (« Name and shame ») de géants du secteur, comme Samsung ou Apple peut s’avérer efficace !

Il était important d’orienter cette rencontre vers les moyens d’action, car les étudiants présents, que l’on sentait très indignés par ces injustices, voulaient savoir ce qu’ils pouvaient faire. Heureusement pour nous, Sabine ne nous a pas demandé de ne plus utiliser nos téléphones ni de boycotter les entreprises concernées, elle n’a pas non plus cherché à nous culpabiliser, mais elle nous a avant tout invités à agir, par exemple en signant et en faisant signer ces deux pétitions d’Amnesty :

http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Entreprises-et-droits-humains/Actions/Apple-ou-vient-le-cobalt-de-nos-telephones-17858

http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Entreprises-et-droits-humains/Actions/Samsung-ou-vient-le-cobalt-de-nos-telephones-17669

 Plus de 20 000 signatures ont déjà été récoltées !

 Cette rencontre-débat nous a permis de nous rendre compte que nous n’étions pas impuissants face à l’injustice. Plusieurs exemples ont été cités pour montrer que lorsque les consommateurs font une prise de conscience et le font savoir aux entreprises, c’est déjà une première victoire.

Un grand merci à Sabine pour sa disponibilité, la clarté de sa présentation et son appel très mobilisateur à passer à l’action !

Voici la vidéo de cette rencontre :

 

IMG_1027Léa Antoni

 

 

Rencontre-débat Amnesty : droits humains et entreprises

mars 9, 2016

Affiche Minerais de Sang P13Vous êtes-vous déjà demandé comment était fabriqué cet objet si omniprésent dans notre vie quotidienne, le téléphone  portable ? D’où viennent ses composants, et notamment les minerais nécessaires à leur fabrication, comme le cobalt ? Et surtout, à quel prix pour les droits humains ces minerais sont-ils extraits ?

Une expression revient souvent, celle des « minerais de sang », soulignant à quel point leur extraction est entâchée de violations graves des droits humains dans différents pays du monde et notamment des pays qui regorgent de richesses mais dans lesquels la pauvreté est endémique.

Ce mardi 15 Mars à midi, à l’Université Paris 13 Villetaneuse, Sabine Gagnier, responsable du programme « Acteurs économiques et droits humains » au siège d’Amnesty International France, viendra nous dévoiler la face cachée de nos téléphones portables. Elle nous exposera  la situation en République Démocratique du Congo, les conditions terribles dans lesquelles des adultes mais aussi des enfants travaillent dans des mines de cobalt, de la nécessité absolue de mettre les entreprises face à leurs responsabilités en matière de droits humains.

Les consommateurs aussi doivent ouvrir les yeux : Nous avons la chance de bénéficier des avantages des nouvelles technologies, mais nous devons aussi nous préoccuper de la manière dont elles sont fabriquées. Comment pourrions-nous faire pression sur ces entreprises, pouvons-nous également – dans nos pays riches – faire changer les lois qui régissent les responsabilités des entreprises ? Comment Amnesty International et la mobilisation citoyenne peuvent-elles faire une différence ?

Sabine Gagnier vous proposera des réponses à toutes ces questions mardi 15 Mars entre 12 et 13h en salle C 105 de l’UFR Communication de l’université Paris 13. Venez nombreux débattre avec nous !

Cécile Coudriou

 

 

 

 

Avec « Pride », Amnesty à Paris 13 lutte contre l’homophobie (Léa Antoni)

février 15, 2016

Affiche Pride P13

Le jeudi 4 Février, l’Antenne-Jeunes d’Amnesty International à Paris 13 a décidé d’utiliser le rire pour lutter contre l’homophobie. En effet, nous avons organisé une projection-débat autour de « Pride », une comédie inspirée d’une histoire vraie se déroulant dans les années 80 au Royaume-Uni. Lors de la Gay Pride à Londres, un groupe d’activistes gay et lesbien décide de récolter de l’argent pour venir en aide aux familles des mineurs en grève. Mais l’Union Nationale des Mineurs semble au départ embarrassée de recevoir leur aide. Au moment de se rencontrer les personnages sont nerveux, ne savent pas comment ils vont être reçus, et pourtant leur regard va changer…

Le film “Pride” met en évidence l’importance de la solidarité au-delà des différences qu’il peut y avoir, a priori, entre des groupes de personnes notamment, les mineurs et les gays. On a, à première vue, l’impression qu’ils sont différents, qu’ils ne font pas partie du même monde, et pourtant, des liens d’amitié vont se créer, cette expérience deviendra la plus belle expérience de leur vie.

L’homophobie est un sujet assez sensible et difficile à aborder dans notre université. Nous avons d’ailleurs vu certaines de nos affiches arrachées des murs de la fac. Le contexte était donc un peu tendu mais cela ne nous a pas découragés, bien au contraire. C’est justement lorsque le combat est difficile qu’il prend tout son sens et qu’il faut absolument agir, avec encore plus de vigueur.

Or, le point fort du film est qu’il ne tombe pas dans la dénonciation pure et simple de l’homophobie. C’est un film beau, drôle, émouvant et qui ne s’adresse pas qu’à un public déjà convaincu. En effet, il déconstruit de très nombreux préjugés homophobes, sans jamais tomber dans la haine ou la colère. Il met en lumière l’absurdité de certains comportements et réactions homophobes avec humour et pudeur, ce qui rend le message beaucoup plus audible et permet de mieux le recevoir. Car si la colère et l’indignation face à l’injustice sont des émotions que partage la plupart des militants qui souhaitent combattre les discriminations pour faire changer les mentalités, le rire semble un moyen plus efficace.

Personnellement, je n’ai pu m’empêcher d’admirer le personnage de Mark : Ce jeune homme ne peut rester inactif face aux injustices et discriminations dont sont victimes les mineurs, bien que ce ne soit a priori pas son combat. Il a lui-même vécu les mêmes souffrances parce que homosexuel. Au-delà de nos différences, nous sommes tous des êtres humains qui peuvent être touchés par une violation des droits humains même si cela se passe loin de nous. «Une injustice commise quelque part est une menace pour la justice du monde entier» comme disait Martin Luther King. C’est exactement ce principe de la solidarité internationale qu’Amnesty International défend.

Un étudiant a d’ailleurs souligné pendant le débat, qu’il était dommage que les groupes victimes de discrimination ne s’entraident pas davantage et que ce soit parfois même le contraire.

On ressort de ce film à la fois ému par la beauté de certaines scènes mais également bouleversé par le message à la fois simple mais si essentiel. Ce n’est pas parce que nous sommes différents que nous ne pouvons pas nous entendre et qu’on ne doit pas être « fière » de ce que l’on est. Le film est un hymne à la tolérance, l’amour, à l’amitié. En d’autres termes, « Pride » fait appel à ce qu’il y a de plus beau en nous et c’est ce qui fait sa force.

Léa Antoni

CaYiaDqW0AEdWpk

« Amnesty à Paris 13 » vous invite à une projection-débat sur l’homophobie

janvier 31, 2016

Affiche Pride P13.jpg

Après la rencontre-débat sur la liberté d’expression jeudi dernier, l’Antenne-Jeunes d’Amnesty à Paris 13 et Cécile Coudriou vous proposent ce jeudi 4 Février (17h en salle C 102 UFR Communication) une projection gratuite de la comédie britannique « Pride », suivie d’un débat intitulé « le rire contre l’homophobie », qui sera aussi l’occasion e faire connaître l’action d’Amnesty International dans la lutte contre les discriminations des personnes LGBTI. (Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, Transgenres et Intersexes)

Un goûter gratuit vous sera également proposé, pour pouvoir prolonger le débat dans la plus grande convivalité.

En attendant jeudi, découvrez le synopsis du film « Pride », ainsi que la vidéo de la bande-annonce :

Été 1984 – Alors que Margaret Thatcher est au pouvoir, le Syndicat National des Mineurs vote la grève. Lors de la Gay Pride à Londres, un groupe d’activistes gays et lesbiens décide de récolter de l’argent pour venir en aide aux familles des mineurs en grève. Mais l’Union Nationale des Mineurs semble embarrassée de recevoir leur aide. Le groupe d’activistes ne se décourage pas. Après avoir repéré un village minier au fin fond du Pays de Galles, ils embarquent à bord d’un minibus pour aller remettre l’argent aux ouvriers en mains propres.Ainsi débute l’histoire extraordinaire de deux communautés que tout oppose qui s’unissent pour défendre la même cause.